Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • JJS
  • Membre/Member, NTIA IANA Functions' Stewardship Transition Coordination Group (2014~2016); Membre/Member, NetMundial Initiative Coordination Council (déc. 2014~2016); ICANN/ALAC (2010~14); ICANN Board (2007-10); diplomat(e) (1971-2005); ambassadeur/dor (1995-2005). Gouvernance; défis globaux / Governance; global challenges.
  • Membre/Member, NTIA IANA Functions' Stewardship Transition Coordination Group (2014~2016); Membre/Member, NetMundial Initiative Coordination Council (déc. 2014~2016); ICANN/ALAC (2010~14); ICANN Board (2007-10); diplomat(e) (1971-2005); ambassadeur/dor (1995-2005). Gouvernance; défis globaux / Governance; global challenges.

Rechercher / Search

12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 00:00

Le texte en français se trouve à la suite du texte en anglais.

 

On the 8th of October 2010, the Nobel Peace Prize Committee (NPPC) in Oslo announced that the laureate for 2010 was a human rights activist serving an eleven-year jail sentence in China. On the 10th of December, television audiences and Internet viewers around the world witnessed the ceremony, dominated by the empty armchair intended for LIU Xiaobo. Now the attention of mainstream media has abated, so this may be the right time to dwell on the significance of the Committee's choice, and to reflect on its domestic and wider policy implications in China, but also elsewhere.

The Nobel Peace Prize (NPP) has on several occasions contributed in a striking way to making known to the world the brave, and sometimes seemingly hopeless, action of individuals or entities in favour of human dignity. Martin Luther King (NPP 1964) was rewarded for defending civil rights in the USA, several years before segregation came to a halt in the 1970s. Andrei Sakharov (1975) was recognized for his moral stature in the civil rights' movement in the Soviet Union, quite a while before the USSR imploded (1991). Amnesty International, acclaimed in 1977, pursues its task. Tenzin Gyatso the 14th Dalai Lama (1979) was encouraged in carrying forward his action for the cultural, religious and linguistic rights of Tibetans. Lech Wałęsa (1983) defended civil rights in Poland. Desmond Mpilo Tutu (1984) challenged Apartheid. Aung San Suu Kyi (1991) launched the civil rights movement in Burma (now Myanmar), and still pays a high price for her courage. Rigoberta Menchú (1992) made known the plight of indigenous populations in Latin America. Nelson Mandela & Frederik de Klerk (1993) were acclaimed for bringing Apartheid to an end. More than two decades after he left the White House, Jimmy Carter (2002) was praised for promoting the peaceful resolution of international conflicts, democracy, human rights, economic and social development. Chirine Ebadi (2003) was the first woman in the Muslim world to be rewarded, for defending the rights of women and children in Iran.

In parallel, the Nobel Prize for Literature has sometimes distinguished authors also engaged in the defense of human rights, such as Alexander Soljenitzyne in 1970, more than two decades before the dissolution of the Soviet Empire. Over the past decades, on several occasions the prize has been attributed to an already well-known person or entity (King, Sakharov, Dalai Lama, Amnesty International, Mandela...). But individuals under house arrest or in prison have been the exception (Aung San Suu Kyi, and now LIU Xiaobo). Against this background, how can we view the Peace Prize attributed in 2010? 

By nominating LIU Xiaobo, the NPPC created a total surprise, as very few people in the mainstream media, let alone in national administrations, had a clue about his identity or his contribution. How was the news received in China itself?

In the days preceding the Oslo announcement, the likelihood of a Chinese civil rights' activist being nominated became the buzz, so the central government in China did not remain inactive. A vice-minister was dispatched to threaten Norway, in no uncertain terms, about the inevitable disruption of commercial relations and investment opportunities, if LIU were to be distinguished. In Oslo, the Chinese embassy worked hard on the faint-hearted, projecting apocalyptic visions of severed relations between their governments and Beijing, or the direct threat of contracts being abruptly cancelled. As a result of this intense lobbying, about twenty states, or their embassies, were persuaded not to attend the award ceremony.

After the announcement in Oslo, there was a total blackout in China: the news was simply not carried by any electronic or printed media, with the notable exception of Hongkong, where it made all the headlines and newscasts.  But in mainland China, for the overwhelming majority of people, the first news came about ten days later, in the form of short articles in the printed press, all using the same slogans, framing LIU as a dangerous criminal, discrediting the NPPC for having chosen a person so "unrepresentative" and with such an unspeakable reputation. This coordinated attack was no doubt set up when it became clear that the news would leak, even though belatedly, as a result of the huge number of visitors, including hundreds of thousands of Overseas Chinese with family and friends in China. There were also hundreds of thousands of foreign visitors, many who came to see Expo 2010 being held in Shanghai at the time. In addition, there may be thousands, or tens of thousands, of people in China who use VPN (virtual private network) software to gain access to the global Internet. And of course, a fairly large number of higher Communist Party officials have regular access to uncensored international news, through the "Reference materials" which are assembled for their sole perusal. In the face of all these potential "dangers", the response of officialdom was simple, and seems to have been efficient: thanks to its widespread dissemination, the official view was intended to simply stifle the authentic news.

At the same time, a face-saving measure was devised and hastily implemented: a committee was formed for the attribution of a "Confucius Peace Prize" with an openly "patriotic" purpose, its members chosen among retired university professors. Of course there was no mention of the fact that this sudden initiative was intended to cover the background noise made by the Nobel Peace Prize. The designated laureate, LIAN Chan, a former vice-President of Taiwan, had apparently not been approached for prior acceptation, and did not turn up at the award ceremony in Beijing, where, for the photo opportunity, the prize was handed over to a young girl totally unrelated to him. Rumour has it that the short list for this prize included Bill Gates, Jimmy Carter, Nelson Mandela, and the "Panchen Lama", although one wonders whether any of these (except perhaps the fourth, who was placed in his position by the central authority in Beijing) was ever  even informed of such a prospect.

A couple of months later, what remains of all this? The vast majority of people in China have still never heard about the Nobel Peace Prize 2010. Most of those who have, simply do not care, and are quite satisfied with the official view that by awarding its prize to a "criminal", the NPPC has permanently damaged its reputation. Official circles and their media and making their rounds, claiming that the sole motivation of the NPPC, driven by some hidden agenda, was to damage China's credit rating in international fora.

For a small number of people in China, the attribution of the prize to LIU Xiaobo has brought awareness: most of these had only a vague knowledge of the "Charter 08", of which LIU was one of the main drafters, but now many have read it; most had been willing to believe the undocumented criminal charges brought against LIU, but suddenly the Nobel Peace Prize conferred upon him, and his selfless action, a moral stature without any equivalent in China in many decades. But this new awareness remains silent, because its beneficiaries were rendered prudent by a long history of harsh punishment for attempts at freedom of speech, of intellectuals berated, of sincerity driven to despair. "Things have already changed tremendously in China as far as economics are concerned, and will continue to change. Civic and individual rights will evolve much more slowly" is a comment widely heard.

Beyond the implications for China, and indirectly for the Chinese-language community worldwide, can any wider conclusions be drawn from the attribution of the Nobel Peace Prize 2010 to LIU Xiaobo? The following might be worth considering:

1) As a media phenomenon, the Peace Prize (announcement in October, ceremony in December) occurred at the same time as the WikiLeaks saga was unfolding. We know that recent events in Tunisia, and right now in Egypt, were sparked by unflattering revelations in WikiLeaks about the grand scale kleptomania, and the often brutal mores, of the top leaders in those countries. This begs two questions. First, in the immediate neighborhood of Tunisia and Egypt, are electronic communications and the Internet going to favour régime change, or at least a greater measure of social fairness (in Jordan, the monarch has just overhauled his government as a precautionary measure)? And second, beyond the Arab & Muslim world, is the single-party monopoly on political and economic power model doomed by more widespread access to information, evaluation and initiative? In China, most people still stand to gain from the continuing economic growth, and this sturdy trend points to a paradox of our times: the Communist Party in China has developed what is becoming the largest capitalist state in the world, and yet it is this economic system which preserves the single-party system. Lenin referred to the arrangement as "the dictatorship of the proletariat" to justify a single-party political structure.

2) Nobel "Peace" Prize (NPP)? This appellation is appropriate when you consider the outstanding contribution of a recipient such as Martti Ahtisaari (NPP 2008) who, in the words of his commendation, was rewarded "for his important efforts, on several continents and over more than three decades, to resolve international conflicts". And the NPP charter gives a precise definition of the individuals or entities to be rewarded, those who " ...shall have done the most or the best work for fraternity between nations, for the abolition or reduction of standing armies and for the holding and promotion of peace congresses". But some philosophers and sociologists are already pointing out that one of the emerging trends of the 21st century is a relative decline in the number and intensity of armed conflict, while at the same time there is a growing need for the affirmation of civic, individual and ecological rights. In this context, there may be reason enough for a bold initiative by the Nobel Committee: next to the Peace Prize for outstanding contributions to the avoidance or settlement of conflicts, would it not be appropriate to create a Nobel Prize for Human Dignity? The criteria could be: an outstanding contribution to the protection or enhancement of human dignity, especially under circumstances where human rights and civil liberties are neglected or persecuted. LIU Xiaobo, and others like him who have proclaimed that human dignity is the highest but also an achievable goal, have shown the way.

 

If you wish to leave a comment, please click on "Ecrire un commentaire" below, after the text in French.

-:-:-


Le 8 octobre 2010, le Comité du Prix Nobel de la Paix (CPNP) a annoncé à Oslo que le lauréat pour 2010 était un militant des droits civiques qui purgeait une peine de onze ans dans une prison en Chine. Le 10 décembre, téléspectateurs et Internautes à travers le monde ont pu voir la cérémonie, dominée par le fauteuil vide réservé à LIU Xiaobo. Maintenant que les médias de grande diffusion prêtent moins d'attention à ces événements, le moment est venu de s'interroger sur la signification du choix fait par le CPNP, et de mener une réflexion sur les suites qu'il peut entraîner en Chine, mais également au-delà de ce grand pays.

Plusieurs fois dans son histoire, le Prix Nobel de la Paix (PNP) a fait connaître l'action courageuse, et parfois semblant vouée à l'échec, de personnalités ou entités en faveur de la dignité humaine. Martin Luther King (PNP 1964) fut récompensé pour avoir défendu les droits civiques aux Etats-Unis, avant l'abolition de la ségrégation raciale dans son pays dans les années 1970. Le prix attribué à Andrei Sakharov (1975) saluait sa magistrature morale à la tête du mouvement des droits civiques en Union soviétique, assez longtemps avant l'implosion de l'URSS (1991). Amenesty International, distinguée en 1977, poursuit son chemin. Tenzin Gyatso, le 14ème Dalai Lama (1979), reçut le prix comme un encouragement à poursuivre son action en faveur de l'autonomie culturelle, religieuse et linguistique des Tibétains. Lech Wałęsa (1983) défendit les droits civiques en Pologne. Desmond Mpilo Tutu (1984) s'éleva contre l'Apartheid. Aung San Suu Kyi (1991) lança le mouvement des droits civiques en Birmanie (devenue Myanmar), et continue de payer au prix fort son engagement courageux. Rigoberta Menchú (1992) fit connaître le sort peu enviable des populations indigènes en Amérique latine. Nelson Mandela et Frederik de Klerk (1993) furent distingués pour avoir mis fin à l'Apartheid. Plus de deux décennies après la fin de son mandat présidentiel, Jimmy Carter fut distingué (2002) pour ses efforts en faveur du réglement pacifique des conflits internationaux, la démocratie, les droits de la personne, le développement économique et social. Chirine Ebadi (2003) fut la première femme à être récompensée dans le monde musulman, pour sa défense des droits des femmes et des enfants en Iran.

En parallèle, le Prix Nobel de Littérature a parfois distingué des auteurs qui, par ailleurs, oeuvraient pour les droits de la personne, tel Alexandre Soljenitzine en 1970, soit plus de deux décennies avant la dissolution de l'empire soviétique. Au cours des dernières décennies, le prix a souvent été attribué à une personnalité ou entité déjà fort connue (King, Sakharov, Dalai Lama, Amnesty International, Mandela...). Mais le prix a plus rarement distingué une personne en résidence surveillée ou en prison (Aung San Suu Kyi, et maintenant LIU Xiaobo). Avec ce rappel historique en toile de fond, comment peut-on juger le Prix de la Paix attribué en 2010 ?

En choisissant LIU Xiaobo, le CPNP a créé une énorme surprise, car son nom et son action étaient à peu près inconnus dans les salles de rédaction, voire dans les administrations nationales. Comment l'annonce fut-elle reçue en Chine même ?

Dans les journées précédant l'annonce d'Oslo, la rumeur laissait entendre que le choix se porterait sur un militant des droits civiques en Chine. Les autorités centrales chinoises ne restèrent pas inactives. Un vice-ministre fut dépêché en Norvège pour brandir, sans ménagement, la menace de représailles si LIU devait être choisi : les relations commerciales et les investissements seraient interrompus. Dans la capitale norvégienne, l'Ambassade de Chine se démena auprès des ambassades indécises, projetant une vision apocalyptique de relations interrompues entre leurs Etats et Beijing, ou de contrats brusquement annulés. Ce démarchage intense a tout de même conduit une vingtaine d'Etats, ou leurs ambassades, à bouder la cérémonie de remise du prix.

Après l'annonce d'Oslo, la Chine eut recours à l'étouffement total, de sorte qu'aucun canal électronique, aucune publication ne reprit la nouvelle, à l'exception notable de Hongkong, où elle fit la une des journaux et des actualités télévisées. Mais en Chine continentale, pour la grande majorité des gens, la première nouvelle arriva une dizaine de jours plus tard, sous la forme de brefs articles dans la presse écrite, tous nourris des mêmes slogans, faisant apparaître LIU comme un dangereux criminel, jetant l'opprobre sur le CPNP pour avoir choisi un individu aussi "peu représentatif" qui traînerait derrière lui une réputation souillée. Cette attaque coordonnée fut sans doute lancée quand il devint clair que la nouvelle trouverait malgré tout à se répandre, quoique tardivement, en raison du nombre très élevé de visiteurs se rendant en Chine, y compris des centaines des milliers de Chinois d'outremer qui ont de la famille ou des amis dans ce pays. Il y avait aussi des centaines de milliers d'étrangers, venus voir l'Expo 2010 qui se déroulait alors à Shanghai. Par ailleurs, il peut y avoir des milliers, voire des dizaines de milliers d'Internautes en Chine qui utilisent un logiciel VPN (virtual private network) pour accéder à l'Internet global. En outre, un nombre tout de même élevé de hauts dirigeants du Parti communiste ont un accès régulier à l'actualité internationale, hors censure, par le canal des "Documents de référence" qui sont collationnés à leur seule intention. Face à tous ces "dangers" potentiels, la réponse des autorités fut simple, et semble avoir été efficace : grâce à sa propagation à travers tout le pays, la version officielle était destinée, tout simplement, à étouffer et remplacer la nouvelle authentique.

Dans le même temps, une mesure pour sauver la face fut mise au point et hâtivement mise en oeuvre : on forma un comité pour l'attribution d'un "Prix Confucius de la Paix" avec une finalité "patriotique" avérée, ses membres furent choisis parmi des universitaires à la retraite. Bien entendu, il n'y eut aucune allusion au fait que cette initiative soudaine était destinée à couvrir le bruit de fond du Prix Nobel de la Paix. Il semble que le lauréat désigné, LIAN Chan, un ancien vice-président de Taiwan, n'ait reçu aucune information préalable, et il ne s'est d'ailleurs pas présenté à la cérémonie à Beijing au cours de laquelle, pour les photographes, le prix fut remis à une fillette sans aucun lien de parenté avec le lauréat. La rumeur prétend que la liste des lauréats possibles comportait les noms de Bill Gates, Jimmy Carter, Nelson Mandela, et du "Panchen Lama", mais on peut se demander si l'un quelconque d'entre eux (à l'exception du quatrième, qui doit à l'autorité centrale à Beijing d'avoir été nommé à ce poste) fut jamais informé de ce qui se tramait.

Deux mois après ces événements, qu'en reste-t-il ? La grande majorité des gens en Chine n'a toujours pas entendu parler du Prix Nobel de la Paix 2010. Parmi ceux qui sont au courant, la plupart n'y portent aucun intérêt, et se satisfont de la version officielle selon laquelle le Comité d'Oslo, en récompensant un "criminel", a porté un tort irréparable à sa propre réputation. Les cercles officiels et leurs médias répandent l'idée que le choix du CPNP était uniquement motivé par la volonté de nuire à la réputation de la Chine dans le contexte international.

En Chine, pour une petite minorité, l'attribution du prix à LIU Xiaobo a été l'occasion d'une prise de conscience : la plupart n'avaient qu'une vague idée de la "Charte 08" dont LIU a été l'un des principaux rédacteurs, mais à présent ils en connaissent le contenu ; la plupart étaient disposés à croire les accusations "criminelles" -non étayées- portées contre LIU, mais le Prix Nobel lui a brusquement conféré une dimension morale sans équivalent en Chine depuis plusieurs décennies. Toutefois, cette prise de conscience se fait dans le silence, car ses bénéficiaires ont été rendus prudents par une longue suite de sévères punitions, chaque fois que la liberté d'expression a été défendue, lorsque les intellectuels furent traînés dans la boue, ou lorsque la sincérité fut acculée au désespoir. "Les choses ont énormément changé en Chine sur le plan économique, et cette tendance se poursuivra. Les droits civiques et humains évolueront bien plus lentement" entend-on souvent.

Au-delà des implications pour la Chine, et indirectement pour la communauté de langue chinoise à travers le monde, peut-on tirer des conclusions plus larges de l'attribution du Prix Nobel de la Paix 2010 à LIU Xiaobo ? Deux pistes méritent peut-être l'attention :

1) En tant que phénomène médiatique, le Prix Nobel de la Paix (annonce en octobre, cérémonie en décembre) s'est déroulé en même temps que le drame de WikiLeaks. Nous savons que les événements en Tunisie, et maintenant en Egypte, sont partis de révélations peu flatteuses, diffusées par WikiLeaks, sur la kleptomanie à grande échelle, et les moeurs souvent brutales, des dirigeants dans ces pays. Deux questions doivent être posées. D'abord, dans le voisinage de la Tunisie et de l'Egypte, les communications électroniques et l'Internet vont-ils favoriser un changement de régime, ou à tout le moins un surcroît d'équité sociale (en Jordanie, par précaution le monarque vient de remanier son gouvernement) ? Ensuite, au-delà du monde arabo-musulman, le monopole exercé par un parti unique sur l'économie et la politique est-il menacé par un accès accru à l'information, à l'évaluation et l'initiative ? En Chine, la plupart des gens peuvent bénéficier de la poursuite de la croissance économique, et cette tendance vigoureuse souligne un paradoxe de notre temps : le Parti communiste chinois est en train de présider à la mise en place du plus grand Etat capitaliste de la planète, et c'est cependant ce système économique qui préserve le monopole du parti unique. Lénine donnait à cet arrangement le nom de "dictature du prolétariat", pour tenter de justifier le parti unique.

2) Prix Nobel "de la Paix" ? L'appellation est appropriée quand elle vise la contribution exceptionnelle d'un Martti Ahtisaari (PNP 2008) qui, pour reprendre les termes de sa citation, fut récompensé "pour les efforts importants déployés, sur plusieurs continents durant plus de trois décennies, en faveur de la résolution de conflits internationaux". D'ailleurs, le règlement du PNP détermine de manière précise les individus ou entités susceptibles de recevoir le prix, pour "... avoir accompli le plus, ou le meilleur travail, en faveur de la fraternité entre les nations, pour l'abolition ou la réduction des forces armées permanentes, et pour la tenue ou la promotion des congrès pour la paix". Mais déjà, philosophes et sociologues indiquent que l'une des tendances du 21ème siècle est le déclin relatif, en nombre et en intensité, des conflits armés, tandis que s'affirme le besoin de consolider les droits civiques, humains et écologiques. Un tel contexte justifierait une initiative hardie de la part du Comité Nobel : à côté du Prix pour la Paix qui continuerait de reconnaître des contributions exceptionnelles à la prévention ou à la résolution des conflits armés, ne serait-il pas approprié de créer un Prix de la Dignité Humaine ? On pourrait retenir comme critère d'attribution : une contribution signalée à la protection ou à la mise en oeuvre de la dignité humaine, tout particulièrement dans des circonstances où les droits de la personne et les libertés civiques sont négligées ou donnent lieu à persécution. LIU Xiaobo, et d'autres qui comme lui ont fait de la dignité humaine un objectif altier mais atteignable, ont montré la voie.

Si vous souhaitez laisser un commentaire, cliquez sur "Ecrire un commentaire" ci-après. 

Partager cet article

Repost 0
Published by JJS
commenter cet article

commentaires