Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • JJS
  • Membre/Member, NTIA IANA Functions' Stewardship Transition Coordination Group (2014~2016); Membre/Member, NetMundial Initiative Coordination Council (déc. 2014~2016); ICANN/ALAC (2010~14); ICANN Board (2007-10); diplomat(e) (1971-2005); ambassadeur/dor (1995-2005). Gouvernance; défis globaux / Governance; global challenges.
  • Membre/Member, NTIA IANA Functions' Stewardship Transition Coordination Group (2014~2016); Membre/Member, NetMundial Initiative Coordination Council (déc. 2014~2016); ICANN/ALAC (2010~14); ICANN Board (2007-10); diplomat(e) (1971-2005); ambassadeur/dor (1995-2005). Gouvernance; défis globaux / Governance; global challenges.

Rechercher / Search

16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 00:00

Le texte en français se trouve à la suite du texte en anglais, ci-dessous.


For several weeks now, online videos and podcasts have allowed people around the globe to see the events unfolding in Tunis and Cairo. Running commentary, some very well informed, gave us the impression that we could comprehend the impending drama, as crowds gathered according to some mysterious pattern, barricades were assembled then buckled under sheer numbers, and the sudden view of tanks cast a shadow of grim reality on the excitement and fragrance of liberty... Does the recent experience of the Tunisians and Egyptians carry hope for the citizens of Iran, Algeria, and other places where human rights and civil liberties are routinely trampled upon?

 

Several dictatorships in the Middle East (and this is true of almost all the rulers in Iran since the Shah was chased from his throne) have long proclaimed that their special brand of theocracy was the ultimate remedy to the ills of our time and of their region. To them, the overthrow of European colonialism, and later of Western and Soviet imperialism, allowed the reinstatement of religion as the single most potent unifier of nations. As many of those self-styled "leaders" had little or no training in critical philosophy, governance, economics or planning, the blind trust they placed in their own religious persuasion served as a disguise for their ignorance of the contemporary world. Ignorance is also the driving force behind maintaining the inferior status of women, the rejection of comprehensive education, the fear of equality, the loathing of the rule of law and democratic process. And in many instances, religious beliefs and commentaries are invoked to maintain tradition, however cruel and unjust this may be by the standards of the 21st century.

 

Just now, the régime in Iran must be more than surprised by the way things are evolving, as only a few days ago it proclaimed that the fall of Ben Ali in Tunisia, followed by that of Mubarak in Egypt, heralded a new age of theocratic rule in the Arab and Muslim world. They seemed to believe that Ben Ali and Mubarak had fallen because they had been too tolerant towards Western values and too biased against the rule of the Sharia. They thought the removal of these suave dictators opened the way for their own mixture of ideology and religion to hold sway over the nefarious concepts of democracy and civil rights. In this context, the events unfolding in Teheran and other cities of Iran are quite revealing: fundamentalist religious persuasions do not seem to be the driving force, and may not be the ultimate beneficiaries of the current upheaval. It is interesting to note that in a recent TV debate in France, Tariq Ramadan acknowledged that events in Tunis and Cairo were not primarily guided, nor even enacted, by his colleagues of the Muslim Brotherhood, but by young professionals with a clearly secular or lay agenda calling for nothing less than democracy.

 

Much has been said about the role some modern tools have played in the events in Tunisia and Egypt, and now Teheran, Algiers and other cities of the region. A new phenomenon, at first invisible because of the magnitude and pace of events, seems to be taking shape in the Middle East: hitherto unorganized components of society have coalesced, bringing to a focal point the exasperation and lack of economic redistribution. The youth of these countries, whose massive unemployment fuels the rage against current national authorities, has organized itself with a speed and on a scale one could never have imagined just a few years ago. Consider this: it took decades for Arab leaders to arrive at a meeting of minds in the form of a pan-Arab caucus, because each was constrained by regional, ideological and communication obstacles, as well as by the rivalry between religious and lay references of nation-building. But now, in only two or three years, some young professionals, making full use of social networking, have set the foundation of a youth movement now straddling the Middle East (on this aspect, David D. Kirkpatrick and David E. Sanger recently wrote an interesting article in the New York Times).

 

Social networking is one of the major tools of our time. In recent history, other tools have been used as a potent weapon against totalitarian rule: remember the way the fax machine helped Glasnost and Perestroika in the declining Soviet empire; let us recall the way in which scenes of unrest against local corruption and bullying tactics in China were uploaded by ordinary people onto YouTube, the video portal which is no longer accessible to netizens in that country; let us ponder the efficacy with which mobile 'phones were used by citizens in Myanmar, rallying around Aung San Suu Kyi in spite of the curfew imposed by the military dictatorship. 

 

However, the effervescence brought about by social networking is doomed to short-lived satisfaction if it is only excitement and thrill. What is new and interesting in the events which culminated in Bourguiba Boulevard in Tunis, and in Al Tahrir Square in Cairo, is that the action was not limited, as television reports first indicated, to merely spontaneous assembly and a seemingly disorganized challenge to the authoritarian régime. Among the many influences which have shaped the convictions and action of the new generation of professionals (say, aged forty or less), I would like to single out one author who has relentlessly advocated non-violent action as a means of pushing back dictatorship. Dr. Gene Sharp, who founded the Albert Einstein Institute in 1983, has extensively researched, taught and written about the characteristics of autocratic rule, the way to repel dictatorship and foster democracy. His book "From Dictatorship to Democracy" is a seminal work in this respect.

 

Without indulging in extensive quotes from Dr. Sharp's book, here are some points which I consider of particular relevance to our time (quotes from "From Dictatorship to Democracy" are in brackets; unmarked comments are mine):

- Dictatorship is often characterized by the "maldistribution of power between the population and the elite in control of the government and its military forces". As a result, "dictators are equipped to apply violence overwhelmingly", in the face of which "despite bravery, the democrats are (almost always) no match", and violent action against dictatorship is rarely, if ever, a sustainable option.

- For a population submitted to dictatorship, relying on external help is illusory, as foreign powers will in any case be driven by their own agendas;  there is a clear need to "strengthen the oppressed population themselves in their determination, self-confidence and resistance skills".

- "Mass political defiance" is the preferred term used by Gene Sharp, as "non-violence" generally has the connotation of moral or religious pacifism. When warranted by circumstances, this political defiance is a genuine struggle and includes protest, non-cooperation and intervention.

- Having researched the cases where democracy was recovered, Dr. Sharp underlines the importance of fostering "independent social groups and institutions", capable of operating in parallel with the official entities maintained by a dictatorship. In Hungary, a myriad local democracy councils emerged in 1956-57, leading to the revolt which was quashed shortly after. Solidarność, the labour union, played a major role in leading Poland back to liberty. In Estonia, folk song groups chanted in Estonian their belief in freedom. In the dusk of the Soviet empire, the Human Chain in the Baltics was a potent and graphic illustration of the strength that can be achieved by modest citizen initiatives.

- Such "independent social groups and institutions" are of crucial importance once independence or liberty has been achieved, as usually the departing dictatorship has neglected institution-building, except in areas designed to consolidate their power (say, numerous and well-equipped police forces, highly mobile infantry, a secret network of prisons, guest houses for Party members, an elaborate system of censorship).

 

The overthrow of dictatorship is but one step, which in itself cannot provide justice, employment, education, or economic development. Reality has a cruel way of dampening the enthusiasm of revolutionary nights, introducing doubt where hope stood alone, in hours or days of splendour. If the military who are now in command in Egypt impose a dictatorship in disguise, then the sacrifices made in Al Tahrir Square, in the streets leading to this fulcrum, and in other cities, will in retrospect be just a dress rehearsal. The immediate danger would then be that, in the name of re-establishing order and rebooting the economy, the interim leadership would revert to authoritarian rule, procrastinate on free and fair elections, pursue censorship, and prepare a triumphant return of questionable standards which, in the name of religion or tradition, would cast aside democracy. This would signal the return of all the ills that the recent youth uprising had the courage and wisdom to challenge and ultimately overthrow.

 

Today Tunis, Cairo…

Tomorrow Teheran? Algiers? Manama? Damascus?

 

If you care to leave a comment, please click on "écrire un commentaire" below, after the text in French.

 

-:-


 

Depuis plusieurs semaines, vidéos et podcasts permettent au monde entier de suivre, en ligne, les événements de Tunis et du Caire. Des commentaires en flux continu, certains fort bien renseignés, nous ont donné le sentiment de saisir le drame qui se nouait, tandis que les foules se rassemblaient comme pour se conformer à quelque schéma mystérieux, des barricades étaient dressées avant de céder sous le pression du nombre, et l'apparition soudaine de chars jetait une ombre, sombre réalité, sur le parfum et l'ivresse de la liberté... La récente expérience des Tunisiens et des Egyptiens est-elle porteuse d'espoir pour les citoyens d'Iran, d'Algérie ou d'autres lieux où les droits de la personne et les droits civiques sont couramment piétinés ?

 

 

Plusieurs dictatures du Moyen Orient -et ceci vaut pour presque tous les dirigeants de l'Iran depuis la destitution du Chah- ont systématiquement prétendu que le modèle de théocratie mis en place par leurs soins constituait l'ultime remède aux maux de notre temps et de leur région. A leurs yeux, le renversement du colonialisme européen, puis des impérialismes occidental et soviétique, ont permis de rendre à la religion son rôle de plus puissant unificateur des nations. Comme nombre de ces "dirigeants" auto-proclamés ne possédaient que peu, ou pas du tout, de formation en matière de philosophie critique, de gouvernance, d'économie ou de planification, la confiance aveugle qu'ils faisaient à leur propres convictions religieuses servait de paravent à leur ignorance du monde contemporain. L'ignorance explique aussi le maintien du statut inférieur de la femme, le rejet d'une éducation humaniste, la peur du principe d'égalité, la haine contre l'état de droit et les processus démocratiques. Et dans bien des cas, les croyances religieuses ou les gloses qui en découlent, sont invoquées pour maintenir vaille que vaille la tradition, quelque cruelle et injuste qu'elle puisse être au regard des normes du vingt et unième siècle.

 

En ce moment même, le régime iranien doit être plus que surpris, puisqu'il y a à peine quelques jours il proclamait encore que la chute de Ben Ali en Tunisie, suivie de celle de Moubarak en Egypte, annonçait une nouvelle ère de gouvernance théocratique dans le monde arabo-musulman. Ils semblaient croire que Ben Ali et Moubarak avaient perdu le pouvoir à cause de leurs penchants pro-Occidentaux et leur résistance à la Charia. Ils semblaient persuadés que le départ de ces deux dictateurs aux manières suaves ouvrait la voie à leur propre mélange d'idéologie et de religion, permettant à cette dernière de triompher sur les concepts néfastes de démocratie et de droits civiques. Dans ce contexte, les événements en cours à Téhéran et d'autres villes iraniennes sont particulièrement révélateurs : les convictions fondamentalistes se réclamant de l'Islam ne semblent pas être une force motrice, et pourraient d'ailleurs de pas être les ultimes bénéficiaires du chambardement en cours. Il est intéressant de noter qu'au cours d'un récent débat télévisé en France, Tariq Ramadan a reconnu que les événements à Tunis et au Caire n'étaient pour l'essentiel pas guidés, ni même mis en oeuvre, par ses collègues les Frères Musulmans, mais plutôt par de jeunes professionnels disposant d'un plan d'action clairement laïque dont l'objectif avéré est l'instauration de la démocratie.

 

On a beaucoup commenté la manière dont certains outils modernes ont contribué aux événements en Tunisie et en Egypte, et maintenant à Téhéran, Alger et d'autres villes de la région. D'abord invisible à cause des dimensions et de la soudaineté des événements, un nouveau phénomène semble prendre forme au Moyen Orient : des composantes de la société, naguère peu ou pas organisées, se sont coalisées, fédérant toute l'exaspération et le besoin de redistribution économiques. La jeunesse de ces pays, dont le taux très élevé de chômage alimente la rage contre les autorités en place, a su s'organiser avec une rapidité et à une échelle tout simplement inconcevables il y a quelques années. Qu'on y songe : il fallut aux dirigeants arabes plusieurs décennies pour parvenir à une plateforme commune, une enceinte pan-arabe, car chacun était contraint par ses propres obstacles régionaux, idéologiques et de communication, mais aussi par la rivalité entre références religieuses et laïques pour établir l'Etats-nation. Mais voici qu'en seulement deux ou trois ans, de jeunes professionnels, en exploitant toutes les ressources du réseautage social (social networking), ont jeté les bases d'un mouvement de jeunesse qui s'étend progressivement à l'ensemble du Moyen Orient (sur cet aspects, lire un article intéressant dans le New York Times, de David D. Kirkpatric et David E. Sanger). 

 

Le réseautage social constitue l'un des grands instruments de notre temps. L'histoire récente fournit d'autres exemples d'outils utilisés comme armes efficaces contre le totalitarisme: rappelons la manière dont le fax contribua aux mouvements Glasnost et Perestroïka, dans le déclin de l'empire soviétique ; souvenons-nous des scènes de révolte contre la corruption ou les exactions commises par des autorités locales en Chine, mises en ligne par des Internautes qui, depuis, n'ont plus accès à YouTube dans leur pays; réfléchissons à l'efficacité avec laquelle les téléphones mobiles furent utilisés par les citoyens du Myanmar, permettant leur rassemblement autour d'Aung San Suu Kyi en dépit du couvre-feu imposé par la dictature militaire.

 

Toutefois, l'effervescence née du réseautage social est condamné à une satisfaction de courte durée si elle se réduit au seul sentiment d'exaltation. Ce qui est nouveau et intéressant dans les événements qui ont culminé Boulevard Bourguiba à Tunis et sur la Place Al Tahrir au Caire, c'est que l'action ne s'est pas limitée, comme des reportages télévisés l'ont d'abord suggéré, au rassemblement spontané et à l'opposition désorganisée au régime autoritaire. Parmi les nombreuses influences qui ont forgé les convictions et l'action de la nouvelle génération de professionnels (disons, en-dessous de quarante ans), je souhaite mentionner en particulier un auteur qui n'a cessé de prôner l'action non-violente comme moyen pour mettre à mal la dictature. Le professeur Gene Sharp, fondateur de l'Institut Albert Einstein en 1983, a consacré de nombreuses recherches, son enseignement et des publications aux pouvoirs autocrates, ainsi qu'aux moyens de combattre la dictature et de soutenir la démocratie. Son livre " De la dictature à la démocratie" présente un intérêt fondamental à cet égard. 

 

Sans chercher à trop citer Gene Sharp, voici quelques réflexions qui trouvent un écho tout particulier dans les événements en cours (les citations du livre "De la dictature à la démocratie" sont entre guillemets, les autres observations sont de moi) :

- La dictature se caractérise souvent par "une mauvaise distribution du pouvoir entre la population et une élite qui contrôle l'appareil d'Etat et sa force militaire". Il en résulte que "les dictateurs sont outillés pour exercer une violence irrésistible", à laquelle "malgré leur courage, les démocrates (la plupart du temps) ne peuvent guère faire face". Ainsi, l'action violente contre la dictature est rarement, sinon jamais, une option viable.

- Pour une population qui subit la dictature, il est vain de compter sur une aide extérieure, car les puissances étrangères agiront toujours en fonction de leurs propres intérêts; à l'évidence, il est nécessaire de "renforcer dans ces populations opprimées, la détermination, la confiance en soi et les capacités de résistance".

- "La rébellion politique en masse" (mass political defiance) est l'expression à laquelle Gene Sharp recourt volontiers, dans la mesure ou la "non violence" a une connotation de pacifisme moral ou religieux. Lorsqu'elle est justifiée par les circonstances, une telle rébellion politique est une véritable lutte pouvant inclure des actions de protestation, de non-coopération et d'intervention.

- Ayant étudié les cas où la démocratie a pu être recouvrée, G. Sharp souligne l'importance qui s'attache à promouvoir des "groupes sociaux et institutions indépendants", parallèles aux entités officielles maintenues par une dictature. En Hongrie, une multitude de conseils démocratiques locaux furent créées en 1956-57, conduisant à la révolte qui fut écrasée peu après. Solidarność, le syndicat ouvrier, joua un rôle majeur dans le retour de la démocratie en Pologne. En Estonie, des chorales folkloriques exprimaient par le chant leur foi en la liberté. Dans le crépuscule de l'Empire soviétique, la Chaîne humaine à travers les Etats baltes a illustré de manière saisissante la force émanant de modestes initiatives citoyennes.

- De tels "groupes sociaux et institutions indépendants" ont une importance cruciale, une fois l'indépendance ou la liberté recouvrée, dans la mesure où une dictature sortante a généralement négligé les institutions, à l'exception des domaines conçues précisément pour consolider leur pouvoir (par exemple des forces de police nombreuses et bien dotées, une infanterie très mobile, un réseau secret de prisons, des lieux de villégiature pour les membres du parti dominant, une censure perfectionnée).

 

Le renversement d'une dictature n'est qu'un premier pas, en lui-même incapable de procurer justice, emploi, éducation ou développement économique. La réalité vous a une façon cruelle d'étouffer l'enthousiasme des nuits révolutionnaires, laissant s'infiltrer le doute là où l'espoir se tenait seul, des jours ou des heures glorieuses durant. Si les militaires qui exercent désormais le pouvoir en Egypte en viennent à imposer une dictature déguisée, alors les sacrifices consentis sur la Place Al Tahrir, dans les ruelles conduisant à cet épicentre, et dans d'autres villes, sembleront n'avoir constitué qu'une répétition générale.  Le danger immédiat serait alors que, au nom du rétablissement de l'ordre et de la relance de l'activité économique, le pouvoir intérimaire en revienne à l'autoritarisme, remettant sine die la tenue d'élections libres et ouvertes, poursuivant la censure, permettant le retour en force de normes douteuses qui, au nom de la religion ou des traditions, pourraient rejeter avec d'autant plus de force la démocratie. Ce serait alors le retour de la cohorte de maux que la récente révolte des jeunes a eu le courage et la sagesse de contester, et finalement de renverser. 

 

Aujourd'hui Tunis, le Caire...

Demain Téhéran ? Alger ? Manama ? Damas ?

 

Si vous souhaitez laisser un commentaire, veuillez cliquer sur "Ecrire un commentaire", ci-dessous.

Partager cet article

Repost 0
Published by JJS
commenter cet article

commentaires