Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • JJS
  • Membre/Member, NTIA IANA Functions' Stewardship Transition Coordination Group (2014~2016); Membre/Member, NetMundial Initiative Coordination Council (déc. 2014~2016); ICANN/ALAC (2010~14); ICANN Board (2007-10); diplomat(e) (1971-2005); ambassadeur/dor (1995-2005). Gouvernance; défis globaux / Governance; global challenges.
  • Membre/Member, NTIA IANA Functions' Stewardship Transition Coordination Group (2014~2016); Membre/Member, NetMundial Initiative Coordination Council (déc. 2014~2016); ICANN/ALAC (2010~14); ICANN Board (2007-10); diplomat(e) (1971-2005); ambassadeur/dor (1995-2005). Gouvernance; défis globaux / Governance; global challenges.

Rechercher / Search

21 janvier 2008 1 21 /01 /janvier /2008 12:35

 A la suite de l'article "2008 : faits & tendances", j'ai reçu plusieurs commentaires. Pierre de l'Oratoire, qui a déjà été l'invité de ce blog, présente ci-dessous quelques analyses intéressantes.

In reaction to the article « 2008: facts & trends », I received several comments. Pierre de l'Oratoire, who has already been a guest writer on this blog, presents some interesting views below.


Pierre de l'Oratoire :

2008, l'impossible devient probable


Je partage largement votre analyse, et les éléments que vous mettez en exergue. Trois remarques et un vœu:


1/ Ce genre d'exercice auquel vous nous invitez est d'autant plus « stimulant » que l'on peut imaginer de véritables ruptures et non des extrapolations... Ou, pour reprendre le titre et sous-titre d'un récent livre de Jean-Pierre Dupuy (professeur de philosophie sociale et politique à l'Ecole Polytechnique et à l'Université de Standford) "Pour un catastrophisme éclairé : quand l'impossible est certain".

De tout temps, le prophète annonce le plausible, le possible, le probable, le quasi-certain… afin que l’homme réagisse à temps et « détourne le destin » (ou le courroux de Dieu, comme les prophètes dans l’Ancien Testament). Alors allons-y : guerre civile au Pakistan, insurrections dans les campagnes chinoises, confrontation avec l’Iran, reprise du pouvoir par les Talibans afghans, émeutes de la faim ici et là, assassinats de personnalités libres, hausse vertigineuse du prix du pétrole bouleversant les données de la mondialisation fondée sur les échanges physiques…

 2/ Un commentaire sur la récession qui est en train d'arriver : le principal facteur discriminant (en particulier pour les pays émergents que vous évoquez) sera la nature présente et les orientations de chaque économie ; ainsi, les pays dont le dynamisme économique et la croissance reposent plus sur leur marché domestique que sur l'exportation, seront beaucoup moins affectés: c'est la revanche de l'Inde sur la Chine.

 3/ J'ajouterai un élément complexe appelé à jouer un rôle important en 2008 : les hausses des prix des biens agricoles en de multiples endroits de la planète, ou plus généralement l’insécurité alimentaire. On en a eu un aperçu avec les émeutes de la tortilla au Mexique, des grèves contre les pâtes chères à Rome, la hausse de près de 20% des prix alimentaires en Chine, les renversements de l’offre et de la demande des produits laitiers en Europe... A présent, l’' « ag-flation » (les économistes sont plus rapides pour créer des néologismes que pour créer des richesses…) est là, fruit des aléas climatiques (dont le réchauffement), de la réduction des terres arables (sous les coups de l’urbanisation et des infrastructures, notamment de transport), de la hausse des coûts des intrants (dont le pétrole et ses dérivés), de la raréfaction de l’eau, des modes de culture, de la modification des régimes alimentaires (la consommation de viande en Chine a plus que doublé depuis 1990 – or il faut trois à huit protéines végétales pour faire une protéine animale !), de la concurrence des agro-fuels, ainsi que de la croissance de la population mondiale… L'impact économique et politique de l' « ag-flation » reste à évaluer, à prévoir, à anticiper.

 Un vœu pour terminer : que les politiciens français réduisent enfin les remugles de leur tout à l’ego…

Pour donner votre avis, cliquez ci-dessous (après la version en anglais du présent article) sur "ajouter un commentaire". Ou retour à la page d'accueil de Serenidee.



Pierre de l'Oratoire :

2008, the impossible becomes probable

I'm widely in agreement with your analysis, and with the features you chose to highlight. Three remarks and one wish:


1/ This kind of exercise to which the readers of this blog are invited, is indeed stimulating, as they are called upon to imagine true cleavages, rather than just extrapolations... Or, to take up the title and sub-title of a recent book by Jean-Pierre Dupuy (Professor of social and political philosophy at Ecole Polytechnique and at Standford University) « In defence of enlightened catastrophism: when the impossible is certain » ("Pour un catastrophisme éclairé : quand l'impossible est certain").

 Since the earliest times, prophets have heralded things plausible, possible, probable, quasi certain... to bring mankind to react in a timely fashion to « obviate destiny » (or the wrath of God, as in the prophets of the Old Testament). So let's do just that: civil war in Pakistan, revolt in the Chinese countryside, confrontation with Iran, the Afghan Taliban regaining power, food revolts here and there, figureheads of freedom and free speech being murdered, steep rise in the cost of oil bringing about a huge change in the very parameters of globalization, which is dependent upon physical exchanges...

 2/ One comment on the looming recession: the main discriminating factor (especially in the emerging economies you mention) will be the present state and the policy choices of each economy; thus, countries whose economic dynamism and growth depend more on their domestic market than on exports, will be less at risk: this is India's revenge on China.

 3/ I would add a complex element which will no doubt play an important rôle in 2008: in many parts of the world, a hefty increase in the cost of food products, and more generally, an aggravated insecurity in food supply. This has already been demonstrated by the « tortilla revolt » in Mexico, strikes against the price of pasta in Rome, the increase of 20% in the price of foodstuffs in China, the reversal of supply and demand of dairy products in Europe... Now, the trend is « ag-flation » (economists are quicker at coining new words than at creating wealth...), which is the result of various factors: climate instability (including warming), the shrinking proportion of arable land (as a consequence of urban growth and space taken up by infrastructure, especially for transport), the rising cost of agricultural inputs (including oil and its derivatives), growing scarcity of water, modes of agricultural production, modified eating habits (in China, consumption of meat has doubled since 1990 – and it takes three to eight plant proteins to make one animal protein!), competition from agro-fuels, and the general increase in world population… The economic and political impact of « ag-flation » remains to be properly evaluated, forecast, anticipated.

 And finally, one wish: may French politicians, at long last, reduce the stench from some of their ego-centric plumbing

To give your opinion, please click below on "ajouter un commentaire". Or return to Serenidee homepage.

Repost 0
Published by Pierre de l'Oratoire - dans serenidee
commenter cet article
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 12:20

(this article was updated on 20th January 2008)


"Chacun voit midi à sa porte" (literally, "every man sees high noon at his doorstep") is a French saying for "all truth is subjective". And the same applies to things taking shape, with the added difficulty that forecasting has always been a risky task.

In the spirit of this blog, which favours debate, I'd like to invite you to contribute events or trends which, in your view, could turn out to be significant in 2008. I would encourage you to state why you think an event or a trend might be meaningful, rather than merely stating that it is important. You may also wish to correct what you perceive as conventional wisdom. To start the ball rolling, here is a brief list (the order in which the items are listed is not meant to reflect any predetermined degree of importance). Over the past week I received some remarks and suggestions, which have been integrated in this updated version.

- 2008, International Year of Languages. Yes, I know: each year, some noble cause is set aside for special attention, but sometimes this simply -and sadly- reflects the fact that there is little hope of achieving the goals assigned by that celebration. Think of racism, think of crass intolerance, which are still rife in so many parts of the world. But the decision to proclaim an international year devoted to a cause can have some effect in the long run, as can be seen in the case of fighting against illiteracy, or the battle against certain diseases. Coming back to the International Year of Languages, its significance lies in the fact that languages are the vehicles of communication, but also the crucibles of identity and culture. Some politicians, some media people occasionally call for "an end to all this waste of having so many languages, instead of everyone just using, say, English", for instance in the daily work of the European Union (EU). As a citizen of a Member State of the EU, and considering myself European, I find it quite normal that a fraction of the taxes I pay are used to fund the needs of interpretation and translation in the EU. By respecting the right to everyone's language, we observe one of the most fundamental rights.

- 2008 will determine the choice of the next President of the USA, even though the successor to George W. Bush will not be sworn into office before the 20th of January 2009. It is customary to say that every US presidential election is important because the policy choices of the new executive can have an impact on many other countries, say through the way commercial issues are taken up at the World Trade Organization (WTO), or attitudes toward the eco-system of our planet (the Kyoto Protocol and beyond). But the upcoming election is significant in several new ways. If Barack Obama were elected, for the first time in its history the USA would send a “non white" to the Oval Office. More interestingly, they would be choosing a new type of US citizen as their highest representative: born of a "white" mother from Kansas and of a "black" father from Kenya, M. Obama would actually be different from both liberal "whites" and from the present generation of "black" leaders (e.g. Jesse Jackson, who has been critical of B. Obama). Would this signal a true generation shift, as well as -at long last- the racial reconciliation of the USA? Another interesting feature of the upcoming election is that the future President will have to accommodate the fact that his country, while still in a position of privilege inherited from the outcome of World War 2, is no longer  dominant in an increasing number of areas: the US Dollar now faces competition from the Euro; US military might is at odds with its political will; NATO has been weakened, not by European ambition, but by a shift of US policies; the US economic model seems less sustainable than a decade ago... But for the incoming President, perhaps the biggest challenge of all will be to reverse the tendency of the last few years, during which world public opinion has downgraded the USA, now placing it in the same category as Russia or Saudi Arabia. Can the USA make a comeback, to regain its power of attraction as a social model, as a paradigm of opportunity but also of fairness and equality, as a reference in international relations and in global governance?

- 2008: world recession, or simply a new pack of cards? Curiously, it has taken mainstream media many months to recognize the fact that some major economies were running into deep trouble. When the "subprime" crisis could no longer be ignored, monetary authorities just threw money at it, by the billions. As it became clear that the looming crisis in the USA was not limited to housing, investment funds ran in all directions, banks and other financial institutions experienced heavy losses, and now there is a sense that the ominous word "depression" may soon apply. If this were to happen in 2008, it would no doubt start in the USA, but would of course have an impact on its main trading partners, the EU, China, Japan, and other countries in Asia, the Pacific, Latin America, and the Middle East. But viewed in a somewhat longer term, this crisis begs a crude question: is this truly going to be a world recession, as was the case in 1929-30, or is this mainly a US crisis and just a new pack of cards being imposed upon the world economy by a set of circumstances? Is the USA going to suffer the brunt of the recession with some of its major partners feeling the heat, but the rest of the world getting by? To be blunt, is the slack in US business going to be taken up by the huge increase of economic activity in China, India, Brazil and others, even though this may take another decade?

- 2008: the beginning of a new phase in European integration? To enter into force, the modified Lisbon Treaty (signed by the Heads of State or Government on ) must be ratified by all the Member States. Among these, only Eire (the Republic of Ireland) has a constitutional requirement to organize a referendum. That being said, in the other Member States the way ahead is not without risk, especially where public opinion and the political structure are “euro sceptic”. In other countries as well, parliamentary ratification is not a foregone conclusion, because of the risk of contamination of undecided citizens by a rise in the “no” camp, for instance if in one country the ratification process turns out to be difficult or, even worse, negative.

- 2008: protecting the environment, a growing challenge for public opinion in industrial countries. But this subject will most likely remain on the agenda, unresolved for a long time, because of differences of appreciation regarding the causes and the magnitude of climate change, the appropriate solutions, and the equitable sharing of the necessary efforts.

- 2008: zones of tension and instability still present the same degree of danger. In Kosovo, the ample movement in favour of independence is opposed by Serbia, a country supported by Russia. This potentially explosive situation, in a zone where instability has been rife for decades, happens to be in the immediate vicinity of the European Union. One question could arise: if Kosovo were to acquire independence, could this influence other entities which, like Kosovo, hold autonomy or independence as a goal, in Central or Eastern Europe, or in Asia? In the Middle East, areas of tension and instability are as widespread as in the past few years. Actually, this vast zone possesses features which are both interesting and dangerous: it is a prime reservoir of energy resources, but it is also the point of convergence of the three large monotheistic religions whose problems or rivalries inevitably have repercussions elsewhere in the world. In summary, the situation in the Middle East seems as much fraught with danger as a year earlier. The continuous conflict between Israel and Palestine has reached such proportions that one dare not guess what the chances are of returning to a normal life, nor of reaching a conclusion in the long drawn-out “peace process” between Israel and the Palestinian Authority, whatever the belated commitment of President Bush and Condoleeza Rice. In Irak, the quagmire in which the US troops and their remaining allies are sinking, leaves little hope of a proper solution: the military occupation has gone so far that even a withdrawal of US troops, which Barack Obama is the only candidate in the US presidential race to be calling for, carries the risk of igniting a conflict of unbelievable cruelty between Shiites, Sunnis and Kurds, national reconciliation seeming totally beyond reach for the time being. The role of Iran in the region is not viewed positively by a large segment of the international community, its lack of transparency in developing nuclear energy causing concern. The politics of sanctions against Iran is rendered inefficient by the rifts in the Security Council of the United Nations, so that some experts fear there might be “pre-emptive” military strikes against Iran (by the USA or Israel?), which the same observers think would then be used by Teheran to fuel a major conflict in the Middle East, with worldwide repercussions because of the crucial importance of oil resources. In Afghanistan, the worsening politico-military situation is visible in several ways: an historic increase in the production and export of drugs derived from the poppy crop, a less comprehensive military effort by the USA, the gradual withdrawal of troops by several allies of the US, and a weakening of Afghan authorities both at the State level and in the provinces. Pakistan is falling into a chaotic situation in which the predictable triumph of one or the other form of extremism (military dictatorship or religious and sectarian dictatorship) leaves little hope of a turn towards democracy.

- 2008, any significance for global communications and the Internet? According to current estimates, out of a world population of more than 6 billion people, some 2 billion use mobile 'phones, the users of computers is anything between 1 and 2 billion, and the number of people using the Internet (whether regularly or infrequently) is of the order of 1 billion. Experts consider that the next billion of Internet users will arrive before 2010, and that they will probably include about 500 million users in China (although, for the time being, that country is more one huge intranet than a part of the Internet, as shown by cases of censorship recently made public). It's quite amazing that a juxtaposition of infrastructures in separate countries, and a loose combination of regulatory and legal dispositions across the globe, have been able to support an expansion of such magnitude, in overall communications. This is truly changing our world, to an extent that some governments, chapels or ideologies might regret. In Burma, the non-violent resistance of the Buddhist clergy suddenly gave new faith in the long drawn out courage of Aung San Suu Kyi, and it seems that both mobile 'phones and Internet were instrumental in this attempt at emancipation from dictatorship. By the way, do you remember that another technical process had been instrumental in the spread of Samizdat  newsletters, which were part of Glasnost and Perestroika in the USSR, I mean the fax machine? Information, at least truthful and verifiable information, is certainly more abundant today, and the trend seems clear for the coming years. Does this mean that we can hope for a shrinking fabric of ignorance, and therefore of intolerance, aggression and war?

I still have a few items up my sleeve, as regards events or trends which might be significant in 2008, but I'd like to have your views: please click below on "ajouter un commentaire". Or return to Serenidee homepage.

(article mis à jour le 20 janvier 2008)


"Chacun voit midi à sa porte" : cet adage s'applique aussi aux tendances en train de prendre forme, la prévision n'étant jamais sans risque.

Dans l'esprit de ce blog, qui appelle au débat, je vous invite à faire part des événements ou des tendances qui, d'après vous, pourraient se révéler significatives en 2008. Je vous encouragerais à dire pourquoi vous pensez que tel ou tel événement peut être important, au lieu de simplement proclamer qu'il est important. Peut-être souhaiterez-vous corriger telle ou telle affirmation, si vous la trouvez erronée. Pour lancer le débat, voici une brève liste (l'ordre ne reflète aucun degré d'importance prédéterminé). Au cours de la semaine écoulée, j’ai reçu des remarques et suggestions, qui ont été intégrées dans cette mise à jour.

- 2008, Année internationale des langues. Oui, j'en suis conscient : chaque année, on désigne quelque noble cause à notre attention, mais parfois cela reflète -triste vérité- le peu d'espoir de la faire aboutir. Songez au racisme, à l'épaisse intolérance, encore si répandues dans le monde. Mais la décision d'assigner une cause pour une année peut avoir un certain à long terme, comme on le voit avec la lutte contre l'analphabétisme, ou contre certaines épidémies. Mais revenons à notre Année internationale des langues : ce choix est pertinent car les langues sont non seulement des vecteurs de communication, mais aussi des creusets d'identité et de culture. Certaines personnalités politiques, certains responsables dans les médias, souhaitent "une fin à toute cette gabegie de langues multiples, au lieu d'une seule langue véhiculaire, disons l'anglais", par exemple dans le travail quotidien de l'Union européenne (UE). En tant que citoyen d'un Etat membre de l'UE, et me sentant Européen, je trouve assez normal qu'une partie de mes impôts serve à financer l'interprétation et la traduction dans l'UE. En respectant le droit de chacun(e) à l'usage de sa langue, nous respectons l'un des droits les plus fondamentaux.

- 2008 déterminera le choix du prochain président des Etats-Unis d'Amérique (EUA), même si le successeur de George W. Bush ne prendra ses fonctions que le 20 janvier 2009. On a coutume de dire que toute élection présidentielle aux EUA est importante parce que les choix politiques du nouveau chef de l'exécutif peuvent avoir un impact sur de nombreux autres pays, que ce soit à travers les positions commerciales adoptées à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), ou l'attitude à l'égard de la protection de l'écosystème de notre planète (Protocole de Kyoto et ses suites). Mais cette fois-ci l'élection est significative de plusieurs nouvelles façons. Dans l'hypothèse d'une victoire de Barack Obama, ce serait la première fois dans l'histoire que le corps électoral des EUA enverrait à la Maison Blanche un non "blanc". Plus intéressant encore, il choisirait ainsi un nouveau type de citoyen pour les représenter au plus haut niveau : né d'une mère "blanche" du Kansas et d'un père "noir" du Kenya, M. Obama se distinguerait, en réalité, et des "blancs" libéraux, et de la présente génération de dirigeants "noirs" (par exemple Jesse Jackson, qui est assez critique à l'égard de B. Obama). Serait-ce alors le signal d'un véritable changement de génération, ainsi que -enfin- la réconciliation entre les différentes composantes des EUA ? Un autre aspect intéressant de l'élection : le nouveau président devra faire face à une nouvelle réalité, que son pays, même s'il jouit encore des privilèges issus de la Deuxième Guerre mondiale, n'est plus dominant dans un nombre croissant de domaines : le Dollar doit faire face à l'Euro ; la puissance militaire des EUA est en discordance avec sa volonté politique ; l'OTAN a été affaiblie, non pas par l'ambition européenne, mais par les changements d'orientation des politiques des EUA ; le modèle économique nord-américain semble moins viable à terme qu'il y a seulement une décennie... Mais sans doute le plus grand défi que le nouveau président devra relever, sera de tenter de renverser la tendance des dernières années au cours desquelles l'opinion publique mondiale a ravalé les EUA dans l'échelle des valeurs, aujourd'hui au même niveau que la Russie ou que l'Arabie Saoudite. Les EUA peuvent-ils réussir un retour, peuvent-ils reconquérir leur pouvoir d'attraction en tant que modèle social, comme parangon des occasions les plus ouvertes mais aussi d'équité et d'égalité, en tant que référence dans les relations internationales et dans la gouvernance mondiale ?

- 2008 : récession mondiale, ou redistribution des cartes ? Curieusement, il aura fallu aux grands médias de nombreux mois pour reconnaître que certaines des plus grandes économies sont en difficulté. Lorsque la crise du "subprime" ne pouvait plus être ignorée, les autorités monétaires ont tenté de la résoudre à force de milliards. Lorsqu'il est devenu patent que la crise en gestation aux EUA ne se limitait au seul secteur du logement, les fonds d'investissement se sont agités en tout sens, les banques et les autres établissements financiers ont essuyé de lourdes pertes, et maintenant le sentiment prévaut que le terrible mot de "dépression" pourrait bientôt devenir d'actualité. Si ce scénario devait effectivement voir le jour en 2008, il débuterait sans doute aux EUA, aurait évidemment un impact sur ses principaux partenaires économiques, l'UE, la Chine, le japon, d'autres pays en Asie, dans le Pacifique, en Amérique Latine, au Moyen Orient. Mais replacée dans une perspective à plus long terme, une telle crise appelle une question évidente : s'agira-t-il véritablement d'une récession mondiale, comme en 1929-30, ou verrons-nous avant tout une crise aux EUA ainsi qu'une redistribution des cartes dans l'économie mondiale, du fait des circonstances ? Verrons-nous les EUA subir le gros de la récession et certains de leurs partenaires en subir aussi les conséquences, mais le reste du monde se tirant d'affaire ? Pour parler sans détours, l'affaiblissement de l'économie des EUA sera-t-elle compensée (au moins en partie) par  l'énorme croissance de l'activité économique de la Chine, de l'Inde, du Brésil et d'autres, même s'il faudra une décennie pour que cette tendance devienne sensible ?

- 2008 : début d’une nouvelle phase de la construction européenne ? Pour entrer en vigueur, la signature du traité modifié de Lisbonne () doit être ratifié par tous les Etats membres. Parmi ceux-ci, seule l’Eire (République d’Irlande) se trouve dans l’obligation constitutionnelle d’organiser un référendum. Pour autant, dans les autres Etats membres le chemin n’est pas dépourvu d’embûches, surtout là où l’opinion publique et la classe politique sont eurosceptiques. Dans d’autres pays, le débat parlementaire sur la ratification est loin d’être gagné d’avance. En outre, il y a un risque de contagion des indécis par un gonflement du camp des « non », par exemple si dans un pays la ratification se révèle problématique ou, pire, négative.

- 2008 : la protection de l’environnement, un enjeu grandissant pour l’opinion publique dans les pays industrialisés. Mais les divergences quant aux causes et à l’ampleur du dérèglement climatique, aux solutions à adopter, ainsi que la difficulté à répartir équitablement les efforts nécessaires, font que ce sujet restera d’actualité encore pendant longtemps.

- 2008 : les zones de tension et d’instabilité ne manquent pas. Au Kosovo, le large mouvement en faveur de l’indépendance est contré par la Serbie, soutenue par la Russie. Cette situation potentiellement explosive, dans une région caractérisée depuis des générations par une grande instabilité, se trouve dans le voisinage immédiat de l’Union européenne. Une question peut se poser : si le Kosovo devenait indépendant, quel pourrait être l’effet sur d’autres régions ayant, comme lui, des aspirations autonomistes ou indépendantistes, en Europe centrale, en Europe orientale, en Asie ? Au Moyen Orient, les foyers de tension et d’instabilité demeurent aussi nombreux et exacerbés que ces dernières années. En réalité, cette vaste région possède des caractéristiques à la fois intéressantes et dangereuses : grand réservoir de ressources énergétiques, mais aussi lieu de rencontre des trois grandes religions monothéistes dont les problèmes ou les rivalités se répercutent dans d’autres parties du monde. Dans l’ensemble, la situation y paraît encore plus inquiétante qu’il y a un an. Le conflit continu entre Israël et Palestine a pris de telles proportions qu’on n’ose plus risquer un pronostic sur les chances d’un retour à la vie normale, ni sur l’aboutissement du processus « de paix » entre Israël et l’Autorité palestinienne, quel que puisse être l’engagement très tardif du président Bush et de Condoleeza Rice. En Iraq, le bourbier dans lequel continue de s’enfoncer les troupes des Etats-Unis et des quelques alliés qu’il leur reste sur place, ne permet pas d’espérer une issue convenable : l’occupation militaire a été tellement loin que le retrait des Etats-Unis, que Barack Obama, seul parmi les candidats à la présidence des EUA à réclamer, risquerait fort de déclencher un affrontement d’une cruauté inouïe entre Chiites, Sunnites et Kurdes, une réconciliation nationale paraissant pour l’instant hors d’atteinte. Le rôle de l’Iran dans la région n’est guère perçu comme positif par la communauté internationale, tant ses projets de développement de l’énergie nucléaire suscitent inquiétude et appréhension en raison du manque de transparence de Téhéran. La politique des sanctions à l’égard de l’Iran, est frappée d’inefficacité en raison des divergences au Conseil de sécurité des Nations Unies, ce qui fait craindre à certains experts des frappes militaires « préventives » contre l’Iran (par les Etats-Unis d’Amérique ou par Israël ?), susceptibles selon ces mêmes observateurs d’être utilisées par Téhéran pour susciter un vaste conflit affectant l’ensemble du Moyen Orient, mais aussi le reste du monde en raison des ressources pétrolières qui seraient mises en jeu. En Afghanistan, la détérioration de la situation politico-militaire se manifeste de plusieurs façons : une augmentation historique de la production et de l’exportation de drogues à base de pavot, un morcellement des efforts militaires des EUA, un retrait progressif des contingents de plusieurs alliés des Etats-Unis, un affaiblissement des autorités afghanes, tant au niveau de l’Etat que des régions. Le Pakistan sombre dans une dérive chaotique où le triomphe annoncé de l’une ou l’autre forme d’extrémisme (dictature militaire ou dictature religieuse et sectaire) ne laisse que peu de chances à une évolution démocratique.

- 2008 : une importance pour les communications globales et pour l'Internet ? Selon certaines estimations, sur la base d'une population mondiale d'un peu plus de 6 milliards, il y aurait quelque 2 milliards de téléphones mobiles en usage, le nombre d'usagers d'ordinateurs se situerait entre 1 et 2 milliards, et le nombre de personnes ayant accès à l'Internet (régulièrement ou très peu souvent) serait de l'ordre du milliard. Les experts considèrent que le prochain milliard d'usagers de l'Internet se mettra en place avant 2010, et pourrait comprendre 500 millions en Chine (quoique, pour l'heure, ce pays soit plus un gigantesque Intranet qu'un maillon de l'Internet, comme l'ont démontré des cas de censure révélés récemment). Il est remarquable qu'une juxtaposition d'infrastructures dans différents pays, et qu'un assemblage assez souple de dispositions juridiques et réglementaires à travers le monde, aient permis, à une telle échelle, le développement des communications globales. Ce phénomène est vraiment en train de changer notre monde, d'ailleurs à un degré que certains gouvernements, des chapelles et des idéologies voient d'un mauvais œil. En Birmanie, la résistance pacifique du clergé bouddhiste a brusquement donné une nouvelle espérance au courage longuement éprouvé de Aung San Suu Kyi, et il semble que la téléphonie mobile et l'Internet aient joué un rôle dans cette tentative d'émancipation de la dictature. Au fait, vous souvenez-vous encore qu'un autre procédé technique avait joué un rôle dans la diffusion des Samizdat, qui ont fait partie des mouvements Glasnost et Perestroika en URRS, je veux parler de la machine fac simile ? L'information, en tout cas l'information véridique et vérifiable, est aujourd'hui bien plus accessible que naguère, et la tendance semble s'amplifier. Est-ce que cela implique que, dans les années à venir, nous pourrons assister au rétrécissement de la superficie de l'ignorance, et par conséquent de l'intolérance, de l'agression et de la guerre ?

- 2008 : la Russie poursuivra sans doute le chemin tracé par Vladimir Poutine, qui a réussi à mettre en place un système politique qui lui permet de conserver une large part de pouvoir tout en respectant la lettre de la constitution et des lois de ce pays. Ce décalage entre le respect formel des lois et la réalité des pratiques politiques amène nombre d’experts, dans la sphère occidentale mais aussi en Russie même, à craindre un recul de la démocratie en Russie. Les mêmes expriment une inquiétude devant les ambitions de Poutine, tout occupé à rendre à cette « superpuissance déchue » son rang sur l’échiquier mondial, alors que d’autres puissances s’affirment, par exemple la Chine.

Il me reste en réserve quelques faits et tendances susceptibles de se révéler significatives en 2008, mais j'aimerais connaître votre avis : veuillez cliquer ci-dessous sur "ajouter un commentaire". Ou retour à la page d'accueil de Serenidee.

Repost 0
Published by JJS - dans serenidee
commenter cet article
22 août 2007 3 22 /08 /août /2007 18:34

Aux lecteurs de ce blog, je présente mes excuses pour l'absence de mise à jour depuis deux mois.
To the readers of this blog, I offer my apologies for having failed to update it over the past two months.

-:-:-:-:-:-

  
20070815-006-copie-1.jpg

Chongqing, sur les bords de la rivière Jialing. Derrière l'homme tenant un chien blanc, on remarque une sculpture érigée en souvenir des maisons en bois qui, construites dans ce quartier escarpé du centre ville, lui donnaient son cachet particulier. (Photo : JJS).
Chongqing, on the banks of Jialing river. Behind the man holding a white dog, one can see a sculpture commemorating the wooden houses which, built in this steep area of the city, used to give it such a special atmosphere. (Photo: JJS).

  
Chongqing, une ville mondiale ?

Chongqing, a world city?
(to read the English version, please scroll down)


Reprenons quelques réflexions sur les enjeux globaux
. Dans un
précédent article, j'ai noté à quel point l'urbanisation constitue l'un des phénomènes majeurs de notre temps. Je suis parti de l'exemple de Shanghai, mais le même constat peut être fait ailleurs, nonobstant des variations locales : au Caire comme à Mexico, à Guangdong comme à Kalkota, la densification de l'habitat se traduit la plupart du temps par une perte de qualité de la vie urbaine, par l'accroissement des nuisances, par une atteinte à l'environnement, tandis que les municipalités peinent à mettre en place des infrastructures et à assurer des services à la mesure des bouleversements rapides qu'elles subissent. Parmi les grandes villes actuelles, je me suis demandé lesquelles présentaient l'ensemble des caractéristiques de la grande mutation qui façonnera, vaille que vaille, le cadre de vie de nos enfants et petits enfants. Quels critères retenir : la taille démographique, la complexité administrative, la qualité ou au contraire le caractère précaire des infrastructures, l'existence ou l'absence de plan de développement à long terme ?

Chongqing (Tchong-king dans l'orthographe francisée, Chungking dans la transcription Wade-Giles) est l'une de ces grandes villes où l'on discerne déjà la plupart des enjeux du 21ème siècle. Plus qu'une ville, c'est une conurbation qui, sans cesse confrontée à la densification et à l'extension de ses zones bâties, a été contrainte à plusieurs reprises d'adapter son statut administratif au caractère impérieux de ses métamorphoses.

Il serait vain de vouloir résumer en quelques lignes une histoire urbaine de plus de deux mille ans. A l'endroit où la rivière Jialing se jette dans le Yangzi, quatrième plus grand fleuve du monde, pottiers et marchands, fermiers et bâteliers s'établirent. Dans la banlieue actuelle, le quartier de Ciqikou ("confluent des ustensiles en céramique") remonte à cette époque lointaine, son bâtiment le plus ancien étant aujourd'hui un temple construit sous la dynastie des Ming. Peu après la mise en place du nouvel Etat (1949, prise du pouvoir par le Parti communiste sous la conduite de Mao Zedong), toutes les régions de l'Ouest et du Sud-Ouest, considérées comme stratégiques, furent placées sous la supervision de Deng Xiaoping. Originaire de la province du Sichuan (capitale Chengdu, et dans laquelle se situe Chongqing), on reconnaît à ce personnalité d'avoir pris le grand tournant qui permit à la Chine de dépasser les décennies de faillite économique de la période de Mao. C'est surtout à partir de Chongqing qu'il conduisit son action en faveur de sa province natale.

En 1985, Chongqing obtint pour la deuxième fois le statut de municipalité autonome, rejoignant le groupe très restreint des villes relevant directement de l'autorité centrale à Beijing (Pékin) : Beijing, Shanghai, Tianjin, Chongqing. Dans la décennie suivante, la population de Chongqing passa de 8 à 14 millions, entraînant sa réorganisation en 3 circonscriptions et 7 arrondissements. L'extension de Chongqing reflétait la croissance économique de l'ensemble du pays.

En 1997, la ville avait pris une telle extension qu'il fallut revoir son schéma d'ensemble. Le représentant du parti unique au Sichuan fit valoir à l'autorité centrale qu'il lui était plus facile -et plus rapide- d'aller de Chongqing au Japon, en Corée ou même en Thaïlande, que d'effectuer un déplacement d'une extrémité à l'autre de la province. En 1997 eut lieu la 3ème adaptation moderne du statut de Chongqing : des villes voisines comme Funing lui furent adjointes, portant  à 30 millions la population de la conurbation, et il fallut créer 40 arrondissements pour qu'elle restât gérable.

Aujourd'hui, Chongqing entame une nouvelle étape, en rapport direct avec les orientations fixées par l'autorité centrale pour l'ensemble de la Chine. Lors du dernier congrès du parti communiste chinois, le Président Hu Jintao a fixé plusieurs priorités à l'ensemble du pays, dont le "co-développement des villes et des campagnes" (chengxiang tongchong, dont la traduction mot à mot veut dire "choyer pareillement la ville et la campagne"). Il n'est pas surprenant que Chongqing et sa région aient été désignées pour conduire cette expérience de grande envergure, et les habitants m'en paraissent d'ailleurs assez fiers. Quels que soient les résultats, les leçons apprises au cours de la mise en oeuvre de cette politique vaudront pour l'ensemble de la Chine.

En qualité de "zone expérimentale", Chongqing et sa région devront relever des défis de grande ampleur : l'amélioration des transports non seulement dans sa composante urbaine, mais tout autant entre ville, banlieues et campagnes, la priorité devant être accordée à relier, depuis le centre-ville, une ceinture dont aucun point ne se situerait à plus d'une heure de transport ; la création d'un "cercle économique" autour de la ville, avec une diversité d'activités susceptibles de fournir des emplois à différents niveaux de qualification ; le tout sera mené tambour battant, afin de respecter l'échéancier fixé, à savoir une conurbation en état de marche vers 2020, avec une population probable de l'ordre de 35 millions (à titre de comparaison, l'actuelle province de Sichuan, sans compter la municipalité de Chongqing, a une population d'environ 93 millions). Au-delà de ces chiffres frappants, les défis ont un contenu très concret : comment fournir en quantité et en qualité suffisantes l'eau, le recyclage des ordures, les sources énergétiques, l'hygiène publique, l'éducation, la formation professionnelle, un système de protection sociale et d'assurance vieillesse, dans un pays qui en est encore si dépourvu ?

Chongqing n'est évidemment pas la seule conurbation où sont conduites des expériences à grande échelle et qui, toutes, visent à maîtriser les flux migratoires, à créer des emplois, à concilier les villes et les campagnes. Si vous connaissez personnellement des exemples de même ampleur ailleurs qu'en Chine, et si vous souhaitez faire part de votre réflexion à ce sujet, donnez votre avis en cliquant sur "laisser un commentaire" (ci-dessous, après la traduction en anglais du présent article). Ou retour à la page d'accueil de Serenidee.

 

Chongqing, a world city?


Let's come back to some thoughts on global trends
. In a previous article I had underlined the extent to which
 the urban phenomenon is one of the major facts of our times. I had taken Shanghai as a case study, but the same observations can be made elsewhere, notwithstanding local variations: in Cairo as in Mexico, in Guangdong as in Kalkota, the growing density of human settlements carries with it, in most cases, a worsening of living conditions in that city, accrued pollution of all sorts, a weakening of the ecosystem, while the municipal authorities find it harder to provide the infrastructure and the services commensurate with the vast changes their cities are undergoing. Among today's large cities, I wondered which possessed all of the traits of the vast change which will, in one way or another, determine the living conditions of our children and grandchildren. And what would be the criteria in choosing such cities: demography, administrative complexity, quality or lack of infrastructures, the existence or absence of a long-term development plan?

Chongqing (Chungking in the Wade-Giles transcription, Tchong-king in the French transcription) is one of these big cities where most of the challenges of the 21st century are already taking shape. More than merely a city, it is a conurbation where, under the pressure of ever greater crowding, but also of the constant expansion of the urban area, it became necessary on several occasions to adapt the administrative organisation to the new reality brought about by its metamorphosis.

It would not make much sense to try and fit into a few lines an urban history of more than two thousand years. At the place where Jialing river merges with the Yangzi, the fourth greatest river in the world, potters and merchants, farmers and boatmen established their homes long ago. Today's surburb of Ciqikou ("the corner for ceramic utensils") dates back to that initial period, and the oldest building still standing is a temple built during the Ming Dynasty. Shortly after the new Chinese state was set up (1949, when power was assumed by the Communist Party under the leadership of Mao Zedong), all the regions in the west and south-west of China were placed under the supervision of Deng Xiaoping. A native of Sichuan Province (with Chengdu as its capital, and in which Chongqing is located), this political figure is credited with the major change in policy which allowed China to grow out of its decades of economic failure under Mao. It was mostly from Chongqing that he undertook the improvement of his native province.

In 1985 Chongqing obtained for the second time in modern history the status of an autonomous municipality, thus joining the select group which came under the direct supervision of central authority in Beijing (Peking): Beijing, Shanghai, Tianjin, Chongqing. In the ensuing decade, the population of Chongqing grew from 8 to 14 million, which entailed its reorganization into 3 districts and 7 wards. The extension of Chongqing reflected the economic growth of China as a whole.

By 1997 the city had grown to such an extent that it became necessary to reconsider the way it was organized. The representative in Sichuan of the single ruling party submitted to central authority his view that it was easier for him -and faster- to go from Chongqing to Japan, Korea or even Thailand, than it was to move from one end to the other of the same province.  In 1997, the status of Chongqing underwent its 3rd adaptation in modern times: neighbouring towns such as Funing were included, raising the population of the conurbation to 30 million, and 40 wards were set up to ensure that it remained manageable.

Today, Chongqing is entering a new phase, directly linked to the guidelines set out by central government for the whole of China. In the course of the most recent congress of the Chinese Communist Party, President Hu Jintao assigned a set of national priorites, among which the "co-development of the cities and the countryside" (chengxiang tongchong, a word-by-word translation of which would be "to nurture in the same manner cities and rural areas"). It is not surprising that Chongqing and the region were designated to conduct this large-scale experiment, and the inhabitants seemed to me quite proud about this. Whatever the final outcome, lessons learned in the process of implementing this policy will be considered relevant to China as a whole.

As an "experimental zone", Chongqing and the outlying area will have to meet some major challenges: improving means of transport not only in its urban component, but likewise between the city, the suburbs and the countryside, with priority being given to connections between the city centre and a periphery in which every point should be within one hour's reach; creating an "economic ring" auround the city, with a variety of activities capable of providing jobs at various levels of qualification; the whole scheme will be implemented at a rapid pace in order to meet the deadline, which is to have the conurbation up and running around 2020, with a likely population of the order of 35 million (for the sake of comparison, today Sichuan province, excluding Chongqing municipality, has a population of about 93 million). Beyond these striking figures, the challenges are very real: how to provide in sufficient quantity and quality the water resources needed, the energy sources, the recycling of waste, public health, education, training, a system of social protection and of old-age pensions, in a country where they are not commonly available?

Of course, Chongqing is not the only conurbation where large-scale experiments are under way; in some other cities around the world, the aim is to gain a better control of migration patterns, to create jobs, to bring about a reconciliation between cities and rural areas. If you have some personal knowledge of other significant examples outside of China, and if you wish to leave your comments, please click below, "laisser votre commentaire". Or return to Serenidee homepage.

Repost 0
Published by JJS - dans serenidee
commenter cet article
24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 21:34

Huit mois après avoir commencé ce blog, je suis tenté de faire un bilan, et d'en tirer des leçons pour l'avenir.

Ce qui me frappe avant tout, c'est la diversité des personnes rencontrées grâce à ce mode d'échange. S'il est vrai qu'on croise une proportion élevée de spécialistes de la téléphonie, des médias électroniques ou de la communication, j'ai également été en contact avec un étudiant luxembourgeois, un ingénieur chinois, une mère de famille en Indonésie ou un candidat à une fonction élective locale en France. J'apprécie également d'avoir pu dépasser la césure des générations, et d'avoir un échange avec des personnes ayant une expérience fort différente de la mienne. Lorsqu'on évoque l'internet et les blogs, on pense avant tout au caractère instantané du contact, à la facilité que procure la technologie. On peut ajouter à cela le fait que, comme le téléphone portable, l'internet permet une certaine distanciation, qui à son tour confère une plus grande décontraction à la communication qui s'établit par ce canal. 

Blogger amène aussi à se poser des questions sémantiques. Pour nombre de mes consoeurs et confrères de la blogosphère, c'est avant tout un moyen de communiquer instantanément, et au fond peu importe l'écriture elle-même, le niveau de langage, la syntaxe, le phrasé. Pour moi, par contre, tenir un blog demeure un exercice d'écriture, mais cette astreinte ne diminue pas le plaisir de rencontrer autrui, bien au contraire. Je constate que le style apparaît alors comme un filtre, une sorte de tri de première instance : peut-être à tort, mais cela me conduit à me détourner, d'emblée, de certains sites où un langage de type publicitaire cache (mal) une certaine vacuité. Au fond, une question se pose : "écrit"-t-on un blog comme un journaliste ou un chroniquer qui tient son stylo, est-ce qu'on "tape" ou "dactylographie" le texte comme naguère sur leur machine "à écrire" ? Faut-il admettre au contraire que le verbe "blogger" contient tout à la fois le procédé d'inscription (clavier), l'idée qu'il traduit (transmettre un message, communiquer une idée ou un sentiment), et le style choisi pour le faire ? Et le fait de "mettre en ligne" un article ou un billet correspond-t-il la même démarche que pour le "publier" ? Quant au mode de diffusion, deux grandes nouveautés imposent leur loi : le lien direct entre celui qui écrit et ses lecteurs (par l'absence d'intermédiaire, de correcteur, d'éditeur), et l'accès potentiel à un public qui n'est absolument pas pré-défini. Par exemple, en "téléversant" un texte, des images ou des sons d'un support électronique vers l'autre, le bloggeur peut être auteur, scribe, éditeur ou diffuseur.

Lors de notre rencontre de bloggeurs à Metz, le 16 juin dernier, j'avais émis l'idée que, passée la période initiale de fascination engendrée par la facilité technique et le caractère instantané du blog, la question du contenu se posererait tôt ou tard. Je fondais mon analyse sur l'analogie offerte par l'évolution de la télévision : de la même façon que l'accroissement du nombre de chaînes avait entraîné une certaine spécialisation, tout en révélant la médiocrité de tant de programmes, je m'étais demandé si nous ne nous dirigions pas vers une évolution similaire de la blogosphère. Plusieurs participants à cette rencontre m'ont apporté leur interprétation, fondée sur une expérience bien plus riche que la miennee : le phénomène du blog a pris une telle extension, et s'est répandue si largement dans la société, qu'une certaine auto-régulation allait se mettre en place progressivement. D'après eux, la blogosphère était plus exigeante qu'on ne pouvait l'imaginer, car quiconque met en ligne une information qui se révèle fausse, ou un jugement mal étayé, perd très vite sa crédibilité. Ils ont aussi fait valoir que la diversité même de la blogosphère, reflet de toutes les préoccupations et de tous les goûts, laisse à chacun un espace suffisant de liberté pour échapper au sujet unique, à la dictature du goût. Tout en réfléchissant à ces avis, pour l'instant je ne suis pas convaincu de leur entière validité. Comme cela s'est vu dans le journalisme, dans l'édition ou dans les médias électroniques, l'autorégulation par les seules lois du marché nous laisse sur les bras une proportion inacceptable de produits inutiles et vides de sens. Il me semble donc que nous aurions intérêt à réfléchir à certains mécanismes non pas de censure, certes, mais d'approbation "peer to peer" (entre égaux), une sorte d'estampille de qualité. Il me semble que c'est un véritable enjeu, et je serais curieux de savoir ce qu'en pensent d'autres bloggeurs.

Si vous souhaitez donner votre avis, veuillez cliquer ci-dessous, sur "ajouter un commentaire". Ou retour à la page d'accueil de Serenidee.

Repost 0
Published by JJS - dans serenidee
commenter cet article
20 juin 2007 3 20 /06 /juin /2007 19:47

Deux ou trois choses que je sais d'elle, maintenant que les élections présidentielle et législatives sont derrière nous. Ressent-elle une certaine lassitude de la chose politique ? Est-elle, en son for intérieur, plus centriste qu'autre chose ? Est-elle plus heureuse qu'avant les élections ? Que va-t-elle devenir ? Je ne parle pas de Ségolène, mais de la France, bien sûr. Deux ou trois choses que je sais d'elle...

D'abord, ce qui est visible à l'oeil nu. Très personnalisée, l'élection présidentielle a eu quelques effets spectaculaires, dont un taux de participation très élevé. L'inversion du calendrier électoral (mise en place en 2002 sous Jospin) a entraîné une certaine lassitude des électeurs, illustrée par un taux d'abstention aux législatives qui frôle 40%. La bipolarisation a contribué à écraser les extrêmes, tout en siphonant certaines idées et personnalités du centre. Le rôle des médias n'a pas diminué, bien au contraire, au risque même de faire des élections nationales un événement "people". Le changement de génération à la tête des partis politiques se traduit par des évolutions assez marquantes : un rajeunissement du gouvernement (moyenne juste en-dessous des 50 ans ?) ; une représentation plus jeune aussi à l'Assemblée nationale (moyenne 54 ans) ; une parité femme/homme qui, tout en restant éloignée du modèle de certains pays nordiques, constitue une amélioration sensible (parmi les ministres, 7 femmes et 9 hommes ; parmi les secrétaires d'Etat, 4 femmes et 12 hommes ; au Palais Bourbon, avec 107 députées, les femmes atteignent le niveau historique de presque 20%, contre 76 élues et 13,1% dans la précédente législature). La parité progresse également au regard des responsabilités confiées à des femmes : autrefois cantonnées dans les affaires sociales et éducatives, elles sont désormais au coeur du dispositif, y compris régalien. Saluons Michèle Alliot-Marie (Intérieur, Outre-Mer, collectivités territoriales), Christine Lagarde (Economie, Finances, Emploi), Rachida Dati (Garde des Sceaux, Justice), Valérie Pécresse (Enseignement supérieur, Recherche), Roselyne Bachelot-Narquin (Santé, Jeunesse & Sports), Christine Boutin (Logement & Ville), Christine Albanel (Culture, Communication), Valérie Létard (Solidarité), Nathalie Kosciusko-Morizet (Ecologie), Fadela Amara (Ville), Rama Yade (Affaires étrangères, Droits de la personne). Notons aussi la place faite aux personnes issues de l'immigration (Dati, Amara, Yade), et la fameuse "ouverture politique" qui est assurément une caractéristique du gouvernement Fillon-2 : anciens membres ou proches du PS (Kouchner, Albanel, Jouyet, Besson, Bockel, Amara), personnalités provenant du "centre" (Morin, Létard, Santini), quelques non-élus (Kouchner, Lagarde, Laporte, et Hirsch hors gouvernement).

D'autres points méritent aussi l'attention, même s'ils sont délaissés par les médias. A mes yeux, un fait politique surclasse les autres : la France est gouvernée assez largement au centre. Non pas par "le Centre" au sens des clivages politiques (UDF, Nouveau Centre, sensibilités à l'UMP, "courants" au PS), mais par son contenu, celui défini et défendu par François Bayrou pendant sa campagne présidentielle. Nous sommes désormais dans une France à la fois post-gaulienne et post-mitterrandienne, qui vient de confirmer l'échec d'idéologies vieillies (Parti communiste, Front national, d'autres dans les marges) face aux réalités du monde contemporain, et qui s'est dotée d'une représentation nationale plus diverse (on progresse, même si la proportionnelle n'a pas été introduite dans les élections législatives). L'échec de François Bayrou et du renouveau politique qu'il entendait incarner peut paraître paradoxal, puisque nombre des idées défendues par lui sont désormais mises en oeuvre, au moins partiellement. Mais, au grand dam des quelque 6,8 millions d'électeurs qui ont voté pour Bayrou au premier tour de la présidentielle, la justesse de ses analyses ne s'est pas accompagnée d'un réalisme suffisant dans l'action politique, dans un système où le pouvoir n'est accessible qu'à travers des alliances. Ajoutons que la campagne de Nicolas Sarkozy, de François Fillon et de leurs amis a été remarqueblement menée, que le candidat de l'UMP n'a pas hésité à défendre des idées contestées par l'opposition ou par des médias, et que son programme de gouvernement présentait l'avantage d'une certaine cohérence. En face, les hésitations sur le ou la candidat(e) pour la présidentielle, la persistence de courants minoritaires-de-blocage (Laurent Fabius), l'absence de ligne directrice (par exemple à l'égard de l'Union européenne), une organisation polycentrique et des méthode de travail disparates, semblent avoir durablement affaibli le Parti socialiste. Il est frappant de constater que même l'électorat féminin a moins soutenu Ségolène Royal qu'on ne pouvait s'y attendre, et que la candidate du PS a déçu par ses priorités changeantes, ses méthodes incertaines, ses entourgaes successifs, mais aussi par une pointe de condescendance qui a surpris même des membres de son parti.

Quelles évolutions peut-on discerner à plus long terme ? D'abord, la France peut désormais se prévaloir d'un "acquis" que les futures législatures et les gouvernements à venir, ne pourront négliger qu'à leur péril. François Mitterrand a su incarner l'"alternance", concept qui ne sent plus le soufre. Le PS renaîtra, peut-être sous un vocable différent, sans doute blairiste. Sans doute d'autres partis sauront-ils se reconstituer, grâce aux efforts des déçus de la Place du Colonel Fabien, du Front national ou des exégètes de la lutte des classes. Mais désormais, je vois trois enjeux majeurs d'ordre politique (au fait, proclamer que là est l'essentiel ne garantit nullement que la politique aille forcément dans ce sens): un rééquilibrage des pouvoirs entre l'exécutif et le législatif, entre les branches de l'exécutif (présidence, gouvernement), mais aussi entre divers modes de représentation (députés élus au suffrage universel direct, sénateurs élus par un collège territorial, Français de l'étranger qui, aujourd'hui représentés au Sénat, préfèreraient l'être à l'Assemblée, et des échelons territoriaux dont certains me paraissent désormais superfétatoires) ; une redéfinition des rôles respectifs de l'Etat, des collectivités territoriales, des acteurs économiques et de la société civile, selon des principes de subsidiarité et d'équité qui restent à énoncer clairement ; enfin,  la poursuite des efforts en faveur de l'égalité entre femmes et hommes, entre segments de la société, entre les citoyens de vieille souche et ceux qui ont rejoint plus récemment la nation. Si nous ne voulons pas que nos enfants et petits enfants se réfugient dans la spirale de la consommation et dans la facilité de l'insignifiant, alors il faudra bien leur montrer qu'il n'y a d'autre choix que de pratiquer une politique probe, équitable et à long terme, et que cela dépendra entièrement d'eux, comme cela dépend de nous dès aujourd'hui.

 

Si vous souhaitez donner votre avis, cliquez ci-dessous sur "ajouter un commentaire". Ou retour à la page d'accueil de Serenidee.

 

Two or three things I know about her, now that the presidential and parliamentary elections are behind us. Is she bored with politics? Is she, deep inside, more inclined to the centre than to either right or left? Is she happier than before the elections? What is her future? I'm not referring to Ségolène, of course, but to France. Two or three things I know about her...

 

First, what stands out at first sight. Very much based on personality, the presidential election had some spectacular effects, including a high voter turnout. Ever since the political calendar was inverted (in 2002, when Lionel Jospin was Prime Minister), voters have become rather weary, as evidenced in the abstention rate, close to 40% in the parliamentary elections. The trend towards 2 dominant political parties has helped crush the extremes, while at the same time siphoning away ideas and political allegiances from centre ground. The role of the media has not diminished in any way, even at the risk of turning national elections into a "people" event. A new generation at the head of political parties is bringing about quite some powerful changes: a younger government (average age just below 50?); also, a younger representation at the National Assembly (average age 54); more gender equality which, though still far removed from the model of some Nordic countries, is really being carried forward (among the Cabinet ministers, 7 women and 9 men; among the junior ministers, 4 women and 12 men; and at the Palais Bourbon (seat of the National Assembly), with 107 women elected, the historic level of almost 20% has  been reached, against 76 women or 13.1% previously). Gender equality has also improved if you look at the responsibilities exercized by women in the government: whereas in the past their purvue was limited to social affairs and education, they are now in the centre of power, including in regalian matters of State. Congratulations to Michèle Alliot-Marie (Home, Overseas, Territorial affairs), Christine Lagarde (Economics, Finance, Employment), Rachida Dati (Justice), Valérie Pécresse (Higher education, Research), Roselyne Bachelot-Narquin (Health, Youth & Sports), Christine Boutin (Housing & Urban affairs), Christine Albanel (Culture, Communication), Valérie Létard (Solidarity), Nathalie Kosciusko-Morizet (Environment), Fadela Amara (Urban life), Rama Yade (Foreign affairs, Human rights). Also noteworthy is the place given to people from immigration (Ms. Dati, Ms. Amara, Ms. Yade), as well as the now famous "politcal opening" which is a trademark of the Fillon-2 Government: former members or followers of the Socialist Party (Kouchner, Albanel, Jouyet, Besson, Bockel, Amara), people from the "centre" (Morin, Létard, Santini), a handful of people who did not run for the parliamentary election (Kouchner, Lagarde, Laporte, and Hirsch outside of the Cabinet proper).

 

Some other points deserve attention, even if they've been neglected by the media. To my mind, there is one paramount political fact: France is quite largely governed at the centre. I don't mean "the Centre" in party politics (UDF, Nouveau Centre, some tendencies at UMP, "currents" at the Socialist Party), but by virtue of its content, as defined and uphelp by François Bayrou during his presidential campaign. France has now entered an era which is both post-De Gaulle et post-Mitterrand, thus underlining the failure of ageing ideologies (upheld by the Communist Party, the National Front, others on the sidelines) when confronted with the realities of our times; France has also chosen a national representation endowed with more diversity (some progress has been made, even though proportional representation was not introduced in the parliamentary election). The defeat of François Bayrou and of the political renovation he purported to stand for may seem to be a paradox because a number of the ideas he defended are now being implemented, at least in part. But, to the disappointment of the 6.8 millions voters who chose Bayrou in the first round of the presidential election, the pertinence of his views was not matched by a sufficient degree of realism in his political action, in a system where political power is only within the reach of alliances. One must add that the campaign led by Nicolas Sarkozy, François Fillon and friends was conducted in a remarkable way, that the UMP candidate never backed away from defending his ideas when they were drawn over the coals by the opposition or the media, and that his programme for government had the advantage of being quite coherent. On the other side of the street, haggling over whom to designate as candidate for the presidential election, the persistence of veto-minded minorities (Laurent Fabius), the absence of an agreed line of conduct (e.g. regarding the European Union), a multi-centered structure and dissonant working methods, seem to have brought about lasting damage to the Socialist Party. It's quite striking to see that even female voters came out less in favour of Ségolène Royal than had been expected, and that the Socialist candidate disappointed her following by shifting her priorities, by resorting to inefficient methods, by changing her team during her campaign, but also by a somewhat condescending tone, which surprised even members of her own party.

 

What could be some of the long term trends? First of all, France can now rest assured that it has a domestic political "acquis" which future legislators and governments could only neglect at their own peril. François Mitterrand was able to symbolize "alternance" (between left and right), a concept which is no longer taboo. The Socialist Party will be reborn, probably Blairite in complexion, perhaps under another name. Other parties will no doubt manage to rebuild, thanks to the efforts of disgruntled representatives from Place du Colonel Fabien (headquarters of the French Communist Party), the National Front, or the proponents of class struggle. Be that as it may, I see three major political challenges (by the way, proclaming that these are essential can in no way guarantee that politics will take that road): a  new institutional balance between the executive and the legislative branches, between the 2 poles of executive power (president, government), but also between various types of representation (direct universal suffrage for the National Assembly, senators selected by a territorial college, French citizens living overseas who are currently represented in the Senate but who would prefer to hold seats in the National Assembly, and levels of territorial representation, some of which seem to me quite superflous nowadays); the necessary redefining of the respective roles of State,  regional and local government, economic actors and society at large, in accordance with the principles of subsidiarity and fairness, which have yet to be clarified; and finally, continued efforts towards equality between women and men, between segments of society, between citizens of long standing and those who have more recently joined the nation. If we want to avoid our children and grandchildren seeking refuge in the spiral of consumerism, or falling into the trap of insignificance, well, we have to show them there is no other way than to put into practice an honnest, equitable and long-term polity, and that the result will depend entirely on them, in the same way it depends entirely on us today.

 

If you wish to react to this article, please click below, on "ajouter un commentaire". Or return to Serenidee homepage.

Repost 0
Published by JJS - dans serenidee
commenter cet article
17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 09:10

Nous n'étions pas nombreux, hier, au rassemblement des bloggeurs de Metz, une petite douzaine. Première réflexion, in petto : "hmmm, la communication instantanée perd du terrain ; ou alors certains, dépités par le résultat des élections, boudent ce média qui n'a pas permis de faire la différence...". Mais très vite, l'ambiance conviviale s'est imposée à moi comme aux autres. Stéphane, hôte discret et attentif, a déjà fait un bref compte rendu en vidéo (cliquez ici), je n'y reviens donc pas. Mais c'est l'occasion de livrer quelques réflexions.

Tenir un blog implique-t-il un certain style ? Il semble que oui : la grande majorité des bloggeurs chosissent (ou acceptent comme inéluctables) le récit rapide, la phrase courte, la recherche de l'impact. Ils trouvent que les itérations du chien de la voisine, dans la cour de leur immeuble, mérite tout autant d'être communiquées à l'humanité que l'expression d'une joie, d'une détresse, ou d'une lecture éclairante. C'est la contrepartie de la communication électronique, plus périssable que la chose imprimée. Comment retenir l'attention d'une communauté qui, à portée de doigt, peut faire surgir sur l'écran des milliers de liens, des millions d'univers individuels ? Pour la plupart de mes voisins de table, hier à Metz, c'est d'ailleurs une évidence. Alors, pourquoi ressens-je (oops !) une certaine gêne ? C'est que, même en souhaitant abolir la distance entre générations, je prête au texte une valeur qu'il n'a peut-être pas aux yeux de Damien, Jimmy ou Pamela. Ou plus exactement, eux sont capables de faire la part des choses : un texte qui mérite d'être imprimé a une valeur, mais elle n'est pas supérieure, elle est simplement différente de l'intérêt que présente une communication spontanée, rapide, fût-elle fugace. Au fond, il me reste à accepter que le blog, même s'il a recours à l'écrit, n'est guère différend de l'art de la conversation, où le sens de la répartie vaut mieux que syntaxe et grammaire.

La blogosphère connaîtra-t-elle un jour un problème de contenu ? J'ai lancé ce thème, pour voir. Très vite, je me suis aperçu d'une difficulté : là où, pour moi, "contenu" recouvrait forcément une chose relativement substantielle, la plupart des bloggeurs messins rencontrés hier en avaient une conception tout autre. Encore une leçon pour ma génération : le blog, même s'il ne peut se passer de l'écrit, utilise tout autant l'image et le son. Fournir des liens vers d'autres sites, vers des podcasts, n'est pas signe de paresse rédactionnelle, c'est un mode de vie. J'apprends : ainsi donc, s'inscrire dans une chaîne relationelle, même éphémère et d'un contenu qui (en tout cas pour moi, apparaît) faible, est pour nombre de mes congénères bloggeurs plus important que de contribuer quelque chose d'original, de plus construit. Là, il va falloir que je m'habitue à cette définition de la valeur ajoutée...

Pour conclure, deux suggestions pour les prochaines rendez-vous de bloggeurs, que ce soit au Luxembourg ou à Metz :

1) choisir, pour la rencontre, une brasserie dotée d'un accès wi-fi ;

2) sans le moins du monde mettre en danger la spontanéité, prévoir en petit nombre quelques thèmes de discussion. A titre d'exemple : demain, le rôle de l'internet et des blogs dans la politique régionale et locale ; les bloggeurs lisent-ils plus ou moins que la moyenne des citoyens? ; une fois passée la fascination initiale de la communication instantanée, peut-on envisager, veut-on avoir, un contenu de qualité pour (certains) blogs, alliant spontanéité et réflexion ?

Je serais ravi de connaître votre avis (veuillez cliquez ci-dessous, sur "ajouter un commentaire"). Ou retour à la page d'accueil de Serenidee.

Repost 0
Published by JJS - dans serenidee
commenter cet article
30 mai 2007 3 30 /05 /mai /2007 15:28

Notre monde est bousculé par les transferts instantanés et le caractère fugace des échanges. Voici le premier article d'une nouvelle série, "Reflets du monde".

L'autre jour, un déjeuner à Shanghai: le menu, en anglais et en chinois, propose des plats italiens, des vins de plusieurs provenances ; le décor est international, c'est-à-dire indifférent, virant au prétentieux. Arrivée des convives, échange des cartes de visite (à deux mains, en s'inclinant légèrement), présentations. La conversation cherche sa voie, puis s'installe. Mon voisin, la cinquantaine, est déconcerté par l'étendue du menu et ses formules savantes. Mais il remarque qu'en musique de fond, c'est l'Hiver selon Vivaldi. Ainsi, il se trouve encore des gens pour qui la musique (même libre de droits et simplement utilisée pour remplir les insterstices de l'espace marchand), n'est pas devenue opaque, ni indifférente. Sans doute notre interlocuteur se souvient-il encore de l'émerveillement de son premier disque vinyle ou de son premier CD, peut-être justement Les Quatre Saisons. Même si le divertissement (entertainment) joue désormais un rôle économique majeur, n'acceptons pas qu'il nous soit présenté comme substitut de la culture.

Autre moment : dans un avion entre deux aéroports européens, arrive l'hôtesse poussant le chariot des repas. Je réprime un souvenir (Singapour-Paris sur UTA, dans les années 1970) en recevant une barquette en aluminium avec des pâtes chaudes, un pain spongieux, des couverts en plastique blanc, "et avec ça, que voulez-vous boire?". Allons-y pour un vin rouge. C'est la première fois que, sur un vol d'une compagnie aérienne européenne, on me sert une demi-bouteille dont l'étiquette annonce un "Cabernet Sauvignon & Syrah, from China with pride". Sous l'idéogramme pour "qi" (l'esprit, le souffle), le texte en chinois paraît un tantinet moins modeste qu'en anglais. La bouteille reproduit exactement les caractéristiques de son homologue bordelaise : même couleur du verre, même type d'étiquette, même collet rouge. Par l'entremise d'un intermédiaire de droit néerlandais, le producteur a donc accès à l'ensemble de l'UE, et probablement au-delà. Beau succès pour l'entreprise chinoise qui a sans doute bénéficié, il y a une dizaine d'années, du transfert (gratuit) du meilleur savoir-faire viticole d'un ou de plusieurs pays européens riverains de la Méditerranée...

Un empereur fit franchir des cols alpins à des éléphants blindés, un stratège implacable poussa troupes à travers des tempêtes de neige dans la plaine lituanienne, des amiraux engloutirent des flottes altières, des bombardements aériens réduirent de fières villes au chaos primitif, sans jamais atteindre un tel résultat, tranquille mais irréversible : InterCity, dont le siège est aux Pays-Bas, ne sert plus que du vin chinois sur ses vols. Devant le fait accompli, qui n'a d'ailleurs rien d'illégal ni d'immoral, le protectionnisme ne sert à rien : je constate simplement que la libéralisation des échanges crée une réalité internationale plus puissante que la force armée, plus attrayante que la culture, plus assimilable que le débat d'idées, plus prégnante que la raison. A moins que...

A moins qu'une parita de Bach (par exemple interprétée par Dinu Lipatti, car qui donc ira vérifier s'il lui reste un ayant-droit), diffusée par un méchant récepteur radio, ne touche, comme une révélation, une jeune villageoise dans le Shandong, un vieil habitant d'un township jouxtant Johannesburg, une mère de famille dans une favella de Rio de Janeiro. A moins que, pour son premier accès à l'internet, un écolier à Kalkota ne découvre que son correspondant  à Islamabad vit à peu près comme lui. A moins que la blogosphère ne finisse par reproduire, dans des pays à système politique fermé, le même effet que la machine à fax avait eu dans le monde soviétique, entre glasnost et perestroïka. La mondialisation se poursuit avec un succès que rien ne semble arrêter : qu'en sera-t-il de la mondialisation de la tolérance, de la compassion, qu'en sera-t-il de l'échange des idées ?

Si vous souhaitez donner votre avis, veuillez cliquer sur "ajouter un commentaire", après la version en anglais du présent article. Ou retour à la page d'accueil de Serenidee.

 

With instant transfers and short-lived exchanges, our world is subjected to overwhelming change. Here is the first article in a new series, "Images of the world".

The other day, lunch in Shanghai: the menu, in English and Chinese, offers Italian dishes, wines of diverse provenance; the interior design is international, that is to say indifferent, slightly show-off. Arrival of the guests, exchange of name cards (presented with both hands, and bowing slightly), introductions. Conversation tries to get off the ground, finally does. My neighbour, fity-ish, is nonplussed by the sheer range of the menu and by its ornate language. But he does notice the background music, Vivaldi's Winter. So it seems that there are still people for whom music (even when, having outlived its copyright, that music is used just to fill in the empty spaces of a merchandised world), is not blurred, nor indifferent, Perhaps my interlocutor remembers how he marvelled upon hearing his first vinyl record or first CD, perhaps precisely The Four Seasons. Admittedly, entertainement has become one of the driving economic forces in the world, but let us not accept that entertainment be served up as a substitute for culture.

Another moment: on a flight between two European airports, here comes a hostess pushing the cart with lunch boxes.  I repress a fond memory (Singapore-Paris by UTA, in the 1970s) upon being given the aluminium tray with warm pasta, a spongey bun, and white plastic fork and knife,  "and with this, what would you like to drink?". Let's settle for red wine. This is the first time ever that, on a flight operated by a European company, I'm given a half bottle with a label which states "Cabernet Sauvignon & Syrah, from China with pride". Under the Chinese character for "qi" (spirit, air), the Chinese text seems a shade less modest than the translation in English. The bottle is a perfect reproduction of its Bordeaux counterpart: same colour glass, same type of label, same red collar. Using a Dutch intermediary, the producer has access to the whole of the EU market, and probably beyond. Quite a success for a Chinese company which probably had the benefit, a dozen years ago, of (free) transfer of some of the best wine-growing technology from one or more European state(s) bordering the Mediterranean...

An emperor forced armoured elephants through an alpine pass, a ruthless master of strategy pushed his troops into the snowstorms of the Lithuanian plains, admirals sank splendid fleets, air strikes reduced proud cities to their primieval chaos, without ever achieving such a result, so tranquil and irreversible: InterCity, with headquarters in the Netherlands, now only offer Chinese wine on their flights. Faced with such a fait accompli, which by the way is neither illegal nor immoral, protectionism just does not work: I simply take note of the fact that trade liberlization has brought about an international reality which is more powerful than military might, more attractive than culture, easier to comprehend than intellectual debate, more ubiquitous than reason. Unless...

Unless a Bach parita (an old recording, say, by Dinu Lipatti, as nobody is likely to look up the rights of his successors), spread by a humble radio receiver, like some revelation, moves some young village lass in Shandong, or some old man in a township on the outskirts of Johannesburg, or a mother in some favella in Rio de Janeiro. Unless, upon his first encounter with the internet, a schoolboy in Kalkota discovers that his pen-pal in Islamabad has very much his own way of livingUnless the sphere of blogs can replicate, in countries which still have a padlocked political system, the same effect produced by the fax machine in the Soviet world, between glasnost and perestroïka. Globalization pursues its forward thrust, without check: what about the globalization of tolerance and compassion, and does the debate of ideas have a future?

If you wish to give your opinion, please click on "ajouter un commentaire". Or return to  Serenidee homepage.

Repost 0
Published by JJS - dans serenidee
commenter cet article
27 mai 2007 7 27 /05 /mai /2007 08:40

Et alors, me demande-t-on parfois, les blogs au Luxembourg ? Oui, les bloggeuses et les bloggeurs y ont même tenu leurs "états généraux" dans une brasserie à Differdange, le 27 janvier 2007. Leurs sites reflètent la diversité du Grand Duché : le français et l'allemand y sont les langues les plus utilisées, mais on y côtoie aussi le luxembourgeois, le portugais, l'italien, l'espagnol, le néerlandais. Peut-être sous l'effet de cette fréquentation, somme toute naturelle, de la culture de l'autre, les blogs luxembourgeois sont, en moyenne, ouverts et décontractés. Un point vaut d'être relevé : plusieurs bloggeurs, sans renier leurs origines, se considèrent d'emblée comme faisant partie de "Luxembourg et la Grande Région, capitale européenne de la culture 2007".

Et pour commencer, honneur à une bloggeuse. Lola anime (dans son cas, le mot est mérité) deux blogs, l'un sous forme de journal personnel, l'autre consacré à Luxembourg et la Grande Région. "Blog de Lola2luxe", comme tout bon blog personnel, propose l'écho des musiques écoutées, le reflet des images regardées et des livres lus, la couleur du temps qui passe et que l'on souhaite retenir, ne fut-ce qu'un peu, par la manche. Mais méfiez-vous, vous risquez d'y succomber, tant le mélange est captivant. Ces jours-ci, Lola nous apprend qu'elle envisage de créer à l'automne 2007, avec la complicité de Pamy, son amie de Metz, un blog féminin dont elle ne veut pas dévoiler les contours, tout en laissant entrevoir qu'il sera d'esprit "libre et espiègle". Sur un registre tout à fait différent, Lola nous livre ses impressions personnelles sur la première visite au Grand Duché d'un chef de l'Etat russe (23 mai 2007, "Vladimir Poutine débarque au Luxembourg"). L'actualité trouve toujours une place dans ses colonnes, par exemple "Le Président français vu par la presse luxembourgeoise" (7 mai). Si certains blogs intimes sont dénués d'intérêt, Lola livre au contraire sa réflexion avec une sincérité lucide, par exemple sur la mort de son oncle (22 mai, "Lui avez-vous dit "je t'aime" aujourd'hui?"). Enfin, écoutez attentivement le blog de Lola2luxe, car vous pourrez alors entendre, dans le lointain, un jeu de timbales : on connaissait les textes subliminaux sur les écrans, voilà le son subliminal ! "EchoLux" est l'autre versant de l'activité prolifique de Lola, bloggeuse luxembourgeoise. Et comme le promet le sous-titre "L'écho de l'actualité au coeur de l'Europe, Luxembourg et Grande-Région", on y trouve la trace d'événements de portée régionale ou européenne : la remise d'un prix à Jean-Claude Juncker (qui mériterait d'ailleurs de recevoir le prix de la personnalité politique ayant reçu le plus grand nombre de prix...), l'annonce du programme consacré à Vauban en 2007, mais aussi une initiative visant à faire connaître des métiers mal connus, ou à atténuer le trop fort tropisme masculin ou féminin de certaines professions (10 mai, "Initier les métiers atypiques aux jeunes"). Enfin, Lola fournit des liens vers de nombreux autres blogs luxembourgeois, par exemple en portugais "Luxemburgo oficioso".  Pour toutes ces indications pratiques, mais aussi pour les reflets colorés, parfumés et sonores de la vie, merci à Lola de Luxembourg !

Les "Chroniques du Luxembourg" apportent une autre preuve de la vitalité des bloggeurs au Grand Duché. Si le titre laisse penser à l'initiative de quelque conservateur d'archives à la retraite, le sous-titre annonce tout de suite la couleur : "Le travail, les vacances, la maison, la bière, le Grand-Duc et les saucisses. La vie, quoi". L'auteur, un Français résidant au Luxembourg m'a-t-on dit, ne manque pas de verve, pour le bonheur de ses lecteurs. Prenez, par example, les saucisses : ces modestes denrées alimentaires pourraient passer inaperçues, mais l'auteur pose la question cruciale de savoir s'il convient de les piquer avant cuisson ! Ceci n'ayant aucun rapport avec cela, vous pourrez aussi découvrir l'irritation que lui causent les préparatifs de la visite du chef de l'Etat russe (tiens, lui aussi ?). Ou encore, le 9 mai, notre chroniqueur donnait, sous le titre "Train d'enfer", sa relation des encombrements au Grand Duché. Autrefois, pour préparer son voyage au Luxembourg ou pour y séjourner par la pensée, on pouvait feuilleter son "Bedeker"; aujourd'hui, on peut consulter les "Chroniques du Luxembourg".

En luxembourgeois et en allemand, il y a le site de Thorben, "Where cookie monster commits suicide". Le blog de cet étudiant est souvent cité par ses pairs, en raison de l'intérêt de ses commentaires et de la variété des sujets dont il traite. Je l'avais rencontré, avec quelques-un(e)s de ses ami(e)s, lors de la première rencontre des bloggeurs du Luxembourg, à Differdange, où il avait également fait l'objet de plusieurs interviews. Au Grand Duché, où les blogs en allemand ou en luxembourgeois sont moins nombreux que ceux en français, celui de Thorben est assez resprésentatif, à la fois de sa génération et de cette région où les gens sont accoutumés à la communication, non seulement dans sa dimension linguistique, mais aussi par l'ouverture d'esprit. Bonne chance à Thorben !

Si vous souhaitez donner votre avis, veuillez cliquer sur "ajouter un commentaire" (ci-dessous, après la version en anglais de cet article). Ou retour à la page d'accueil de Serenidee.

Well, readers sometimes ask, what about blogs in Luxembourg? Yes, the Grand Duchy has its bloggers, and they even held their first "assembly" in a brasserie in Differdange (27th of January 2007). Their pages reflect the diversity of Luxembourg: if French and German are predominantly used, one can come across Luxemburgish, Portugese, Italian, Spanish, Dutch. Perhaps of a long tradition of proximity and exchange with the culture of one's neighbour, blogs in Luxembourg are usually open-minded and relaxed. One point is worth noticing: several bloggers, who in no way deny their nationality, consider themselves quite naturally as part of "Luxembourg and the Greater Area, European cultural metropolis for 2007".

And to begin,  let's start with a lady blogger. Lola has two blogs, which she keeps vibrant, one in the form of a personal diary, the other devoted to Luxembourg and the Greater Area. "Blog de Lola2luxe" has the usual ingredients of a diary, with the echo of music she listened to, the shimmering of pictures viewed and of books read, the colour of fleeting moments one would like to hold back by the sleeve, ever so briefly. But beware, you are in danger of falling for her blog, which offers a heady mixture. These days, Lola tells us she is thinking of setting up in the Autumn of 2007, with her friend Pamy from Metz, a "ladies' blog" which she will not further disclose, although she does suggest it will be "open-minded and mischievous". In a different style, Lola gives her personal impressions on the first ever visit of a Russian Head of State to the Grand Duchy (23 May 2007, "Vladimir Poutine arrives in Luxembourg"). Current affairs always find a place in her columns, as when she offers "The French President as seen by the media in Luxembourg" (7 May). Private diary blogs are often of little interest; on the contrary, there is lucid sincerity in the jottings of Lola about the death of an Uncle (22 May, "Today, did you tell him "I love you"?"). Last but not least, you should actually listen to the blog of Lola2luxe, and you can then distinguish, in the distance, the roll of tympani: we're familiar with subliminal texts on screens, but here is subliminal sound! "EchoLux" is the other side of Lola's prolific blogging about Luxembourg. And, true to the subtitle ("Echoes of current affairs in the heart of Europe, Luxembourg and Greater Area"), it is devoted to European or regional events, viz. a prize granted to Jean-Claude Juncker (who, by the way, deserves the prize of the political figure having been awarded the most prizes...), the programme devoted in 2007 to the military architect Vauban, but also an initiative to enhance the visibility of some lesser-known trades, or gender issues in some professions (10 May, "Helping the young choose their profession"). Further, Lola provides links to many other blogs from Luxembourg, e.g. in Portugese "Luxemburgo oficioso".  For all this useful information, as well as for the colourful, scented and musical takes on life, thank you Lola from Luxembourg!

"Chroniques du Luxembourg" (Luxembourg chronicles) is yet another proof of the vitality of blogging in the Grand Duchy. If the title might lead you to think this is the initiative of some retired custodian of archives, the subtitle leaves no place for ambiguity: "Work, holidays, the house, beer, the Grand Duke, saussages. In a word: life". The author is a Frenchman living in Luxembourg, I am told. His wit is contagious, and his readers won't complain. Take saussages, for example: this modest food usually goes unnoticed, but the author brings up the essential question whether they should be poked before cooking! Without any link to the previous item, the author also shares his irritation at preparations for the visit of the Russian Head of State (hmm, he too?). Or this: on 9th of May, our chronicler porposed, under the title "Luxembourg Express" (as you may notice, I'm taking great liberties with translation!), his report on traffic jams in the Grand Duchy. In the old days, in order to prepare a trip to Luxembourg, or to travel there in spirit, one would glance at the "Bedeker"; nowadays, one can consult the "Luxembourg chronicles".

There is also Thorben's blog, in German and Luxemburgish, "Where cookie monster commits suicide". This site, created by a student, is often referenced in peer reviews, because of his interesting comments on a wide range of subjects. I met Thorben, with some of his friends, at the first meeting of bloggers from Luxembourg, in Differdange, and on that occasion he had been interviewed by several media. In the Grand Duchy, where there are less German or Luxemburgish blogs than in French, Thorben is quite representative of his generation and of his region, where people are accustomed to communication, not only in the linguistic sense, but also with an open mind. Good luck, Thorben!

If you wish to leave a comment, please click on "ajouter un commentaire". Or return to Serenidee homepage.

Repost 0
Published by JJS - dans serenidee
commenter cet article
19 mai 2007 6 19 /05 /mai /2007 15:30

A brief visit to Shanghai. The last time I came was 17 years ago: since then, this metropolis has changed beyond recognition. When the plane landed, Pudong airport seemed as large as Francfort or Roissy. Actually, I have the impression that there are now two Shanghais: on the West bank of Huangpu River, the metropolis which gained a reputation between the two world wars, now ressembles Tokyo forty years ago, with city highways on stilts, towers built in a seemingly chaotic fashion, the absence of grace of all these buildings accumulated without any master plan, where style and timing seemed dictated more by speculation than by purpose.  On the East bank, Pudong District, which less than 20 years ago was an expanse of rice paddies and vegetable fields, has a completely different air about it: city planning has set out large avenues,  well desgined parcs, and here, obviously, only people with high revenue find their place, just next to the budding business and financial centre. Shanghai city is like an album of some world trends, three of which are touched upon here.

- Urban development is one of the major trends of our time. Around 1950, only 80 cities (including Shanghai) had a population of more than 1 million; by 2025, their number will probably exceed 500. Together, Chinese cities which already exist, or which remain to be built, will have to absorb in the coming 20 years, some 300 to 400 million people, or roughly the equivalent of the total population of Western Europe today. Within the next generation, half of the world population will most likely be living in urban areas. And it is estimated that "by 2050, one billion people will be living in fifty cities in Asia, each with 20 million and, for some, 30 million inhabitants" (Jacques Attali, "Une brève histoire de l'avenir" p. 198, Fayard, Paris 2006). The historic rift I now perceive between the two banks of Huangpu River is a sign of things to come, and not only in China: on one side, strong economic growth calls for -and enables- long-term planning and financing, daring architecture, amenities at a world level; on the other, the historic constraints of the older and poorer city, the cramped and insufficient infrastructure, but also meagre financial ressources of the State or of local governement in most emerging economies, bring about high-rise buildings in some disorder, where quality of life is still a concept akin to luxury.

The development of great urban centres is generally a sign of geopolitical change. Since the end of World War 2, the dominant metropoles have continuously been New York, London, Paris, Zurich, Los Angeles, Frankfurt, Milano, Rotterdam. In addition to these, over the past half century we have seen the rise of Hongkong, Tokyo, Houston-Dallas, Moscow, Beijing, Rio de Janeiro, Brussels, Singapore, Berlin, Mumbai, Chongqing, Lagos, Abu Dhabi, Dubai, Istanbul, and others. Without taking the place of these latter, some new urban centres are gathering characteristics of future dominant metropoles, and Shanghai seems certain to be one of them. With the coming oil crunch and subsequent higher prices, massive investment could lead to considerable development in some cities of oil-rich states (Dubai is a striking example), but most of these lack an agricultural or industrial hinterland, as well as a sufficiently large domestic market, to ensure durability. With the slow but now unmistakable trend towards a multi-polar world, the pull exerted by the Cold War poles will no doubt weaken in relative terms:  this is already the case with Russia, an energy giant but not (yet?) an overall economic superpower; as for the USA, their role in world finance, transport, trade, and even the power of attraction of their way of life, has now started a downward trend, if looked at worldwide and measured in relative terms. This geopolitical trend will thrust forward the large conurbations which manage to adapt their physical and social infrastructures, as well as their intellectual capacity, rather than only increasing the proportion of contructed areas.

With some delay, perceptions of world trends follow strategic, economic and intellectual  changes. Young people today rely less on their school atlases than on the internet. What can we learn from the Web? Enter  "New York": in 0.19 seconds, Google provides 662 million entries or links; if you type "London", you get 338 million; if you look up Paris, here are 376 million; Luxembourg? 119 million. Now let's look up other large cities, generally less familiar to Europeans and North Americans: Tokyo 147 million, Seoul 36 M, Lagos 21 M, Brasilia and Rio de Janeiro 43 M each. Shanghai?  66 millions entries. Naturally, such figures are not very significant as they only measure entries in a very limited number of languages, with a huge  bonus for English. But I'd be willing to bet that in 5 or 10 years, the number of references to Shanghai will be equivalent to that of New York, London or Paris. Just take an example: already today, the number of buildings with more than 40 storeys is greater in Shanghai than in New York. Is there any connection with the fact that for the European Union, in March 2007 and for the first time in history, trade figures with China overtook those of trade with the USA? Figures regarding the worldwide internet community can also be revealing: today, out of a total of about 1 billion users, ca. 300 million are in North America, roughly the same number in the European Union, but China already has ca. 100 million. Within a decade, these figures could be: a world total of beyond 2 billion, a noticeable increase in North America and Europe, but perhaps more than 500 million in China alone, and a figure approaching that in India.

If you wish to give your opinion, please click "ajouter un commentaire" (below, after the French version of this article). Or return to Serenidee homepage.

Brève visite à Shanghai. Je n'y étais pas revenu depuis 17 ans : dans l'intervalle, cette métropole a changé d'aspect au point d'être méconnaissable. A l'atterrissage, l'aéport de Pudong m'a paru aussi grand que celui de Francfort ou de Roissy. En fait, j'ai l'impression qu'il y a maintenant deux Shanghai : la métropole à l'Ouest de la rivière Huangpu, déjà célèbre dans l'entre-deux-guerres, ressemble désormais à la Tokyo d'il y a quarante ans, avec ses autoroutes urbaines sur pilotis, son foisonnement anarchique de tours, le manque de grâce d'une telle accumulation de constructions sans projet d'ensemble, dont l'agencement et le rythme semblent avoir été dictées par la spéculation, plus que par un quelconque principe. Sur la rive Est, le quartier de Pudong, où s'étalaient il y a moins de vingt ans des rizières et des champs, présente un visage tout à fait différent : l'urbanisme a eu le loisir d'y tracer de larges avenues, les espaces verts sont ordonnés et, visiblement, seuls les revenus élevés y trouvent leur place, dans le prolongement du quartier financier et des affaires. Shanghai me paraît résumer plusieurs évolutions en cours à l'échelle mondiale. Parmi celles-ci, j'en retiens trois :

- L'urbanisation est une des grandes tendances de notre temps. Vers 1950, seules 80 villes (dont Shanghai) avaient plus d'un million d'habitants ; vers 2015, leur nombre dépassera 500. Ensemble, les villes chinoises existantes ou à créer vont devoir absorber, dans les 20 ans à venir, 300 à 400 millions personnes, soit l'équivalent de la population actuelle de l'Europe occidentale. Dans une génération, la moitié de la population mondiale vivra probablement en milieu urbain, et l'on estime qu' "en 2050, un milliard d'habitants vivront dans cinquante villes d'Asie, chacune comptant plus de 20 millions d'habitants voire, pour certaines, plus de 30 millions" (Jacques Attali, "Une brève histoire de l'avenir" page 198, chez Fayard, Paris 2006). Le clivage que je constate entre les deux rives du Huangpu résume l'enjeu de l'urbanisation à venir, et pas seulement en Chine : ici, la forte croissance économique appelle une planification et des moyens à long terme, une architecture hardie, des aménagements du meilleur niveau mondial ; là, le plan cadastral existant des villes pauvres et plus anciennes, l'exiguïté et l'insuffisance des infrastructures, la maigreur des ressources financières de l'Etat ou des collectivités territoriales dans les pays émergents, ont abouti à une densification de la construction, et le concept de qualité de vie se confond encore avec l'idée de luxe. 

L'évolution rapide des grands centres urbains est généralement le reflet de changements géopolitiques. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, les métropoles dominantes n'ont cessé d'être New York, Londres, Paris, Zurich, Los Angeles, Francfort, Milan, Rotterdam. A celles-ci se sont ajoutées, en moins de 50 ans, Hongkong, Tokyo, Houston-Dallas, Moscou, Beijing, Rio de Janeiro, Bruxelles, Singapour, Berlin, Mumbai, Chongqing, Lagos, Abu Dhabi, Dubai, Istanbul, d'autres encore. Sans forcément remettre toutes celles-ci en cause, d'autres centres urbains ont le potentiel de devenir de nouvelles métropoles dominantes, et Shanghai me paraît être du nombre. Avec la raréfaction et le renchérissement annoncés des produits pétroliers, une frénésie d'investissements pousse à un développement considérable de quelques villes dans les Etats pétrolifères (Dubai en est un exemple frappant), mais pour perdurer il leur manque souvent l'arrière-pays agricole et industriel, ainsi qu'un marché intérieur de taille suffisante. A mesure que se mettra en place une réalité multipolaire, déjà patente, le rôle des références de la Guerre Froide pourrait décliner en termes relatifs : c'est déjà le cas de la Russie, superpuissance énergétique mais pas (encore ?) économique ; quant aux Etats Unis d'Amérique, leur rôle dans la finance internationale, le transport, le commerce, et même le pouvoir d'attraction de leur mode de vie, sont moindres à l'échelle mondiale, en termes relatifs. Cette diversification mettra en avant les métropoles qui sauront faire évoluer leurs infrastructures physiques et sociales, ainsi que leur potentiel intellectuel, et pas seulement le nombre de mètres carrés bâtis dont elles disposent.

- Avec un décalage inévitable, la perception du monde contemporain suivra la réalité des ajustements stratégiques, économiques et intellectuels. Les jeunes d'aujourd'hui consultent moins leur atlas géographique scolaire que l'internet. Que découvre-t-on sur la Toile ? Entrez "New York" : en 19 centièmes de seconde, Google propose 662 millions d'entrées ou de liens ; si vous tapez "Londres", on vous en propose 338 millions ; pour Paris, en voici 376 millions ; Luxembourg ? 119 millions. Maintenant, cherchons d'autres métropoles, généralement moins connues des Européens et des Nord-Américains: Tokyo 147 millions, Séoul 36 M, Lagos 21 M, Brasilia et Rio de Janeiro 43 M chacune. Shanghai ?  66 millions. Bien entendu, un tel décompte n'est pas significatif, dans la mesure où il ne recense que les entrées en certaines langues, avec une surprime considérable à l'anglais. Mais je suis prêt à parier que dans 5 ou 10 ans, le nombre de références à Shanghai sera du même ordre de grandeur que pour New York, Londres ou Paris. Une donnée frappante : aujourd'hui, Shanghai possède un plus grand nombre de tours de plus de 40 étages que New York. Y a-t-il un rapport quelconque avec le fait que, pour la première fois en mars 2007, pour l'Union européenne, le commerce avec la Chine a dépassé celui avec les Etats Unis d'Amérique ? Les chiffres concernant l'internet sont également révélateurs : aujourd'hui, sur un total mondial d'environ 1 milliard d'usagers, quelque 300 millions se trouvent en Amérique du Nord, et l'on cite le même ordre de grandeur pour l'UE, mais ils seraient déjà environ 100 millions en Chine. D'ici une dizaine d'années, le nombre total pourrait atteindre 2 milliards, avec une croissance sensible en Amérique du Nord et en Europe, mais aussi avec plus de 500 millions dans la seule Chine, et un nombre équivalent en Inde.

Si vous souhaitez donner votre avis, veuillez cliquer ci-dessous sur "ajouter un commentaire". Ou retour à la page d'accueil de Serenidee.

Repost 0
Published by JJS - dans serenidee
commenter cet article
12 mai 2007 6 12 /05 /mai /2007 09:38

Imagine a Frenchman located in Luxembourg finding an interesting Indonesian blog thanks to a link provided by a Korean online news outlet. Well, this is how I found out about Maria Margaretta Vivijanti, a "citizen journalist" with OhMyNews International. In her latest article entitled "Your Wiki in your own words", Ms. Vivjanti gives a glimpse at the way she was introduced to blogging, and her appraisal of the process by which people contribute to a community network. As a trained journalist, she obviously enjoys writing in a clear, informative way; she also makes a point of bringing to the blogosphere "input from a developing country". She shows how the proximity of blogging has made informal journalism a reality in her country. Her article also provides links to journalists, writers and bloggers, many from Indonesia.

Last week, in a more personal, introspective mode, Ms. Vivijanti posted a piece entitled "Blogging makes me more human", also at OhMyNews International. She speaks of the influence some authors had on her youth, the urge to write, the topics she finds interesting. And besides sending articles to online news outlets, Ms. Vivijanti keeps her own blog (I use the verb "to keep", because she approaches this with the same candour as in "keeping a diary"), "Fruit of the pen", "Buah pena" in bahasa indonesia.

But unless I missed part of the narrative, there also seems to be a touch of mystery: the articles at OhMyNews International I've just referred to are signed "Maria Margaretta Vivijanti", and yet when looking up her own blog "Fruit of the pen", one is directed to the personal profile of "Retty N, Hakim, aged 39, Female, from Serpong, Tangerang, Indonesia". So is "Maria Margaretta Vivijanti" a pen name? And since we're looking at Indonesia, I wonder if any reader would care to check that the greeting in bahasa I placed in the masthead of my blog, is correct? If you care to leave a comment, please click below on "ajouter un commentaire". Or return to Serenidee homepage.

Imaginez un Français habitant au Luxembourg qui trouve un blog indonésien intéressant grâce à un lien fourni par un média électronique coréen. C'est précisément ce qui m'a permis de connaître l'existence de Maria Margaretta Vivijanti, "journaliste citoyenne" chez OhMyNews International. Dans son dernier article intitulé "Your Wiki in your own words", M. M. Vivjanti indique comment elle est venue au blogging, et elle donne son avis sur le processus par lequel le public aide à tisser un réseau communautaire. Journaliste, elle prend visiblement plaisir à écrire d'une manière claire et avisée ; il lui tient aussi à coeur d'apporter à la blogosphère une "contribution en provenance d'un pays en développement". Elle explique comment cette forme d'écriture de proximité a permis l'émergence du journalisme informel dans son pays. Son article fournit également des liens vers des journalistes, des écrivains et des bloggeurs, surtout d'Indonésie.

 

La semaine dernière, sur un ton plus personnel et introspectif, M. M. Vivijanti proposait un bref article intitulé "Blogging makes me more human", également chez OhMyNews International. Elle y évoque l'influence que certains auteurs exercèrent sur sa jeunesse, son envie d'écrire, les sujets qui l'intéressent. Outre ses contributions aux médias électroniques, M. M. Vivijanti "tient" son propre blog (j'ai recours au verbe "tenir", car elle y met la candeur qu'il faut pour "tenir un journal intime"), "Fruit of the pen", "Buah pena" en bahasa Indonesia.

 

Mais, sauf si j'ai manqué une séquence de sa narration, il semble y avoir aussi une pointe de mystère: ses articles chez OhMyNews International auxquels j'ai fait allusion sont signés "Maria Margaretta Vivijanti", et pourtant, en parcourant son blog "Fruit of the pen", le lecteur est dirigé vers le c.v. de "Retty N, Hakim, femme de 39 ans, de Serpong, Tangerang, Indonésie". La question se pose donc : "Maria Margaretta Vivijanti" serait-il un nom de plume ? Et puisqu'il s'agit de l'Indonésie, y aurait-il quelque lecteur ou lectrice pour me dire si le mot de bienvenue en bahasa Indonesia  qui figure dans le bandeau d'accueil de mon blog, est exact ? Si vous souhaitez donner votre avis, veuillez cliquer ci-dessous sur "ajouter un commentaire". Or retour à la  page d'accueil de Serenidee.

Repost 0
Published by JJS - dans serenidee
commenter cet article