Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • JJS
  • Membre/Member, NTIA IANA Functions' Stewardship Transition Coordination Group (2014~2016); Membre/Member, NetMundial Initiative Coordination Council (déc. 2014~2016); ICANN/ALAC (2010~14); ICANN Board (2007-10); diplomat(e) (1971-2005); ambassadeur/dor (1995-2005). Gouvernance; défis globaux / Governance; global challenges.
  • Membre/Member, NTIA IANA Functions' Stewardship Transition Coordination Group (2014~2016); Membre/Member, NetMundial Initiative Coordination Council (déc. 2014~2016); ICANN/ALAC (2010~14); ICANN Board (2007-10); diplomat(e) (1971-2005); ambassadeur/dor (1995-2005). Gouvernance; défis globaux / Governance; global challenges.

Rechercher / Search

11 décembre 2006 1 11 /12 /décembre /2006 11:02

"France24" has been online since the 6th of December 2006, when it began broadcasting in English and French (Arabic will be added soon). You can view it by clicking here (and then click on "Live feed"). Many commentators have pointed out why this is an important event in political terms: it provides an alternative to the major English-language news channels (BBC, CNN and more recently Al Jezeera English), it gives another view of world affairs (for instance on the Middle East, but also on matters pertaining to the European Union), and it is a rallying point for French-speaking people (their number is estimated at about 150 million in the world). But criticism has also been voiced: though the idea is good, some have said, France24 does not show the same professionalism as BBC; and beyond comparisons, this new news channel will not avoid the trap of providing, just like its rivals, live coverage for subjects which do not deserve so much attention, but which are simply convenient to carry live. Have you viewed this channel? What's your opinion? You're welcome to post a brief, analytical comment here. Return to Serenidee home page

"France24" est en ligne depuis le 6 décembre 2006, lorsque cette chaîne a commencé à émettre en anglais et en français (les programmes en langue arabe commenceront bientôt). Vous pouvez regarder l'actualité en direct en cliquant ici (puis en cliquant sur "la chaîne en direct"). De nombreux commentateurs ont relevé l'importance politique de l'événement : France24 fournit une alternative aux grandes chaînes d'information en anglais (BBC, CNN et plus récemment Al Jezeera English), elle offre une vision différente de l'actualité internationale (par exemple sur le Moyen Orient, mais aussi sur les dossiers de l'Union européenne), et elle constitue un point de ralliement pour les francophones (dont le nombre est estimé à environ 150 millions dans le monde). Mais des opinions critiques se sont également fait entendre : l'idée de cette chaîne est bonne, a-t-on lu, mais France24 ne fait pas preuve des mêmes qualités professionnelles que la BBC ; et, au-delà des comparaisons, France24 risque de tomber dans le même piège que ses rivales, en accordant à certains sujets qui ne le méritent pas, trop de place, simplement parce que leur couverture en direct est commode. Avez-vous regardé cette chaîne ? Quelle est votre avis ? Si vous le souhaitez, vous pouvez laisser un bref commentaire analytique ici. Retournez à la page d'accueil de Serenidee

Repost 0
Published by JJS - dans serenidee
commenter cet article
11 décembre 2006 1 11 /12 /décembre /2006 10:32

With each passing week, the competition focuses more clearly on 2 main contenders, Ms. Ségolène Royal, designated on 16th of November by the Socialist Party (PS) as its official candidate, and Mr. Nicolas Sarkozy, Senior Minister in charge of home affairs, who is also the president of the majority party UMP, which is due to designate its official flag-bearer in January 2007.

Over the past 2 weeks, the position of Ms. Royal has been reinforced. At the "primary election" held by the PS, she beat Mr. Dominique Strauss-Kahn and Mr. Laurent Fabius by such a margin that she can now rest assured no other candidate will pop up within her party. She also obtained the support of a smaller left-of-center party, and has just made a deal with Mr. Jean-Pierre Chevènement, a maverick politician, long a Minister under President François Mitterrand. And further to the left, the smaller parties (Greens, Communist Party, etc.) have found it very difficult to designate their candidate for the presidential elections (Ms. Marie-George Buffet, the leader of the Communist Party, did not manage to impose herself), and in fact have not yet reached agreement on the contents of their "joint programme", which purports to be "the anti-liberal choice" for France.

On the 30th of November, the Chairman of UMP, Mr. Nicolas Sarkozy entered the contest by declaring he would be in the running, and he did so a few weeks before his party is expected to designate its official candidate. Perhaps because this was successfully experimented at the PS, a sort of party "primary" is now being held by UMP, in the form of 3 debates open to card-holders. But whereas Ms. Royal now has the advantage of a clear path before her at the PS, at UMP possible contenders have not yet thrown the gauntlet. Mrs. Michèle Alliot-Marie, Minister of defence, has indicated her "willingness" to run for the presidency, but has so far refrained from saying so officially. Mr. Dominique de Villepin, the Prime minister, and possibly Mr. Jean-Louis Borloo, Minister of health and social affairs, could also wish to challenge Mr. Sarkozy. And although Ms. Bernadette Chirac, the wife of the President, in an interview in late November, did not exclude her husband seeking a further term in office, most observers think his age and his rating in the polls rule out such a prospect.  

At this stage, 2 patterns are noteworthy. First, the PS has managed to clarify its internal situation, has designated a very popular figure as its official candidate, and has recently won the support of other left or left-of-center parties. Second, at the majority UMP party, clarity has not yet been achieved, neither in terms of designating its official candidate, nor in terms of support from like-minded parties.

On the right and centre-right. Mr. François Bayrou (chairman of UDF, the party founded by Valéry Giscard d'Estaing) declared himself a candidate on 2nd of December, and he is expected to obtain 8 to 12% in the first round of the election.

A dark horse could tip the balance either way: Mr. Nicolas Hulot, well known for his television programmes about the environment, has set forth an agenda in which environment matters play an important role. He has brandished the "threat" of being a candidate himself, if he is not satisfied that the main political parties are serious enough about these topics. He is being wooed by the Greens, by the PS, and by UMP. Mr. Sarkozy has even announced that if Mr. Hulot supported him for the presidential election, the former TV journalist would be given a prominent post as Vice Prime minister -this would be new in France- to oversee all public policy related to sustainable development.

The extremes, both right and left, could constitute a hazard for the main contenders. Mr. Jean-Marie Le Pen is credited with a possible 12% or more in the first round. Mr. Philippe de Villiers, cultivating an anti-EU streak, weighs a few percentage points. The candidates from the Greens and other small parties are predicted to have a more limited effect. As for the French Communist Party (PCF), which at its zenith three decades ago had a following of 20%, this time it is predicted to run at barely 5%.

At this stage, Ms. Royal and Mr. Sarkozy are still the main contenders. Whatever their differences in policy and in style, both are seen as meeting the expectations of a growing proportion of voters who call for a generation change in French politics. And interestingly, none of the declared or likely candidates has so far even hinted at the necessity of revisiting the institutional balance of power in France, for instance by increasing parliamentary powers, or by acheiving a better balance between the two executive branches (President, Government). Keep in touch: the coming weeks are expected to quicken the pace of the campaign.

If you wish to put a specific question, or offer a comment, please post it here (a brief, to-the-point comment stands a better chance of being read). Thank you. Return to Serenidee home page

Repost 0
Published by JJS - dans serenidee
commenter cet article
2 décembre 2006 6 02 /12 /décembre /2006 08:12

The previous article in this series, taking the example of new television channels (CNN in Arabic, El Jazeera in English, France 24 in French and other languages) looked briefly at the issue of diversity in the media. It suggested a clear link between linguistic diversity and the diversification of content (http://serenidee.over-blog.com/article-4550036.html).

Let's now take a look at the role of linguistic diversity in regional integration, for instance in the EU (European Union).

Critics of the process of European integration underline various factors which, they say, render it too slow, complicated, error-prone, and expensive. In the name of  efficiency, some basic principles (preservation of national languages and cultural identity, the right to consult laws in one's own language) are brought into question and declared incompatible with the requirements of a liberal economy. These sins are neatly summarized in two convenient clichés: "the only existing European army is the one formed by the plethora of EU interpreters and translators", and "with the money the EU spends on trying to manage its unruly Tower of Babel, it could do scores of more useful things". As a taxpayer in one of the EU Member States, I find on the contrary that the fraction of my contribution which is used for the management of languages is worth the cost, even though I, like others, call for improvement. If this is the price to pay for a working Union of sovereign States (the only one which is actually working), well then, as a taxpayer I accept this.

But beyond such general principles, one should look more closely at concrete examples, and face the question: what is the cost-efficiency of linguistic diversity in the EU? Let's look, in a cursory way, at three large areas where identity and diversity are both equally important: law & the citizen, parliamentary representation, and the external relations of the EU.

Law & the citizen: access to justice and to national laws in national language(s) is the fundamental right of each citizen. Within the EU, online access to European laws in 21 languages is no doubt a continuous challenge (http://eur-lex.europa.eu). This week the 25th anniversary of this electronic reference is being celebrated in Luxemburg  (http://eur-lex.europa.eu/en/newsletter/newsletter_14112006.htm). During the difficult years of implementation there may have been a debate about the technical difficulty of the task and its cost, but now that it has proven its worth, this access is taken for granted. Furthermore, the EU example is being closely studied by countries in Asia and by large States such as China and Russia.

Parliamentary representation: As you know, national representation in the EP (European Parliament) is different from one Member State to another: in some cases MEPs (Members of the EP) are members of their national parliaments (e.g. UK), in other cases they are elected specifically to the EP (e.g. France). But whatever the system, one cannot imagine a politician running for the EP in his home area in any language other than his own country's. And in all probability, no single MEP can be expected to master all, nor even a mojority of EU languages to the extent of being able to conduct his legislative work  in those languages when sitting in Strasbourg, Brussels or Luxemburg. In addition, the writing on the wall is clear, especially since the referenda in France and The Netherlands handed a negative vote on the Constitutional Treaty: citizens want a stronger, not a weaker link between national democracy and its larger equivalent in the EU.

External relations of the EU: Whatever the prospects and the calendar of implementation of a Common Foreign Policy Service (a sort of EU-wide diplomatic service), it seems more than likely that Member States will want to retain a (substantial?) part of their respective national prerogatives and diplomatic tools. This being said, it is in the area of the external relations of the EU that the principle of linguistic diversity is not thoroughly implemented. Just two examples: meetings of the Common Foreign and Security Policy are conducted mainly in English and French; and all proceedings at ASEM (Asia-Europe Summit, the latest of which was held in Helsinki, 10-11 September 2006, http://ec.europa.eu/comm/external_relations/asem/intro/) and at ASEF (Asia-Europe Foundation, whose secretariat is in Singapore, http://www.asef.org/) are carried out only in English.

This is just a very brief look at the requirements, constraints and advantages of linguistic diversity in the EU, today's single most advanced experiment in regional integration. Would you care to leave a comment? (A brief, to-the-point comment stands a better chance of being read). Thank you.

Le précédent article de cette série, en partant des nouvelles chaînes de télévision à large diffusion (CNN en arabe, El Jazeera en anglais, France 24 en français et dans d'autres langues) abordait la question de la diversité dans les médias. Il indiquait un lien évident entre la diversité linguistique et la diversification du contenu (http://serenidee.over-blog.com/article-4550036.html).

Examinons maintenant le rôle de la diversité linguistique dans l'intégration régionale, à travers l'exemple de l'UE (Union européenne).

Ceux qui critiquent l'intégration européenne mettent en avant divers facteurs qui, selon eux, en expliquent les lenteurs, l'excessive complexité, les erreurs et le coût. Au nom de l'efficacité, quelques principes fondamentaux (la préservation des langues nationales et de l'identité culturelle, le droit à consulter les lois dans sa propre langue) sont remis en question et même déclarés incompatibles avec les impératifs d'une économie libérale. Deux clichés résument bien ces reproches: "la seule armée européenne est celle que forment les interprètes et traducteurs, pléthoriques, de l'UE", ou encore "avec les sommes qu'elle consacre à gérer tant bien que mal cette Tour de Babel, l'UE pourrait faire une foule de choses plus utiles". En tant que contribuable dans l'un des Etats membres de l'UE, j'estime au contraire que la fraction de mes contributions qui va à la gestion des langues correspond à une dépense justifiée, même si, comme tant d'autres, je souhaite des améliorations. Si c'est le prix à payer pour une véritable Union d'Etats souverains (la seule qui fonctionne réellement), et bien, cela est acceptable pour le contribuable que je suis.

Mais au-delà de ces principes généraux, examinons la situation à travers des exemples concrets, et posons-nous cette question : quel est le rapport coût / efficacité de la diversité linguistique dans l'UE ? Jetons un bref regard sur trois grands domaines où l'identité et la diversité sont d'égale importance : le citoyen face au droit, la représentation parlementaire, et les relations extérieures de l'Union.

Le citoyen face au droit : l'accès à la justice et aux textes juridiques dans la/les langue(s) nationales est un droit fondamental de chaque citoyen. Dans l'UE, l'accès en ligne à la législation européenne, en 21 langues, constitue sans nul doute un défi permanent (http://eur-lex.europa.eu). Cette semaine, on célèbre d'ailleurs à Luxembourg le 25ème anniversaire de cet outil de référence électronique  (http://eur-lex.europa.eu/en/newsletter/newsletter_14112006.htm). Durant les années difficiles de mise en oeuvre, il a pu y avoir un débat au sujet de la complexité technique et du coût de cette tâche, mais maintenant qu'il a fait la preuve de sa fiabilité, on considère ce système d'accès comme allant de soi. En outre, l'exemple de l'UE éveille la curiosité de pays en Asie, et dans de grands Etats comme la Chine ou la Russie.

La représentation parlementaire : comme vous le savez, la représentation nationale au PE (Parliament européen) varie d'un Etat à l'autre : ici les MPE (Membres du PE) sont des élus de leur parlement national (au Royaume Uni, par exemple), là ils sont élus spécifiquement au PE (c'est le cas de la France). Mais quel que soit le système, on ne peut imaginer une personnalité politique faisant campagne dans sa circonscription, autrement que dans la langue nationale. Et selon toute vraisemblance, on ne pourra exiger d'aucun MPE de maîtriser toutes -ni même une majorité de- langues de l'Union pour légiférer lorsqu'il siège à Strasbourg, Bruxelles ou Luxembourg. Par ailleurs, il faut être attentif au message des électeurs, surtout depuis le rejet du Traité constitutionnel lors des référendums en France et aux Pays Bas : les citoyens réclament un lien plus fort, pas plus faible, entre la pratique démocratique au niveau national et son équivalent à l'échelle de l'UE.

Les relations extérieures de l'Union : quels que puissent être les perspectives et l'échéancier d'un éventuel Service commun de la politique extérieure (une sorte de service diplomatique pour l'ensemble de l'UE), il semble plus que probable que les Etats membres souhaiteront conserver une part (substantielle ?) de leurs prérogatives et de leurs outils diplomatiques. Cela dit, il faut reconnaître que c'est justement dans le domaine des relations extérieures de l'Union que le principe de la diversité linguistique ne reçoit pas une application pleine et entière. Prenons simplement deux exemples : les réunions de la PESC (politique extérieure et de sécurité commune) se déroulent pour l'essentiel en anglais et en français ; et l'ensemble des travaux se déroulent dans la seule langue anglaise à l'ASEM (Asia-Europe Summit, dont le dernier s'est tenu à Helsinki, les 10-11 septembre 2006, http://ec.europa.eu/comm/external_relations/asem/intro/) et à l'ASEF (Asia-Europe Foundation, dont le secrétariat est à Singapour, http://www.asef.org/).

Ceci n'est qu'un bref aperçu des exigences, des contraintes et des avantages de la diversité linguistique dans cette Union européenne qui, de nos jours, constitue l'expérience la plus aboutie en matière d'intégration régionale. Voulez-vous laisser un commentaire ? (Un avis bref et pertinent aura de meilleures chances d'être lu). Merci.

Repost 0
Published by JJS - dans serenidee
commenter cet article
23 novembre 2006 4 23 /11 /novembre /2006 09:26

Médias et diversité linguistique. C'est entendu, l'anglais est à l'échelle mondiale la lingua franca, d'autant plus prégnante qu'elle est l'outil préféré des médias, du commerce, des finances, de l'internet. Un tel constat oblige-t-il à conclure que cette situation est immuable ? Cette prédominance de l'anglais, même si elle présente de nombreux avantages pratiques, est-elle souhaitable, ou même inévitable ? Et comment ce phénomène linguistique a-t-il une influence sur le contenu ? Dans les jours et semaines à venir, ce blog proposera un débat sur ces questions. Pour commencer, un mot sur la situation des chaînes de télévision les plus regardées. En lançant ses émissions en anglais, Al Jazeera contribue certes à renforcer la position de l'anglais dans le monde, mais vise avant tout à proposer une alternative à CNN, à BBC, à SkyNews, notamment sur l'actualité au Moyen-Orient (http://english.aljazeera.net/News); dans un éditorial, le Financial Times parle de "chaîne anglophone hors le courant majoritaire" (18-19.11.2006, p. 8). En sens inverse, CNN débute ses émissions en langue arabe, pour tenter de "gagner les coeurs et les esprits" qui se seraient détournés du "modèle" nord-américain, notamment depuis l'occupation militaire de l'Iraq (http://arabic.cnn.com/). Par ailleurs, France 24 proposera à partir de 2007 non seulement des émissions en langue française (et d'autres langues), mais aussi une approche de l'actualité différente de celle des grandes chaînes anglophones (http://www.france24.fr/). Cette très brêve énumération, bien sûr incomplète, révèle déjà un lien évident entre diversité linguistique et diversification des contenus. Mais peut-être souhaitez-vous proposer un commentaire ? (Un commentaire court et à propos aura plus de chance de retenir l'attention qu'un long développement).

On the media & linguistic diversity. Beyond any doubt, English is today's lingua franca across the world, its dominance enhanced by the fact that it is the preferred tool of media, trade, finance, the internet. But does this evidence imply that things must remain the way they are? Does this mean the predominance of English, whatever its practical advantages, is advisable, or even inevitable? And how does this phenomenon have an impact on content? In the coming days and weeks, this blog will present a debate on these questions. To begin with, just a word about the situation of widely viewed TV channels. By launching its English-language programme, Al Jazeera no doubt reinforces the position of English in the world, but more than anything else, it seeks to provide an alternative to CNN, BBC, SkyNews, especially regarding current affairs in the Middle East (http://english.aljazeera.net/News); in a recent editorial, the Financial Times called it "an English language channel from outside the mainstream" (18-19.11.2006, p. 8). Conversely, CNN has begun its programmes in arabic, in an effort to "win hearts and minds" which may have turned away from the North American "model", especially since the military occupation of Irak (http://arabic.cnn.com/). Further, France 24 will propose in 2007, not only programmes in French (and other languages), but also an approach to current affairs which will differ from the major English-language channels (http://www.france24.fr/). This brief enumeration, admittedly incomplete, already reveals a clear link between linguistic diversity and the diversification of content. Perhaps you wish to leave a comment? (A brief, to-the-point commentary, stands a better chance of being read than a long exposition).

Repost 0
Published by JJS - dans serenidee
commenter cet article
21 novembre 2006 2 21 /11 /novembre /2006 20:06

Luxemburg is known as a financial centre, as a venue for fairs (the one devoted to gastronomy, organized every 4 years, is being held now), for its white wines, and more generally for its high standard of living. But even among well-informed amateurs of fine watches, the Grand Duchy is not the place where one would seek out a watchmaker, although it has its share of upper-end jewelry and watch stores. Here is my article on Schroeder, the jeweler and watchmaker, which has just been put online at the famous site devoted to watches, The Purists : http://www.tp178.com/wsw/genarticle/luxwatchmaking_01.htm

Le Luxembourg est connu en tant que centre financier, comme lieu d'accueil de foires (celle consacrée à la gastronomie, organisée tous les 4 ans, se tient en ce moment), mais également pour ses vins blancs, et plus largement pour son haut niveau de vie. Mais même parmi les amateurs éclairés de montres de qualité, le Grand Duché n'est pas l'endroit où l'on rechercherait a priori un fabricant de montres, même si le Luxembourg dispose de nombre de boutiques de bijoux et de montres de luxe. Voici mon article sur Schroeder, le joaillier et créateur de montres, qui vient d'être mis en ligne sur le célèbre site horloger, The Purists :  http://www.tp178.com/wsw/genarticle/luxwatchmaking_01.htm 

Repost 0
Published by JJS - dans serenidee
commenter cet article
12 novembre 2006 7 12 /11 /novembre /2006 18:14

Le quotidien luxembourgeois "La Voix" a publié mon article intitulé "L'amitié entre voisins se construit", sur les relations entre la France et le Luxembourg (10 novembre 2006, p. 10). J'y pose la question : deux Etats, fortement impliqués dans le fonctionnement de l'Union européenne, doivent-ils et peuvent-ils encore accorder la même importance à leurs relations bilatérales ? Voici l'article (la photo de l'auteur en moins) :

The Luxemburg daily "La Voix" published my article entitled "Friendship between neighbours depends on their common will" (10th of November, page 10), on relations between France and Luxemburg. I ask whether countries such as these, firmly engaged in EU affairs, should and can consider their bilateral relations as having the same importance as in earlier days? Here is the article in French (minus the photo of the author):

"Entre voisins français et luxembourgeois

par Jean-Jacques Subrenat *

En France, tout le monde sait que des sociétés de taille mondiale (Arcelor-Mittal, Clearstream…) ont élu domicile au Grand Duché, qui figure donc sur la mappemonde de la globalisation. Mais pour mon pays, le véritable enjeu du Luxembourg se situe déjà ailleurs : dans une UE en expansion, les relations bilatérales entre proches voisins ont-elles encore un avenir ? La France saura-t-elle anticiper les ajustements rendus nécessaires par l’élargissement, au lieu de les subir ?

Entre Paris et Luxembourg, les relations sont réputées excellentes, puisque nos dirigeants se croisent sans cesse au Conseil européen et à l’Eurogroupe, tandis que nos élus se côtoient souvent au Parlement européen. Il est vrai aussi que M. Jean-Claude Juncker, premier ministre luxembourgeois, était l’un des invités d’honneur à la tribune lors du défilé du 14 juillet 2006. Soyons clairs : l’amitié entre vieux voisins ne peut se satisfaire des rencontres à vingt-cinq. On sait que les Français (de Thionville, Longwy, Metz même) sont les plus nombreux parmi les frontaliers travaillant au Grand Duché. Pourtant, malgré cette forte présence humaine, la place de la France dans les échanges commerciaux du Luxembourg est en déclin : avec 15% des échanges, mon pays n’est plus que le 3ème partenaire du Grand Duché, nettement derrière l’Allemagne (27%) et la Belgique (25%).

A terme, ce relâchement pourrait affecter d’autres domaines de notre relation bilatérale. Alors que la francophonie a tenu son 11ème sommet (Bucarest, 28-29 septembre 2006), a-t-on pris conscience, à Paris, que le français est encore la première « langue d’intégration » au Luxembourg, pour plus de 70 000 Portugais et 30 000 Italiens, pour des Belges et autres francophones installés ici ? A terme, l’enjeu n’est pas négligeable, puisqu’il est envisagé que la population du Grand Duché puisse passer de 460 000 à environ 700 000 d’ici moins d’une génération. Sait-on suffisamment à Paris que la langue administrative du Grand Duché est le français, et que le « Mémorial », distribué gratuitement à chaque habitant, promulgue les lois en français ? Sait-on qu’à la jeune Université du Luxembourg, l’enseignement est assuré en allemand, en anglais et en français ?

Pour un voisinage fécond

Mais alors pourquoi s’inquiéter, puisque le Grand Duché est si bien disposé à l’égard de la France et de notre langue commune ? Pour les Luxembourgeois, la construction européenne a été et demeure l’élément le plus prégnant en Europe. Mais, longtemps marquée par le fait franco-allemand, le Grand Duché, comme d’autres pays, diversifie également ses relations politiques. Par ailleurs, on sait qu’à l’échelle mondiale, l’anglais progresse plus vite que le français, même dans l’Europe esquissée par Charlemagne.

C’est que, même dans un monde globalisé, les relations bilatérales conserveront leur importance. Dans une UE nettement élargie, est-il possible de réinventer des relations bilatérales à l’usage du 21ème siècle, par exemple entre un petit Grand Duché et mon pays qui, toujours soucieux d’occuper une place à sa mesure, devrait à mon avis, surtout depuis son référendum de 2005, prendre la juste mesure de sa place ?

Nos échanges économiques et les mouvements de personnes évolueront, pour l’essentiel, sans l’intervention de nos deux Etats. Mais ce qui manque aujourd’hui à la relation franco-luxembourgeoise, c’est le voisinage fécond dont s’inspirèrent quelques grandes figures européennes : Emile Mayrisch, inventeur d’une communauté du charbon et de l’acier avant la CECA ; Robert Schumann, né à Luxembourg-ville, et qui, avec Jean Monnet et d’autres, lança la construction européenne ; Pierre Werner, dont le « plan » ouvrait la voie à l’union économique et monétaire.

Faut-il rappeler que la dernière visite d’Etat d’un président français au Grand Duché remonte à presque vingt ans (F. Mitterrand en 1987) ? La France devrait démontrer sa capacité à moderniser sa relation avec un voisin comme le Luxembourg, au nom d’un passé commun, au nom de la francophonie, au nom d’une construction politique de l’UE, en somme au nom de l’avenir. Sans un effort conscient, la proximité géographique ni l’histoire ne sauraient, à elles seules, corriger le relâchement annoncé de nos liens anciens, alors même que s’opèrent de si grands changements en Europe et dans le monde.

L’amitié entre voisins ne va pas de soi. Elle se construit.

 * Jean-Jacques Subrenat est un ancien ambassadeur français auprès de l’UEO (1995-1998), en Estonie (1998-2002), et en Finlande (2002-2005). Il est membre de l’IFRI (Institut français des relations internationales, Paris) et s’exprime ici à titre personnel".

Repost 0
Published by JJS - dans serenidee
commenter cet article
12 novembre 2006 7 12 /11 /novembre /2006 17:29

You have noticed that the debate on the future of the European Union has become quite subdued. This is due to two reasons. First, the referenda held in France and The Netherlands in 2005, in which the voters in these two countries rejected the proposed Constitutional Treaty of the European Union, placed the leaders of all 25 Member States in disarray. Second, other issues have occupied centre stage in EU affairs: relations with Russia, the question of Turkish membership, enlargement to Bulgaria and Rumania...

In this context, you may wish to read a brief article of mine which was recently published in the "Agenda" magazine: http://www.agendafin.com/article.php?ID=60

Vous avez remarqué que le débat sur l'avenir de l'Union européenne est devenu assez évanescent. Deux raisons peuvent expliquer cet état de fait. D'abord, les référendums tenus en France et aux Pays-Bas en 2005, qui ont abouti au rejet du projet de Traité constitutionnel de l'Union européenne, a semé le trouble chez les dirigeants des 25 Etats membres. Ensuite, d'autres thèmes se sont trouvés sur le devant de la scène de l'UE : les relations avec la Russie, la question de l'adhésion de la Turquie, l'élargissement à la Bulgarie et à la Roumanie...

Dans un tel contexte, vous souhaiterez peut-être lire mon bref article, récemment publié en anglais dans la revue "Agenda" : http://www.agendafin.com/article.php?ID=60

 

Repost 0
Published by JJS - dans serenidee
commenter cet article
11 novembre 2006 6 11 /11 /novembre /2006 17:54

Sur ce blog, j'ai déjà avoué une faiblesse pour l'horlogerie. Il se trouve qu'au cours de l'été 2006, j'ai eu l'occasion de rencontrer en Finlande un horloger intéressant, Stepan Sarpaneva, qui a créé sa propre entreprise il y a deux ans. Son atelier est installé dans l'ancienne Câblerie, naguère occupée par Nokia à l'époque où cette grande marque était synonyme de câbles électriques, de pneus et de bottes en caoutchouc (mais si, je vous assure que c'est vrai). Si l'horlogerie vous intéresse, ou tout simplement si vous êtes curieux / curieuse de savoir comment un jeune horloger a pris le risque de s'installer à son propre compte, peut-être souhaiterez-vous lire mon artcile, paru en octobre 2006 sur le site internet d'Europastar : http://www.europastar.com/europastar/search/article_display.jsp?vnu_content_id=1003255588

On this blog, I have already confessed an interest in horology. By chance, during the Summer of 2006, I had the opportunity to meet an interesting watchmaker in Finland, Stepan Sarpaneva, who set up his own company two years ago. His atelier is located in the old Cable Factory, formerly occupied by Nokia when that brand was synonymous with electric cables, tyres and rubber boots (yes, I assure you that is true). If you're interested in horology, or simply curious to find out how a young watchmaker took the risk of setting up his own business, perhaps you would like to read my article, published in October 2006 on Europastar On Line: http://www.europastar.com/europastar/search/article_display.jsp?vnu_content_id=1003255588

Repost 0
Published by JJS - dans serenidee
commenter cet article