Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • JJS
  • Membre/Member, NTIA IANA Functions' Stewardship Transition Coordination Group (2014~2016); Membre/Member, NetMundial Initiative Coordination Council (déc. 2014~2016); ICANN/ALAC (2010~14); ICANN Board (2007-10); diplomat(e) (1971-2005); ambassadeur/dor (1995-2005). Gouvernance; défis globaux / Governance; global challenges.
  • Membre/Member, NTIA IANA Functions' Stewardship Transition Coordination Group (2014~2016); Membre/Member, NetMundial Initiative Coordination Council (déc. 2014~2016); ICANN/ALAC (2010~14); ICANN Board (2007-10); diplomat(e) (1971-2005); ambassadeur/dor (1995-2005). Gouvernance; défis globaux / Governance; global challenges.

Rechercher / Search

19 mai 2007 6 19 /05 /mai /2007 15:30

A brief visit to Shanghai. The last time I came was 17 years ago: since then, this metropolis has changed beyond recognition. When the plane landed, Pudong airport seemed as large as Francfort or Roissy. Actually, I have the impression that there are now two Shanghais: on the West bank of Huangpu River, the metropolis which gained a reputation between the two world wars, now ressembles Tokyo forty years ago, with city highways on stilts, towers built in a seemingly chaotic fashion, the absence of grace of all these buildings accumulated without any master plan, where style and timing seemed dictated more by speculation than by purpose.  On the East bank, Pudong District, which less than 20 years ago was an expanse of rice paddies and vegetable fields, has a completely different air about it: city planning has set out large avenues,  well desgined parcs, and here, obviously, only people with high revenue find their place, just next to the budding business and financial centre. Shanghai city is like an album of some world trends, three of which are touched upon here.

- Urban development is one of the major trends of our time. Around 1950, only 80 cities (including Shanghai) had a population of more than 1 million; by 2025, their number will probably exceed 500. Together, Chinese cities which already exist, or which remain to be built, will have to absorb in the coming 20 years, some 300 to 400 million people, or roughly the equivalent of the total population of Western Europe today. Within the next generation, half of the world population will most likely be living in urban areas. And it is estimated that "by 2050, one billion people will be living in fifty cities in Asia, each with 20 million and, for some, 30 million inhabitants" (Jacques Attali, "Une brève histoire de l'avenir" p. 198, Fayard, Paris 2006). The historic rift I now perceive between the two banks of Huangpu River is a sign of things to come, and not only in China: on one side, strong economic growth calls for -and enables- long-term planning and financing, daring architecture, amenities at a world level; on the other, the historic constraints of the older and poorer city, the cramped and insufficient infrastructure, but also meagre financial ressources of the State or of local governement in most emerging economies, bring about high-rise buildings in some disorder, where quality of life is still a concept akin to luxury.

The development of great urban centres is generally a sign of geopolitical change. Since the end of World War 2, the dominant metropoles have continuously been New York, London, Paris, Zurich, Los Angeles, Frankfurt, Milano, Rotterdam. In addition to these, over the past half century we have seen the rise of Hongkong, Tokyo, Houston-Dallas, Moscow, Beijing, Rio de Janeiro, Brussels, Singapore, Berlin, Mumbai, Chongqing, Lagos, Abu Dhabi, Dubai, Istanbul, and others. Without taking the place of these latter, some new urban centres are gathering characteristics of future dominant metropoles, and Shanghai seems certain to be one of them. With the coming oil crunch and subsequent higher prices, massive investment could lead to considerable development in some cities of oil-rich states (Dubai is a striking example), but most of these lack an agricultural or industrial hinterland, as well as a sufficiently large domestic market, to ensure durability. With the slow but now unmistakable trend towards a multi-polar world, the pull exerted by the Cold War poles will no doubt weaken in relative terms:  this is already the case with Russia, an energy giant but not (yet?) an overall economic superpower; as for the USA, their role in world finance, transport, trade, and even the power of attraction of their way of life, has now started a downward trend, if looked at worldwide and measured in relative terms. This geopolitical trend will thrust forward the large conurbations which manage to adapt their physical and social infrastructures, as well as their intellectual capacity, rather than only increasing the proportion of contructed areas.

With some delay, perceptions of world trends follow strategic, economic and intellectual  changes. Young people today rely less on their school atlases than on the internet. What can we learn from the Web? Enter  "New York": in 0.19 seconds, Google provides 662 million entries or links; if you type "London", you get 338 million; if you look up Paris, here are 376 million; Luxembourg? 119 million. Now let's look up other large cities, generally less familiar to Europeans and North Americans: Tokyo 147 million, Seoul 36 M, Lagos 21 M, Brasilia and Rio de Janeiro 43 M each. Shanghai?  66 millions entries. Naturally, such figures are not very significant as they only measure entries in a very limited number of languages, with a huge  bonus for English. But I'd be willing to bet that in 5 or 10 years, the number of references to Shanghai will be equivalent to that of New York, London or Paris. Just take an example: already today, the number of buildings with more than 40 storeys is greater in Shanghai than in New York. Is there any connection with the fact that for the European Union, in March 2007 and for the first time in history, trade figures with China overtook those of trade with the USA? Figures regarding the worldwide internet community can also be revealing: today, out of a total of about 1 billion users, ca. 300 million are in North America, roughly the same number in the European Union, but China already has ca. 100 million. Within a decade, these figures could be: a world total of beyond 2 billion, a noticeable increase in North America and Europe, but perhaps more than 500 million in China alone, and a figure approaching that in India.

If you wish to give your opinion, please click "ajouter un commentaire" (below, after the French version of this article). Or return to Serenidee homepage.

Brève visite à Shanghai. Je n'y étais pas revenu depuis 17 ans : dans l'intervalle, cette métropole a changé d'aspect au point d'être méconnaissable. A l'atterrissage, l'aéport de Pudong m'a paru aussi grand que celui de Francfort ou de Roissy. En fait, j'ai l'impression qu'il y a maintenant deux Shanghai : la métropole à l'Ouest de la rivière Huangpu, déjà célèbre dans l'entre-deux-guerres, ressemble désormais à la Tokyo d'il y a quarante ans, avec ses autoroutes urbaines sur pilotis, son foisonnement anarchique de tours, le manque de grâce d'une telle accumulation de constructions sans projet d'ensemble, dont l'agencement et le rythme semblent avoir été dictées par la spéculation, plus que par un quelconque principe. Sur la rive Est, le quartier de Pudong, où s'étalaient il y a moins de vingt ans des rizières et des champs, présente un visage tout à fait différent : l'urbanisme a eu le loisir d'y tracer de larges avenues, les espaces verts sont ordonnés et, visiblement, seuls les revenus élevés y trouvent leur place, dans le prolongement du quartier financier et des affaires. Shanghai me paraît résumer plusieurs évolutions en cours à l'échelle mondiale. Parmi celles-ci, j'en retiens trois :

- L'urbanisation est une des grandes tendances de notre temps. Vers 1950, seules 80 villes (dont Shanghai) avaient plus d'un million d'habitants ; vers 2015, leur nombre dépassera 500. Ensemble, les villes chinoises existantes ou à créer vont devoir absorber, dans les 20 ans à venir, 300 à 400 millions personnes, soit l'équivalent de la population actuelle de l'Europe occidentale. Dans une génération, la moitié de la population mondiale vivra probablement en milieu urbain, et l'on estime qu' "en 2050, un milliard d'habitants vivront dans cinquante villes d'Asie, chacune comptant plus de 20 millions d'habitants voire, pour certaines, plus de 30 millions" (Jacques Attali, "Une brève histoire de l'avenir" page 198, chez Fayard, Paris 2006). Le clivage que je constate entre les deux rives du Huangpu résume l'enjeu de l'urbanisation à venir, et pas seulement en Chine : ici, la forte croissance économique appelle une planification et des moyens à long terme, une architecture hardie, des aménagements du meilleur niveau mondial ; là, le plan cadastral existant des villes pauvres et plus anciennes, l'exiguïté et l'insuffisance des infrastructures, la maigreur des ressources financières de l'Etat ou des collectivités territoriales dans les pays émergents, ont abouti à une densification de la construction, et le concept de qualité de vie se confond encore avec l'idée de luxe. 

L'évolution rapide des grands centres urbains est généralement le reflet de changements géopolitiques. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, les métropoles dominantes n'ont cessé d'être New York, Londres, Paris, Zurich, Los Angeles, Francfort, Milan, Rotterdam. A celles-ci se sont ajoutées, en moins de 50 ans, Hongkong, Tokyo, Houston-Dallas, Moscou, Beijing, Rio de Janeiro, Bruxelles, Singapour, Berlin, Mumbai, Chongqing, Lagos, Abu Dhabi, Dubai, Istanbul, d'autres encore. Sans forcément remettre toutes celles-ci en cause, d'autres centres urbains ont le potentiel de devenir de nouvelles métropoles dominantes, et Shanghai me paraît être du nombre. Avec la raréfaction et le renchérissement annoncés des produits pétroliers, une frénésie d'investissements pousse à un développement considérable de quelques villes dans les Etats pétrolifères (Dubai en est un exemple frappant), mais pour perdurer il leur manque souvent l'arrière-pays agricole et industriel, ainsi qu'un marché intérieur de taille suffisante. A mesure que se mettra en place une réalité multipolaire, déjà patente, le rôle des références de la Guerre Froide pourrait décliner en termes relatifs : c'est déjà le cas de la Russie, superpuissance énergétique mais pas (encore ?) économique ; quant aux Etats Unis d'Amérique, leur rôle dans la finance internationale, le transport, le commerce, et même le pouvoir d'attraction de leur mode de vie, sont moindres à l'échelle mondiale, en termes relatifs. Cette diversification mettra en avant les métropoles qui sauront faire évoluer leurs infrastructures physiques et sociales, ainsi que leur potentiel intellectuel, et pas seulement le nombre de mètres carrés bâtis dont elles disposent.

- Avec un décalage inévitable, la perception du monde contemporain suivra la réalité des ajustements stratégiques, économiques et intellectuels. Les jeunes d'aujourd'hui consultent moins leur atlas géographique scolaire que l'internet. Que découvre-t-on sur la Toile ? Entrez "New York" : en 19 centièmes de seconde, Google propose 662 millions d'entrées ou de liens ; si vous tapez "Londres", on vous en propose 338 millions ; pour Paris, en voici 376 millions ; Luxembourg ? 119 millions. Maintenant, cherchons d'autres métropoles, généralement moins connues des Européens et des Nord-Américains: Tokyo 147 millions, Séoul 36 M, Lagos 21 M, Brasilia et Rio de Janeiro 43 M chacune. Shanghai ?  66 millions. Bien entendu, un tel décompte n'est pas significatif, dans la mesure où il ne recense que les entrées en certaines langues, avec une surprime considérable à l'anglais. Mais je suis prêt à parier que dans 5 ou 10 ans, le nombre de références à Shanghai sera du même ordre de grandeur que pour New York, Londres ou Paris. Une donnée frappante : aujourd'hui, Shanghai possède un plus grand nombre de tours de plus de 40 étages que New York. Y a-t-il un rapport quelconque avec le fait que, pour la première fois en mars 2007, pour l'Union européenne, le commerce avec la Chine a dépassé celui avec les Etats Unis d'Amérique ? Les chiffres concernant l'internet sont également révélateurs : aujourd'hui, sur un total mondial d'environ 1 milliard d'usagers, quelque 300 millions se trouvent en Amérique du Nord, et l'on cite le même ordre de grandeur pour l'UE, mais ils seraient déjà environ 100 millions en Chine. D'ici une dizaine d'années, le nombre total pourrait atteindre 2 milliards, avec une croissance sensible en Amérique du Nord et en Europe, mais aussi avec plus de 500 millions dans la seule Chine, et un nombre équivalent en Inde.

Si vous souhaitez donner votre avis, veuillez cliquer ci-dessous sur "ajouter un commentaire". Ou retour à la page d'accueil de Serenidee.

Partager cet article

Repost 0
Published by JJS - dans serenidee
commenter cet article

commentaires

lOlA 19/05/2007 19:13

Merci pour cette synthèse qui est sans conteste très très intéressante et instructive ! Shangaï nous le savions, avait économiquement sa place dans l'activité de l'UE mais vos chiffres se rapportant au Web est des plus édifiants. Merci

JJS 20/05/2007 04:44

Merci, Lola, d'avoir remarqué et commenté cet article. Puisque les chiffres concernant l'usage de l'internet à l'échelle mondiale vous intéressent, je pense que vous pouvez encore en trouver dans les compte rendus de la "Première conférence sur la gouvernance de l'internet", organisée en novembre 2006 à Athènes sous les auspices de l'ONU.
Cordialement, JJS.