Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • JJS
  • Membre/Member, NTIA IANA Functions' Stewardship Transition Coordination Group (2014~2016); Membre/Member, NetMundial Initiative Coordination Council (déc. 2014~2016); ICANN/ALAC (2010~14); ICANN Board (2007-10); diplomat(e) (1971-2005); ambassadeur/dor (1995-2005). Gouvernance; défis globaux / Governance; global challenges.
  • Membre/Member, NTIA IANA Functions' Stewardship Transition Coordination Group (2014~2016); Membre/Member, NetMundial Initiative Coordination Council (déc. 2014~2016); ICANN/ALAC (2010~14); ICANN Board (2007-10); diplomat(e) (1971-2005); ambassadeur/dor (1995-2005). Gouvernance; défis globaux / Governance; global challenges.

Rechercher / Search

22 janvier 2007 1 22 /01 /janvier /2007 12:35

The 1st round will take place on the 22nd of April, and the 2nd round (if necessary, but most likely) on 6th of May 2007. As predicted, the 2 main contenders are Ségolène Royal for the Socialist Party (PS), and Nicolas Sarkozy, Senior Minister in charge of home affairs, for UMP, of which he is the president. So, what are the prospects for this presidential election? At this stage, 5 main features deserve to be pointed out.

First, all the likely candidates are now lined up: François Bayrou (UDF), Philippe de Villiers (Mouvement pour la France), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République, after he recently left UMP), Jean-Michel Jardry (CNI, considered close to UMP), Jean-Marie Le Pen (FN), Ségolène Royal (PS), Nicolas Sarkozy (UMP), Dominique Voynet (Les Verts).

Second, opinion polls conducted over the past few months have consistently identified 3 groups of contenders. In the leading group, Royal and Sarkozy are each credited with about 30% of the vote in the first round (the latest poll, in mid-January, gave Sarkozy a 2 or 3 percent lead). The intermediate group is made up of Le Pen and Bayrou, each slated to receive between 8 and 12 percent of the vote in the first round. All the other candidates belong to the last group, with nobody likely to garner more than 3%.

Third, some political figures have not yet declared their intentions. The Prime minister, Dominique de Villepin, has studiously avoided giving staunch support to Sarkozy, who is in his government and the leader of his party. If opinion polls are anything to go by, the Prime minister would not enjoy enough support to be elected. Nicolas Hulot, a popular TV personality, steered major candidates towards signing a "charter for the environment", but finally gave up the idea of standing for the election himself, and has so far not said whom he would support. And although the incumbent President, Jacques Chirac, could theoretically run for another term, this seems quite unlikely. The current Minister for social affairs and employment, Jean-Louis Borloo, is rumored to be a possible candidate, but has yet to register. 

Fourth, whether this election is won by S. Royal or by N. Sarkozy, it will signal an important change in generation. Both these contenders have come to the fore very much with the help of their respective parties, but both are now trying to appeal to a much wider constituency. Both have government experience, Royal as a minister under President Mitterrand (Environment, School, Family), Sarkozy with ministerial jobs under President Chirac (Budget, Communication, Economy and Finance, and currently Senior Minister in charge of Home affairs), but both have made statements which signal a departure from long-standing positions of their parties.

Fifth, as neither of the 2 top contenders is perceived as thoroughly familiar with European affairs, their choice of advisers in this field can offer some indication on future policy. At UMP, Sarkozy can draw on the experience of Alain Lamassoure (MEP, former Minister for European Affairs) and Michel Barnier (former Minister for Foreign affairs, former Member of the European Commission). Royal is advised by Jean-Louis Bianco, the chief of staff of her presidential campaign (MEP, former chief of staff of President Mitterrand, former Minister), and by Michel Rocard (MEP, former Prime minister). Naturally, both leading candidates can count on additional expertise in their respective parties (this is the case with Pierre Moscovici, former Minister for European affairs, an important figure at PS).

If you wish to offer a comment, please post it below this article, under "ajouter un commentaire" (a brief, to-the-point comment stands a better chance of being read). Thank you. Return to Serenidee home page

Le premier tour se déroulera le 22 avril, le second tour (probable) le 6 mai 2007. Conformément aux prévisions, les 2 principaux candidats sont Ségolène Royal pour le PS et Nicolas Sarkozy, Ministre d'Etat, pour l'UMP dont il est le président. Quelles sont les perspectives de cette élection présidentelle ? A ce stade, 5 aspects méritent l'attention.

1) tous les candidats probables se sont déclarés: François Bayrou (UDF), Philippe de Villiers (Mouvement pour la France), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République, après avoir quitté l'UMP), Jean-Michel Jardry (CNI, considéré proche de l'UMP), Jean-Marie Le Pen (FN), Ségolène Royal (PS), Nicolas Sarkozy (UMP), Dominique Voynet (Les Verts).

2) Les résultats des sondages depuis plusieurs mois permettent de répartir les candidats en 3 groupes. Dans le peloton de tête, S. Royal et N. Sarkozy peuvent espérer environ 30% chacun au premier tour (le dernier sondage, à la mi-janvier, donnait une avance de 2 à 3 points à Sarkozy). Le groupe intermédiaire est composé de Le Pen et Bayrou, chacun étant censé peser entre 8 et 12 % au premier tour. Tous les autres candidats se retrouvent dans le dernier groupe, aucun n'étant crédité de plus de 3%.

3) Certaines personnalités politiques n'ont pas encore fait connâitre leurs intentions. Le Premier ministre, Dominique de Villepin, s'est soigneusement abstenu de soutenir fortement Sarkozy, membre de son gouvernement et président de son parti politique. Si l'on en croit les sondages, le Premier ministre ne parviendrait pas à se faire élire comme Président. Nicolas Hulot, connu pour ses prestations télévisées, a amené plusieurs candidats à souscrire à sa "charte pour l'environnement", mais a finalement renoncé à être lui-même candidat, et n'a pas dit qui il soutiendrait. Et même si le Président sortant, Jacques Chirac, aurait la possibilité de se représenter, ceci paraît assez improbable. On prête à l'actuel Ministre des affaires sociales et de l'emploi, Jean-Louis Borloo, l'intention de se porter candidat, mais il ne s'est pas encore déclaré. 

4) Que l'élection présidentielle soit gagnée par S. Royal ou par N. Sarkozy, cela marquera de toute manière un changement de génération. Chacun aura pu parvenir à ce stade grâce au soutien de son parti, mais pour l'un comme pour l'autre, il s'agit maintenant de s'attirer les faveurs d'un électorat bien plus large. Les ressemblances sont là : S. Royal a eu des portefeuilles ministériels à ll'époque du Président Mitterrand (Environnement, Formation scolaire, Famille), et N. Sarkozy sous le Président Chirac (Budget, Communication, Economie & Finances, actuellement Ministre d'Etat chargé de l'intérieur, de l'aménagement du territoire et des collectivités territoriales), mais l'un comme l'autre a fait des déclarations marquant une certaine rupture par rapport aux positions traditionnelles de son parti.

5) Sur les dossiers de l'Union européenne, les deux principaux candidats ne sont pas perçus comme des experts : leur choix de conseillers peut donc donner quelque indication sur les orientations futures. A l'UMP, Sarkozy peut bénéficier de l'expérience d'Alain Lamassoure (Membre du PE, ancien Ministre des affaires européennes) et de Michel Barnier (ancien Ministre des affaires étrangères, ancien Membre de la Commission européenne). Royal est conseillé par Jean-Louis Bianco, directeur de sa campagne électorale (Membre du PE, ancien Secrétaire général de l'Elysée à l'époque du Président Mitterrand, ancien Ministre), et par Michel Rocard (Membre du PE, ancien Premier ministre). Naturellement, les deux candidats les mieux placés peuvent compter sur une vaste expertise, chacun dans son parti (par exemple Pierre Moscovici, ancien Ministre des affaires européennes, un membre influent du PS).

Si vous souhaitez faire connaître votre avis, veuillez cliquer sur "ajouter un commentaire" à la fin du présent article (un commentaire bref et ciblé a de meilleures chances d'être lu). Merci. Retour à Serenidee page d'accueil.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by JJS - dans serenidee
commenter cet article

commentaires

Sondage 13/03/2007 00:33

Bonjour,
A l'approche de la présidentielle, beaucoup d'avis sont encore indécis. Pour mettre en avant les idées de chacun et en particulier les tendances, depuis plus d'un an, nous enregistrons les opinions des français au travers de questions de sondages.
Nous offrons aujourd'hui la possibilité de diffuser sur votre blog les résultats des derniers sondages régulièrement soumis dans notre réseau. La démarche est simple. Pour plus d'explications, consultez la page suivante : http://www.debat-politique.com/partenariat-sondage.html
Je souhaite à tous le meilleur déroulement de la campagne et le bon vote le jour J.
Nicolas