Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • JJS
  • Membre/Member, NTIA IANA Functions' Stewardship Transition Coordination Group (2014~2016); Membre/Member, NetMundial Initiative Coordination Council (déc. 2014~2016); ICANN/ALAC (2010~14); ICANN Board (2007-10); diplomat(e) (1971-2005); ambassadeur/dor (1995-2005). Gouvernance; défis globaux / Governance; global challenges.
  • Membre/Member, NTIA IANA Functions' Stewardship Transition Coordination Group (2014~2016); Membre/Member, NetMundial Initiative Coordination Council (déc. 2014~2016); ICANN/ALAC (2010~14); ICANN Board (2007-10); diplomat(e) (1971-2005); ambassadeur/dor (1995-2005). Gouvernance; défis globaux / Governance; global challenges.

Rechercher / Search

27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 16:30


For the up-and-coming photographers in the family: Jeanne (born in 2005), Jules (2002), Juliette (1998), Léa (1994).

After many months of silence, I'm back on this blog
. Please accept my apologies for being absent since late April 2008. Workload? Well, that's hardly a credible excuse for a pensioner. Blog fatigue? Perhaps a bit.

In any case, here is an article about online photographers and photography. As the Internet expands, its users have access to an ever greater choice of subject matter, style or geographic origin. Going online affords good photographers an opportunity to express their talent, beginners find an inexpensive outlet for their experiments, while viewers worldwide can consult an ever greater corpus of photos, from commonplace to original, from amusing to tragic. Socialization sites such as Facebook, Flickr or LinkedIn, which allow people to connect in an ever-expanding informal network, have also contributed to this huge production and sharing of images. Having recently sampled dozens of photo sites, I thought I'd share some of my findings.

As photos are becoming an almost boundless resource, we face a new challenge: how can we avoid "image saturation", one of the dangers of our time? How can we exert judgment and choice, at a time when our attention is endlessly sollicited by images and sounds? How can we distance ourselves from the meaningless accumulation of sometimes worthless TV programmes, Internet novelties, billboards and advertising? Is the prime value of photography to be found in aesthetics, or can photography be used as a social tool?

I would like to single out one initiative, the yearly Pictet Prize for photography. The website for this prize makes a statement: "Can a photograph help sustain the planet? It depends on the photograph." Set up jointly by Pictet and the Financial Times, the prize carries a grant of 100,000 Euros. For 2008, some 18 photographers have been shortlisted, and some of their works can be viewed here.

My attention was first drawn to the Pictet Prize on 22nd of April 2008 when the Financial Times (FT) announced it was supporting Pictet in setting up this award: on one full page, the daily carried a striking monochrome photograph of a freshwater pipeline winding its way through the chaotic slums of Mumbai, bringing its precious load to newly-developed condominiums and, on its way, leaving the squalid poverty unattended to. This photo, one of the most striking I have ever seen, was made in 1995 by Sebastião Salgado, the Brazilian documentary photographer and photo reporter.

Whereas the Pictet Prize is devoted to the cause of sustainable development, other worthwhile sites are engaged in promoting peace and reconciliation, gender equality, or social progress. A Canadian photographer who was shaken by his experience as a reporter during the massacres in Rwanda, James Natchwey (see his blog here) comments on video some of the stark black-and-white photos he made in that period, as you can see here.

There is also a website for and by Professional Women Photographers Online.

Online networks of (usually professional) photographers abound, but here are just a few: Photographers Online Network, Online Photographers, and in French you can view Photophiles.

Among the many individual online photographers, I would like to mention Michael Reichmann, from Canada, whose site Luminous landscape is worth visiting on a regular basis; I also enjoy the work of Bill Lockhart, from the USA, whose blog simply entitled "Photography" presents a fine balance between technical expertise and the simple enjoyment of photography. By the way, both these gentlemen provide guidance and useful hints to amateur photographers.

If you happen to know and appreciate any online photographers, especially in countries not quoted here, please add a comment by clicking below on "ajouter un commentaire".

To conclude this brief presentation of online photographers and photography, I'd like to add a view I took a few days ago in Luxembourg (with my mobile 'phone, a Nokia E90):

 

 Along the ancient Roman road, near Dalheim, Luxembourg (photo JJS, 26.10.2008)
Sur l'antique voie romaine près de Dalheim, Luxembourg (photo JJS, 26.10.2008)


Pour les photographes en herbe de la famille: Jeanne (née en 2005), Jules (2002), Juliette (1998), Léa (1994).


Après plusieurs mois de silence, me voilà de retour sur ce blog. Je vous prie d'accepter mes excuses pour cette absence, qui dure depuis avril 2008. Trop occupé ? De la part d'un retraité, un tel prétexte n'est guère crédible. Syndrome du bloggeur ? Peut-être un peu.

En tout cas, voici un article sur les photographes  et la photographie en ligne. A mesure que l'Internet s'étend, ses usagers ont un choix sans cesse accru en ce qui concerne les thèmes, les styles ou les origines géographiques. En se mettant en ligne, les bons photographes trouvent de nouveaux espaces pour déployer leur talent, les débutants disposent d'un atelier à faible coût pour leurs essais, tandis que le public du monde entier peut consulter un corpus croissant de photos, de la plus banale à la plus originale, de l'amusante à la tragique. Les sites dits de socialisation, tels que Facebook, Flickr ou LinkedIn, qui permettent de se connecter à un réseau informel en exapansion continue, ont également contribué à cette énorme production et mise en partage d'images. Ayant récemment parcouru quelques dizaines de sites photographiques, j'ai souhaité les partager sur mon blog.

Alors que les photos deviennent une ressource presque inépuisable, nous devons faire face à un nouveau défi : comment éviter la "saturation iconographique", l'un des dangers de notre temps ? Comment faire pour conserver notre capacité de jugement et de choix, dans une époque où notre attention est sans cesse sollicitée par des images et des sons ? Comment pouvons-nous garder nos distances par rapport à l'accumulation écervelée de programmes de télévision parfois dénués de sens, les nouveautés sur l'Internet, les panneaux d'affichage et la publicité ? La principale valeur de la photographie réside-t-elle aujourd'hui dans son apport esthétique, ou peut-elle servir d'instrument social ?

J'aimerais signaler une récente initiative, le Prix Pictet de la photographie, qui sera donné chaque année. Le site de ce prix proclame : "Une photographie peut-elle aider à la préservation de notre planète ? Cela dépend de la photographie elle-même." Créé conjointement par Pictet et le quotidien économique Financial Times, le prix se monte à 100.000 Euros. Pour 2008, quelque 18 photographes have been ont été présélectionnés, et quelques-unes de leurs oeuvres peuvent être visionnées ici.

J'ai pris connaissance du Prix Pictet le 22 avril 2008 lorsque le Financial Times (FT) annonça qu'il soutenait cette initiative de Pictet : sur une pleine page, le quotidien montrait une photographie monochrome d'une grosse adduction installée en plein dans un bidonville de Mumbai, pour alimenter en eau propre de nouveaux lotissements de luxe, sans améliorer d'aucune façon la pauvreté sur son passage. Cette photo, l'une des plus frappantes que j'ai vues, fut prise en 1995 par Sebastião Salgado, le photographe documentaire and reporter photographe brésilien.

Si le Prix Pictet est consacré au développement durable, d'autres sites engagés sont promeuvent la paix et la réconciliation, l'égalité femme/homme, ou le progrès social. Le photographe canadien promoting peace and reconciliation, gender equality, or social progress. A Canadian photographer avoue avoir été profondément marqué par le reportage qu'il fit durant les massacres au Rwanda : James Natchwey (voir son blog ici) commente sur une vidéo (ici) quelques-unes des  saisissantes photos en noir et blanc qu'il fit à l'époque.

Il exite par ailleurs un site de femmes photographes professionnelles, Professional Women Photographers Online.

Il existe de nombreux sites de photographes (généralement professionnels), mais voici juste quelques liens : Photographers Online Network, Online Photographers, et 
Photophiles pour les francophones.

Parmi les nombreux photographes en ligne, j'aimerais signaler Michael Reichmann, du Canada, dont le site Luminous landscape mérite d'être visité régulièrement ; j'aime aussi le travail de Bill Lockhart, des Etats-Unis : sous le titre tout simple de "Photographie", son blog présente un bon équilibre entre expertise technique et le plaisir des bonnes photos. Il est a signalier que ces deux messieurs donnent de bons conseils aux photographes amateurs.

Si vous connaissez et appréciez des photographes en ligne, notamment de pays qui n'ont pas été mentionnés dans cet article, merci de les signaler en cliquant ci-dessous sur "ajouter un commentaire".

Pour clore cette brève présentation des photographes et photographies en ligne, je vous présente une photo (voir ci-dessus, entre les versions anglaise et française de cet article) prise récemment au Luxembourg avec mon téléphone mobile (un Nokia E90).

Partager cet article

Repost 0
Published by JJS
commenter cet article

commentaires

Retty 11/11/2008 19:11

En Indonesie il y a un site de photographes http://www.fotografer.net/

JJS 02/12/2008 22:18



Retty, merci de cette référence. Le site "Fotografer" est entièrement en Bahasa Indonesia, langue que je ne connais pas, mais je constate qu'il contient de nombreuses rubriques,
intéressant des publics divers.