Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • JJS
  • Membre/Member, NTIA IANA Functions' Stewardship Transition Coordination Group (2014~2016); Membre/Member, NetMundial Initiative Coordination Council (déc. 2014~2016); ICANN/ALAC (2010~14); ICANN Board (2007-10); diplomat(e) (1971-2005); ambassadeur/dor (1995-2005). Gouvernance; défis globaux / Governance; global challenges.
  • Membre/Member, NTIA IANA Functions' Stewardship Transition Coordination Group (2014~2016); Membre/Member, NetMundial Initiative Coordination Council (déc. 2014~2016); ICANN/ALAC (2010~14); ICANN Board (2007-10); diplomat(e) (1971-2005); ambassadeur/dor (1995-2005). Gouvernance; défis globaux / Governance; global challenges.

Rechercher / Search

20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 12:20

(this article was updated on 20th January 2008)


"Chacun voit midi à sa porte" (literally, "every man sees high noon at his doorstep") is a French saying for "all truth is subjective". And the same applies to things taking shape, with the added difficulty that forecasting has always been a risky task.

In the spirit of this blog, which favours debate, I'd like to invite you to contribute events or trends which, in your view, could turn out to be significant in 2008. I would encourage you to state why you think an event or a trend might be meaningful, rather than merely stating that it is important. You may also wish to correct what you perceive as conventional wisdom. To start the ball rolling, here is a brief list (the order in which the items are listed is not meant to reflect any predetermined degree of importance). Over the past week I received some remarks and suggestions, which have been integrated in this updated version.

- 2008, International Year of Languages. Yes, I know: each year, some noble cause is set aside for special attention, but sometimes this simply -and sadly- reflects the fact that there is little hope of achieving the goals assigned by that celebration. Think of racism, think of crass intolerance, which are still rife in so many parts of the world. But the decision to proclaim an international year devoted to a cause can have some effect in the long run, as can be seen in the case of fighting against illiteracy, or the battle against certain diseases. Coming back to the International Year of Languages, its significance lies in the fact that languages are the vehicles of communication, but also the crucibles of identity and culture. Some politicians, some media people occasionally call for "an end to all this waste of having so many languages, instead of everyone just using, say, English", for instance in the daily work of the European Union (EU). As a citizen of a Member State of the EU, and considering myself European, I find it quite normal that a fraction of the taxes I pay are used to fund the needs of interpretation and translation in the EU. By respecting the right to everyone's language, we observe one of the most fundamental rights.

- 2008 will determine the choice of the next President of the USA, even though the successor to George W. Bush will not be sworn into office before the 20th of January 2009. It is customary to say that every US presidential election is important because the policy choices of the new executive can have an impact on many other countries, say through the way commercial issues are taken up at the World Trade Organization (WTO), or attitudes toward the eco-system of our planet (the Kyoto Protocol and beyond). But the upcoming election is significant in several new ways. If Barack Obama were elected, for the first time in its history the USA would send a “non white" to the Oval Office. More interestingly, they would be choosing a new type of US citizen as their highest representative: born of a "white" mother from Kansas and of a "black" father from Kenya, M. Obama would actually be different from both liberal "whites" and from the present generation of "black" leaders (e.g. Jesse Jackson, who has been critical of B. Obama). Would this signal a true generation shift, as well as -at long last- the racial reconciliation of the USA? Another interesting feature of the upcoming election is that the future President will have to accommodate the fact that his country, while still in a position of privilege inherited from the outcome of World War 2, is no longer  dominant in an increasing number of areas: the US Dollar now faces competition from the Euro; US military might is at odds with its political will; NATO has been weakened, not by European ambition, but by a shift of US policies; the US economic model seems less sustainable than a decade ago... But for the incoming President, perhaps the biggest challenge of all will be to reverse the tendency of the last few years, during which world public opinion has downgraded the USA, now placing it in the same category as Russia or Saudi Arabia. Can the USA make a comeback, to regain its power of attraction as a social model, as a paradigm of opportunity but also of fairness and equality, as a reference in international relations and in global governance?

- 2008: world recession, or simply a new pack of cards? Curiously, it has taken mainstream media many months to recognize the fact that some major economies were running into deep trouble. When the "subprime" crisis could no longer be ignored, monetary authorities just threw money at it, by the billions. As it became clear that the looming crisis in the USA was not limited to housing, investment funds ran in all directions, banks and other financial institutions experienced heavy losses, and now there is a sense that the ominous word "depression" may soon apply. If this were to happen in 2008, it would no doubt start in the USA, but would of course have an impact on its main trading partners, the EU, China, Japan, and other countries in Asia, the Pacific, Latin America, and the Middle East. But viewed in a somewhat longer term, this crisis begs a crude question: is this truly going to be a world recession, as was the case in 1929-30, or is this mainly a US crisis and just a new pack of cards being imposed upon the world economy by a set of circumstances? Is the USA going to suffer the brunt of the recession with some of its major partners feeling the heat, but the rest of the world getting by? To be blunt, is the slack in US business going to be taken up by the huge increase of economic activity in China, India, Brazil and others, even though this may take another decade?

- 2008: the beginning of a new phase in European integration? To enter into force, the modified Lisbon Treaty (signed by the Heads of State or Government on ) must be ratified by all the Member States. Among these, only Eire (the Republic of Ireland) has a constitutional requirement to organize a referendum. That being said, in the other Member States the way ahead is not without risk, especially where public opinion and the political structure are “euro sceptic”. In other countries as well, parliamentary ratification is not a foregone conclusion, because of the risk of contamination of undecided citizens by a rise in the “no” camp, for instance if in one country the ratification process turns out to be difficult or, even worse, negative.

- 2008: protecting the environment, a growing challenge for public opinion in industrial countries. But this subject will most likely remain on the agenda, unresolved for a long time, because of differences of appreciation regarding the causes and the magnitude of climate change, the appropriate solutions, and the equitable sharing of the necessary efforts.

- 2008: zones of tension and instability still present the same degree of danger. In Kosovo, the ample movement in favour of independence is opposed by Serbia, a country supported by Russia. This potentially explosive situation, in a zone where instability has been rife for decades, happens to be in the immediate vicinity of the European Union. One question could arise: if Kosovo were to acquire independence, could this influence other entities which, like Kosovo, hold autonomy or independence as a goal, in Central or Eastern Europe, or in Asia? In the Middle East, areas of tension and instability are as widespread as in the past few years. Actually, this vast zone possesses features which are both interesting and dangerous: it is a prime reservoir of energy resources, but it is also the point of convergence of the three large monotheistic religions whose problems or rivalries inevitably have repercussions elsewhere in the world. In summary, the situation in the Middle East seems as much fraught with danger as a year earlier. The continuous conflict between Israel and Palestine has reached such proportions that one dare not guess what the chances are of returning to a normal life, nor of reaching a conclusion in the long drawn-out “peace process” between Israel and the Palestinian Authority, whatever the belated commitment of President Bush and Condoleeza Rice. In Irak, the quagmire in which the US troops and their remaining allies are sinking, leaves little hope of a proper solution: the military occupation has gone so far that even a withdrawal of US troops, which Barack Obama is the only candidate in the US presidential race to be calling for, carries the risk of igniting a conflict of unbelievable cruelty between Shiites, Sunnis and Kurds, national reconciliation seeming totally beyond reach for the time being. The role of Iran in the region is not viewed positively by a large segment of the international community, its lack of transparency in developing nuclear energy causing concern. The politics of sanctions against Iran is rendered inefficient by the rifts in the Security Council of the United Nations, so that some experts fear there might be “pre-emptive” military strikes against Iran (by the USA or Israel?), which the same observers think would then be used by Teheran to fuel a major conflict in the Middle East, with worldwide repercussions because of the crucial importance of oil resources. In Afghanistan, the worsening politico-military situation is visible in several ways: an historic increase in the production and export of drugs derived from the poppy crop, a less comprehensive military effort by the USA, the gradual withdrawal of troops by several allies of the US, and a weakening of Afghan authorities both at the State level and in the provinces. Pakistan is falling into a chaotic situation in which the predictable triumph of one or the other form of extremism (military dictatorship or religious and sectarian dictatorship) leaves little hope of a turn towards democracy.

- 2008, any significance for global communications and the Internet? According to current estimates, out of a world population of more than 6 billion people, some 2 billion use mobile 'phones, the users of computers is anything between 1 and 2 billion, and the number of people using the Internet (whether regularly or infrequently) is of the order of 1 billion. Experts consider that the next billion of Internet users will arrive before 2010, and that they will probably include about 500 million users in China (although, for the time being, that country is more one huge intranet than a part of the Internet, as shown by cases of censorship recently made public). It's quite amazing that a juxtaposition of infrastructures in separate countries, and a loose combination of regulatory and legal dispositions across the globe, have been able to support an expansion of such magnitude, in overall communications. This is truly changing our world, to an extent that some governments, chapels or ideologies might regret. In Burma, the non-violent resistance of the Buddhist clergy suddenly gave new faith in the long drawn out courage of Aung San Suu Kyi, and it seems that both mobile 'phones and Internet were instrumental in this attempt at emancipation from dictatorship. By the way, do you remember that another technical process had been instrumental in the spread of Samizdat  newsletters, which were part of Glasnost and Perestroika in the USSR, I mean the fax machine? Information, at least truthful and verifiable information, is certainly more abundant today, and the trend seems clear for the coming years. Does this mean that we can hope for a shrinking fabric of ignorance, and therefore of intolerance, aggression and war?

I still have a few items up my sleeve, as regards events or trends which might be significant in 2008, but I'd like to have your views: please click below on "ajouter un commentaire". Or return to Serenidee homepage.

(article mis à jour le 20 janvier 2008)


"Chacun voit midi à sa porte" : cet adage s'applique aussi aux tendances en train de prendre forme, la prévision n'étant jamais sans risque.

Dans l'esprit de ce blog, qui appelle au débat, je vous invite à faire part des événements ou des tendances qui, d'après vous, pourraient se révéler significatives en 2008. Je vous encouragerais à dire pourquoi vous pensez que tel ou tel événement peut être important, au lieu de simplement proclamer qu'il est important. Peut-être souhaiterez-vous corriger telle ou telle affirmation, si vous la trouvez erronée. Pour lancer le débat, voici une brève liste (l'ordre ne reflète aucun degré d'importance prédéterminé). Au cours de la semaine écoulée, j’ai reçu des remarques et suggestions, qui ont été intégrées dans cette mise à jour.

- 2008, Année internationale des langues. Oui, j'en suis conscient : chaque année, on désigne quelque noble cause à notre attention, mais parfois cela reflète -triste vérité- le peu d'espoir de la faire aboutir. Songez au racisme, à l'épaisse intolérance, encore si répandues dans le monde. Mais la décision d'assigner une cause pour une année peut avoir un certain à long terme, comme on le voit avec la lutte contre l'analphabétisme, ou contre certaines épidémies. Mais revenons à notre Année internationale des langues : ce choix est pertinent car les langues sont non seulement des vecteurs de communication, mais aussi des creusets d'identité et de culture. Certaines personnalités politiques, certains responsables dans les médias, souhaitent "une fin à toute cette gabegie de langues multiples, au lieu d'une seule langue véhiculaire, disons l'anglais", par exemple dans le travail quotidien de l'Union européenne (UE). En tant que citoyen d'un Etat membre de l'UE, et me sentant Européen, je trouve assez normal qu'une partie de mes impôts serve à financer l'interprétation et la traduction dans l'UE. En respectant le droit de chacun(e) à l'usage de sa langue, nous respectons l'un des droits les plus fondamentaux.

- 2008 déterminera le choix du prochain président des Etats-Unis d'Amérique (EUA), même si le successeur de George W. Bush ne prendra ses fonctions que le 20 janvier 2009. On a coutume de dire que toute élection présidentielle aux EUA est importante parce que les choix politiques du nouveau chef de l'exécutif peuvent avoir un impact sur de nombreux autres pays, que ce soit à travers les positions commerciales adoptées à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), ou l'attitude à l'égard de la protection de l'écosystème de notre planète (Protocole de Kyoto et ses suites). Mais cette fois-ci l'élection est significative de plusieurs nouvelles façons. Dans l'hypothèse d'une victoire de Barack Obama, ce serait la première fois dans l'histoire que le corps électoral des EUA enverrait à la Maison Blanche un non "blanc". Plus intéressant encore, il choisirait ainsi un nouveau type de citoyen pour les représenter au plus haut niveau : né d'une mère "blanche" du Kansas et d'un père "noir" du Kenya, M. Obama se distinguerait, en réalité, et des "blancs" libéraux, et de la présente génération de dirigeants "noirs" (par exemple Jesse Jackson, qui est assez critique à l'égard de B. Obama). Serait-ce alors le signal d'un véritable changement de génération, ainsi que -enfin- la réconciliation entre les différentes composantes des EUA ? Un autre aspect intéressant de l'élection : le nouveau président devra faire face à une nouvelle réalité, que son pays, même s'il jouit encore des privilèges issus de la Deuxième Guerre mondiale, n'est plus dominant dans un nombre croissant de domaines : le Dollar doit faire face à l'Euro ; la puissance militaire des EUA est en discordance avec sa volonté politique ; l'OTAN a été affaiblie, non pas par l'ambition européenne, mais par les changements d'orientation des politiques des EUA ; le modèle économique nord-américain semble moins viable à terme qu'il y a seulement une décennie... Mais sans doute le plus grand défi que le nouveau président devra relever, sera de tenter de renverser la tendance des dernières années au cours desquelles l'opinion publique mondiale a ravalé les EUA dans l'échelle des valeurs, aujourd'hui au même niveau que la Russie ou que l'Arabie Saoudite. Les EUA peuvent-ils réussir un retour, peuvent-ils reconquérir leur pouvoir d'attraction en tant que modèle social, comme parangon des occasions les plus ouvertes mais aussi d'équité et d'égalité, en tant que référence dans les relations internationales et dans la gouvernance mondiale ?

- 2008 : récession mondiale, ou redistribution des cartes ? Curieusement, il aura fallu aux grands médias de nombreux mois pour reconnaître que certaines des plus grandes économies sont en difficulté. Lorsque la crise du "subprime" ne pouvait plus être ignorée, les autorités monétaires ont tenté de la résoudre à force de milliards. Lorsqu'il est devenu patent que la crise en gestation aux EUA ne se limitait au seul secteur du logement, les fonds d'investissement se sont agités en tout sens, les banques et les autres établissements financiers ont essuyé de lourdes pertes, et maintenant le sentiment prévaut que le terrible mot de "dépression" pourrait bientôt devenir d'actualité. Si ce scénario devait effectivement voir le jour en 2008, il débuterait sans doute aux EUA, aurait évidemment un impact sur ses principaux partenaires économiques, l'UE, la Chine, le japon, d'autres pays en Asie, dans le Pacifique, en Amérique Latine, au Moyen Orient. Mais replacée dans une perspective à plus long terme, une telle crise appelle une question évidente : s'agira-t-il véritablement d'une récession mondiale, comme en 1929-30, ou verrons-nous avant tout une crise aux EUA ainsi qu'une redistribution des cartes dans l'économie mondiale, du fait des circonstances ? Verrons-nous les EUA subir le gros de la récession et certains de leurs partenaires en subir aussi les conséquences, mais le reste du monde se tirant d'affaire ? Pour parler sans détours, l'affaiblissement de l'économie des EUA sera-t-elle compensée (au moins en partie) par  l'énorme croissance de l'activité économique de la Chine, de l'Inde, du Brésil et d'autres, même s'il faudra une décennie pour que cette tendance devienne sensible ?

- 2008 : début d’une nouvelle phase de la construction européenne ? Pour entrer en vigueur, la signature du traité modifié de Lisbonne () doit être ratifié par tous les Etats membres. Parmi ceux-ci, seule l’Eire (République d’Irlande) se trouve dans l’obligation constitutionnelle d’organiser un référendum. Pour autant, dans les autres Etats membres le chemin n’est pas dépourvu d’embûches, surtout là où l’opinion publique et la classe politique sont eurosceptiques. Dans d’autres pays, le débat parlementaire sur la ratification est loin d’être gagné d’avance. En outre, il y a un risque de contagion des indécis par un gonflement du camp des « non », par exemple si dans un pays la ratification se révèle problématique ou, pire, négative.

- 2008 : la protection de l’environnement, un enjeu grandissant pour l’opinion publique dans les pays industrialisés. Mais les divergences quant aux causes et à l’ampleur du dérèglement climatique, aux solutions à adopter, ainsi que la difficulté à répartir équitablement les efforts nécessaires, font que ce sujet restera d’actualité encore pendant longtemps.

- 2008 : les zones de tension et d’instabilité ne manquent pas. Au Kosovo, le large mouvement en faveur de l’indépendance est contré par la Serbie, soutenue par la Russie. Cette situation potentiellement explosive, dans une région caractérisée depuis des générations par une grande instabilité, se trouve dans le voisinage immédiat de l’Union européenne. Une question peut se poser : si le Kosovo devenait indépendant, quel pourrait être l’effet sur d’autres régions ayant, comme lui, des aspirations autonomistes ou indépendantistes, en Europe centrale, en Europe orientale, en Asie ? Au Moyen Orient, les foyers de tension et d’instabilité demeurent aussi nombreux et exacerbés que ces dernières années. En réalité, cette vaste région possède des caractéristiques à la fois intéressantes et dangereuses : grand réservoir de ressources énergétiques, mais aussi lieu de rencontre des trois grandes religions monothéistes dont les problèmes ou les rivalités se répercutent dans d’autres parties du monde. Dans l’ensemble, la situation y paraît encore plus inquiétante qu’il y a un an. Le conflit continu entre Israël et Palestine a pris de telles proportions qu’on n’ose plus risquer un pronostic sur les chances d’un retour à la vie normale, ni sur l’aboutissement du processus « de paix » entre Israël et l’Autorité palestinienne, quel que puisse être l’engagement très tardif du président Bush et de Condoleeza Rice. En Iraq, le bourbier dans lequel continue de s’enfoncer les troupes des Etats-Unis et des quelques alliés qu’il leur reste sur place, ne permet pas d’espérer une issue convenable : l’occupation militaire a été tellement loin que le retrait des Etats-Unis, que Barack Obama, seul parmi les candidats à la présidence des EUA à réclamer, risquerait fort de déclencher un affrontement d’une cruauté inouïe entre Chiites, Sunnites et Kurdes, une réconciliation nationale paraissant pour l’instant hors d’atteinte. Le rôle de l’Iran dans la région n’est guère perçu comme positif par la communauté internationale, tant ses projets de développement de l’énergie nucléaire suscitent inquiétude et appréhension en raison du manque de transparence de Téhéran. La politique des sanctions à l’égard de l’Iran, est frappée d’inefficacité en raison des divergences au Conseil de sécurité des Nations Unies, ce qui fait craindre à certains experts des frappes militaires « préventives » contre l’Iran (par les Etats-Unis d’Amérique ou par Israël ?), susceptibles selon ces mêmes observateurs d’être utilisées par Téhéran pour susciter un vaste conflit affectant l’ensemble du Moyen Orient, mais aussi le reste du monde en raison des ressources pétrolières qui seraient mises en jeu. En Afghanistan, la détérioration de la situation politico-militaire se manifeste de plusieurs façons : une augmentation historique de la production et de l’exportation de drogues à base de pavot, un morcellement des efforts militaires des EUA, un retrait progressif des contingents de plusieurs alliés des Etats-Unis, un affaiblissement des autorités afghanes, tant au niveau de l’Etat que des régions. Le Pakistan sombre dans une dérive chaotique où le triomphe annoncé de l’une ou l’autre forme d’extrémisme (dictature militaire ou dictature religieuse et sectaire) ne laisse que peu de chances à une évolution démocratique.

- 2008 : une importance pour les communications globales et pour l'Internet ? Selon certaines estimations, sur la base d'une population mondiale d'un peu plus de 6 milliards, il y aurait quelque 2 milliards de téléphones mobiles en usage, le nombre d'usagers d'ordinateurs se situerait entre 1 et 2 milliards, et le nombre de personnes ayant accès à l'Internet (régulièrement ou très peu souvent) serait de l'ordre du milliard. Les experts considèrent que le prochain milliard d'usagers de l'Internet se mettra en place avant 2010, et pourrait comprendre 500 millions en Chine (quoique, pour l'heure, ce pays soit plus un gigantesque Intranet qu'un maillon de l'Internet, comme l'ont démontré des cas de censure révélés récemment). Il est remarquable qu'une juxtaposition d'infrastructures dans différents pays, et qu'un assemblage assez souple de dispositions juridiques et réglementaires à travers le monde, aient permis, à une telle échelle, le développement des communications globales. Ce phénomène est vraiment en train de changer notre monde, d'ailleurs à un degré que certains gouvernements, des chapelles et des idéologies voient d'un mauvais œil. En Birmanie, la résistance pacifique du clergé bouddhiste a brusquement donné une nouvelle espérance au courage longuement éprouvé de Aung San Suu Kyi, et il semble que la téléphonie mobile et l'Internet aient joué un rôle dans cette tentative d'émancipation de la dictature. Au fait, vous souvenez-vous encore qu'un autre procédé technique avait joué un rôle dans la diffusion des Samizdat, qui ont fait partie des mouvements Glasnost et Perestroika en URRS, je veux parler de la machine fac simile ? L'information, en tout cas l'information véridique et vérifiable, est aujourd'hui bien plus accessible que naguère, et la tendance semble s'amplifier. Est-ce que cela implique que, dans les années à venir, nous pourrons assister au rétrécissement de la superficie de l'ignorance, et par conséquent de l'intolérance, de l'agression et de la guerre ?

- 2008 : la Russie poursuivra sans doute le chemin tracé par Vladimir Poutine, qui a réussi à mettre en place un système politique qui lui permet de conserver une large part de pouvoir tout en respectant la lettre de la constitution et des lois de ce pays. Ce décalage entre le respect formel des lois et la réalité des pratiques politiques amène nombre d’experts, dans la sphère occidentale mais aussi en Russie même, à craindre un recul de la démocratie en Russie. Les mêmes expriment une inquiétude devant les ambitions de Poutine, tout occupé à rendre à cette « superpuissance déchue » son rang sur l’échiquier mondial, alors que d’autres puissances s’affirment, par exemple la Chine.

Il me reste en réserve quelques faits et tendances susceptibles de se révéler significatives en 2008, mais j'aimerais connaître votre avis : veuillez cliquer ci-dessous sur "ajouter un commentaire". Ou retour à la page d'accueil de Serenidee.

Partager cet article

Repost 0
Published by JJS - dans serenidee
commenter cet article

commentaires